Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Réactions diverses à une actualité qui ne l'est pas moins [Suite et fin]

 

Mur-bleu gds.jpgScandale Le Roux : le lapsus révélateur... 

Fabienne Sintes s'en est amusée, dans sa matinale de ce dernier mercredi, disant au porte-parole de Benoît Hamon qu'il n'était pas le seul. Alexis Bachelay (ledit porte-parole) venait de parler de Bruno Le Roux en disant Bruno « relou », lapsus qui a été fait plus d'une dizaine de fois, par autant de personnes, et qui, avouons-le, vaut son pesant d'or.

Bruno Le Roux est donc le cinquième ministre de la « république exemplaire », promise en 2012 - durant le discours du Bourget - contraint à la démission pour cause de scandale. Un par an ! Il est fort, ce Hollande !

Sitôt « l’affaire Fillon » lancée, Le Roux avait commis l'imprudence de dire, en substance, au micro de RTL, qu'il fallait interdire ce genre de comportement (l'emploi de proches et de membres de sa famille). Il ne se rendait pas compte de sa situation ? On reste confondu... Et on se demande : combien sont-ils dans son cas, dans le Pays légal, qui voient depuis tant de semaines Fillon lapidé par les journaleux, alors qu'ils ne peuvent pas ignorer qu'ils sont, eux-mêmes, dans l'œil du cyclone ? Qui va « sortir » demain, à droite, à gauche, au centre ?

Cette « affaire Le Roux » pose, en plus, un autre problème, d'une toute autre gravité que le simple cas personnel d'un triste sire. Depuis janvier, on a vu, en quelque sorte, le pouvoir des Juges se mettre de lui-même au centre. C'était nouveau. Mais cela n'a pas duré bien longtemps. Voici que, deux mois à peine après que les Juges se soient arrogés le pouvoir, ils l'ont perdu, remplacé par les journaleux. Et même plus les journaleux de la presse écrite, parlée ou télévisuelle : non ! par des journaleux (?) bateleurs d'estrade, amuseurs publics, saltimbanques d'un nouveau genre, où le rire destructeur est la règle (de Ruquier à Barthès).

Question : comment le gouvernement du pays sera-t-il encore possible si un ministre majeur (l'Intérieur !) ne tient plus que trois mois, et se voit contraint de démissionner après une simple émission de la TNT ? Question qui, évidemment, ne signifie pas approbation de l'inconduite du ministre. 

Deux mois donc, à peine, après que les juges se soient octroyé le pouvoir, les journaleux viennent de le leur prendre. Fort bien. Mais bientôt on le prendra aux journaleux. Qui ? La rue, la terreur : écoutez Mélenchon samedi place de la République, et Hamon dimanche, à Bercy...

Allez, terminons par une note positive

Le mathématicien Yves Meyer vient de recevoir le prix Abel 2017. C'est la quatrième fois que ce prix récemment créé (2003) - voulu comme une sorte d'équivalent du Prix Nobel, qui n'existe pas pour les mathématiques - est décerné à un français, et honore donc la qualité et la constance des chercheurs français. C'est là qu'on voit que, comme le disait Bainville, la France est, dans l'ensemble, une bonne affaire.

Voilà qui nous sort un peu, par le haut, de la désolante médiocrité d'un Pays légal qui n'est, au fond, rien d'autre que ce qu'une infestation de tiques est à un beau chien de race...

Écrire un commentaire

Optionnel