Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Voilà, de fait, où nous en sommes ... Bonne fin d'année quand-même !

Le Figaro 30.12.2015

Commentaires

  • La réponse qu'on aimerait entendre de la part de nos gouvernants et de tous nos élus, c'est celle de ce jeune Corse : pas de racisme, mais une position claire et nette vis à vis des gens que l'on accueille chez nous en masse et qui doivent faire l'effort de respecter notre contrat social, comme l'ont fait tous les immigrés avant les dernières vagues qui se veulent réfractaires à l'assimilation :

    https://www.facebook.com/arnaud.seassari/videos/10208672723081390/

  • Ce cailliassage des pompiers d'Ajaccio arrive à point pour un gouvernement tétanisé par la victoire des indépendantistes. Enfin le gouvernement peut sortir de cette léthargie en montrant du doigt les coupables, ce qui lui permet de reprendre sa respiration. Naturellement les deux caillasseurs qu'on a arrêté bénéficieront d'un non lieu comme les "agresseurs" du petit retraité agressé à la veille de la réélection de Chirac en 2002. Les vrais cailliasseurs venaient du continent et aux ordres des barbouzes gouvernementales. Tout le reste n'est que littérature pour imbéciles heureux.

  • L'hypothèse finale est hasardeuse et gratuite parce que sans preuves. Quant à la littérature, elle ne consiste pas à traiter d'imbéciles heureux ceux qui ne trouveraient guère crédible ce que l'on affirme soi-même dans de telles conditions. Un peu de rigueur ne ferait pas de mal. La littérature aussi a besoin de rigueur.

  • Le pouvoir est traumatisé par les émeutes de 2005 qu'il n'a pas pu maîtriser. Aussi les forces de l'ordre de terrain sont-elles conditionnées par leur hiérarchie à ne faire aucun acte qui serait perçu par les délinquants comme une "provocation policière". On ramène une forme de tranquillité sur zone, quitte plus tard à retrouver des coupables pour la forme quand l'émeute sera retombée.

    Si au lieu de mobiliser une CRS pour barrer l'accès de l'Empereur aux Corses excédés, on avait mobilisé la même compagnie le soir du caillassage pour boucler la cité et vider les immeubles à la recherche des crapules, il n'y aurait eu aucune réaction hostile de la population corse, le travail étant fait et tout de suite.
    Au lieu de quoi, chacun pense que la poursuite des délinquants n'a été déclenchée que parce que la mobilisation populaire corse a fait du bruit. Sinon, le Parquet aurait classé le fait divers puisqu'il n'y avait pas mort d'homme !

    C'est le laxisme qui créé le désordre.

  • Là, parfait accord avec Catoneo. C'est le bon sens.

  • tout a fait d'accord aussi. Trés bonne analyse de Catoneo......

Les commentaires sont fermés.