Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Notre meilleur ennemi

 

 

par Louis-Joseph Delanglade

 

 

C’est une tradition : la presse française vit au rythme des vacances scolaires et les grands médias changent de visage pendant la période estivale. Les grands et les moins grands puisque même le blog Lafautearousseau est concerné. Mais avant les vacances, le bilan. On nous a parfois fait le reproche de trop nous intéresser à un certain média, en privilégiant ses chroniques et analyses. Mais comment faire autrement ? France Inter (c’est de cette station qu’il s’agit) présente un double intérêt : radio du service public, financée par nos deniers à tous et dont on est donc en droit d’attendre un maximum d’objectivité et de (re)tenue ; radio très écoutée, notamment dans la tranche horaire 7h-9h, durant laquelle M. Cohen et sa bande auront sévi de 2010 à 2017, dans une matinale largement plébiscitée par près de quatre millions d’auditeurs (enquête Médiamétrie, fin 2016). Résultat qui s’explique certainement par la bonne facture de ces deux heures d’information, construites de façon cohérente, agrémentées d’analyses et de chroniques qui balaient le spectre de l’actualité, faisant place à des personnalités invitées auxquelles les auditeurs peuvent s’adresser en direct.

 

Mais cette matinale a (forcément) ses défauts et ses dangers. Son grand défaut est sans doute l’intérêt douteux que représentent les interventions de deux ou trois personnes, très minoritaires, convenons-en, en temps d’antenne. Discrimination positive oblige, il s’agit de Mmes Salamé et Vanhoenacker. Mme Salamé procède à 7h50 à une sorte d’interrogatoire (c’est le terme qui convient) d’où ressortent le plus souvent sa propre inculture et une agressivité verbale qui confine au manque d’éducation. Lui succède l’humoriste-en-chef, Mme Vanhoenacker, sorte de péronnelle excitée et insupportable, dont la seule qualité est sans doute d’être belge ; à elle et aux autre prétendus humoristes (un par jour peu avant neuf heures pour « conclure » - mais oui ! -  l’émission) qui font surtout rire la coterie du studio, s’applique parfaitement le jugement de M. Grozdanovitch (Le génie de la bêtise) : « un rire malin - la plupart du temps fondé sur la transgression des règles de la simple courtoisie et sur une certaine méchanceté mondaine - au service d’une seule cause : renforcer la doxa en place. »

 

Car, et là est le danger, MM. Cohen, Legrand, Guetta et consorts sont au service de la doxa. Nulle voix discordante chez ces anciens militants politiques de gauche, aujourd’hui militants-journalistes : on croit en la république démocratique, on défend le multiculturalisme et l’immigrationnisme, on marche au pas vers l’oméga euro-mondialiste. Et surtout on est entre soi et on sait ce que l’on se doit. M. Onfray leur avait fait, en direct, le reproche d’avoir « privatisé » jusqu’à la chaîne elle-même. M. Orsenna vient de souligner (matinale du vendredi 8) avec humour, et cette fois c’en est, qu’y règne même l’esprit courtisan, dénoncé par La Fontaine et omniprésent dans le monde politique et médiatique. On y attend quelques changements à la rentrée, notamment le  remplacement de M. Cohen, parti faire sa pelote à Europe 1. On n’a aucune raison de penser que quoi que ce soit changera dans le fond. A quelque chose malheur est bon : nous garderons notre meilleur ennemi. 

Écrire un commentaire

Optionnel