Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Suivez mon regard ...

 

Par Pierre Builly

Commentaire du lundi 12 juin

 

937767891.jpgDût la chose m'agacer énormément, je trouve les derniers épisodes électoraux assez intéressants et, d'une certaine façon, encourageants.

D'abord, aux Présidentielles, le choix du seul candidat qui, (avec Mélenchon, peut-être) avait une vraie stature d'homme d'État. Si sympathique que me soit Marine, je crains qu'elle ait montré une absence de niveau qui s'est cruellement montrée.

Puis l'abstention au 1er tour, qui désole tant les commentateurs ; du fait de la suppression du cumul des mandats et du dégagisme, les électeurs ont subliminalement compris que le Parlement ne sert à rien ; les 400 ou 450 députés macronistes seront priés de voter comme un seul homme et d'obéir à l'Élysée. Ce qui, à mes yeux, est absolument parfait. Sans doute beaucoup, au bout d'un certain temps, rueront dans les brancards et se rendront compte qu'ils ne servent à rien, d'autant moins qu'étant trop nombreux, leur poids relatif sera infime (c'est une grande supériorité sur la proportionnelle qui confie à des micro-partis charnières des armes redoutables).

À quoi vont servir, pour leurs électeurs, des députés lambda qui ne seront ni maires, ni présidents de conseils départemental ou régional ? À rien de rien...

Les électeurs perçoivent - c'est bon signe ! - que notre excellente Constitution a confié le pouvoir à un homme... Suivez mon regard. 

A lire dans Lafautearousseau   ...

« En même temps » …

Commentaires

  • Macron, une stature d'homme d'État? L'on n'a pas dû regarder le même film...

  • Je n'ai pas dû regarder le même non plus !!!!

  • Macron - que j'ai combattu de toutes mes petites forces pendant la Présidentielle - me fait plutôt bonne impression : ce n'est peut-être qu'une posture, mais il me semble avoir assimilé une chose importante, nécessaire à la stature présidentielle : la majesté ; celle qu'avaient, en premier lieu, le général de Gaulle et François Mitterrand, mais que ni Chirac, ni Sarkozy, ni (encore moins) Hollande ne possédaient.

    Les attributs de la majesté ? Par exemple

    - la distance : ne pas s'exprimer à tout propos, sur n'importe quoi (surtout ne pas téléphoner à Leonarda !!!)

    - l'autorité : Macron a fait savoir à ses ministres qu'il ne tolèrerait pas le moindre écart de langage, et, a fortiori, la moindre position politique divergente

    - l'ingratitude (jusqu'à une certaine forme de cruauté : la façon dont il a traité Valls, NKM, Raffarin, outre qu'elle nous réjouit, montre bien aussi qu'il ne cèdera pas à "l'affectif". On attend qu'il prenne ses positions par rapport à Attali, Bergé, Minc et autres racailles de cet acabit.
    Comme le Général avait su se détacher des Soustelle ou Delebecque (qui n'étaient pas des racailles, j'en conviens) et avait pu tordre le bras de Michel Debré.

    - le souci porté aux affaires internationales, privilège du Président.

    On verra bien ; et je ne suis pas devenu macroniste ; je dis seulement que ça ne commence pas mal (je suis conscient que ça fait seulement un mois).

  • Pierre,

    Tes arguments ne manquent pas de pertinence mais n'est-il pas un peu tôt pour juger le nouveau Président de la République ? Pour ma part j'attends pour voir.

    Quant à la Majesté que tu évoques, avouons qu'après François Hollande, n'importe quel second rôle pourrait jouer Louis XIV avec succès.

    Dans l'immédiat il me semble préférable de s'attacher à mesurer l'ampleur du dégât que représente son élection. A titre d'exemple... quel rejet du système républicain tout de même !
    Trois français sur quatre se détournent des partis traditionnels LR-PS (Maurras aurait dit du VPR, le Vieux Parti Républicain ) et un sur deux rejette le système de la démocratie représentative. Et la réalité de l'onde de choc est encore pire; il nous suffit de passer un peu de temps à l'analyser. Soyons honnêtes, nous n'avions pas vu venir le phénomène,. mais saurons nous le mesurer ?
    Le paysage politique, et pas seulement celui du Pays légal, semble ( oui semble...) complètement retourné. Analysons, analysons et attendons pour juger Emmanuel Macron qui ne l'oublions pas fait du théâtre depuis ses 15 ans.
    Amitié, Philippe

  • Il est évident que cette abstention est bon signe .Nombre de nos compatriotes se rendent compte que ce scrutin législatif est vraiment inutile .Et si certains électeurs étaient peut être royalistes sans le savoir .?

  • Sûrement .... J'en ai la certitude ....

  • Cher Pierre Bailly, j'ai bien peur que votre bienveillance vous égare. Vous vous laissez prendre aux apparences. Chez Macron, tout est bidon. Mais nous serons très prochainement fixés.

    Ce que vous décrivez chez lui, ce sont juste des postures. Macron, c'est l'anti-capétien. Et vous le verrez bientôt.

    Pour moi, son seul intérêt est que l'empereur – entendez le «système» – est nu et que cela se voit de plus en plus. Macron est une fin de cycle; mais cela ne me réjouit pas pour autant, car on sait comment finissent les décadences.

    Cordialement.

  • Mais je ne dis pas le contraire, ami ! Je n'en sais rien !

    Je dis que le grand Louis XI a été, dès qu'il est devenu Roi, très différent du méchant Dauphin de Charles VII qu'il fut. Il est improbable que tel bienfait nous soit donné, mais "improbable" n'est pas "impossible".

    On va le voir avec François Bayrou : si cette franche canaille - qui vient de se faire claquer le bec à très juste titre par le Premier ministre mais a cru devoir en ajouter dans la provocation ) - si cette canaille (à dire le vrai absolument pas franche) se fait débarquer fissa (dans les six mois, dirons-nous), ce sera un signe bien intéressant...

Écrire un commentaire

Optionnel