UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

POUR UNE REFLEXION DE FOND SUR LE "MARIAGE POUR TOUS" (12) - ERIC ZEMMOUR CONCLUT NOTRE SERIE PAR UNE ANALYSE HAUTEMENT POLITIQUE


 

Il revient donc à Eric Zemmour de clôturer notre dossier de douze documents, désormais à la disposition de nos lecteurs : "POUR UNE REFLEXION DE FOND SUR LE MARIAGE POUR TOUS".* 

De toutes les contributions mises en ligne jusqu'ici, celle-ci est, en effet, la plus politique. Donc la plus proche de l'objet même de notre blog.

Les précédentes ont été rédigées ou prononcées par des philosophes (plusieurs), des journalistes, un théologien, un linguiste, des moralistes, un partisan d'une écologie humaine et, même, par un parlementaire Front de Gauche, député de la Martinique, hostile, lui aussi, à la loi Taubira, pour des raisons, d'ailleurs, parfaitement traditionnelles.    

Eric Zemmour, dans sa discussion avec Nicolas Domenach, fait une analyse politique de la question. Il ne se place - bien entendu sans les rejeter - ni du point de vue de la religion, ni du point de vue de la morale, ni même d'un point de vue philosophique. Son analyse ne se limite pas à la seule question du mariage homosexuel - qui concerne, concrètement fort peu de monde. Elle pointe les causes premières, beaucoup plus larges, de ce qu'il considère comme une décadence; son analyse se place du point de vue de la stabilité, de l'ordre, et, en définitive, de la survie de la société française. Il le fait avec son talent, sa fougue, et, en même temps, avec sa rigueur intellectuelle habituelle.   

(Mariage Pour Tous : Divorce Social - ça se dispute - I-Télé - 2 février 2013). 

 

* Précédentes mises en ligne :

> 14.01.2013 : Jean-François Mattéi article du Figaro : "Mariage pour tous et homoparentalité".  

> 22.01.2013 : Chantal Delsol, entretien avec Jean Sévillia (Figaro Magazine).

> 29.01.2013 : Thibaud Collinarticle dans Le Monde du 15 janvier. 

> 5.02.2013 : Hilaire de Crémiersnote parue sur le site de Politique Magazine, le 15 janvier.   

> 12.02.2013 : Sylviane Agacinski, conférence dans le cadre des Semaines sociales. (VIDEO) et entretien sur Europe 1 (VIDEO).

> 19.02.2013: Bruno Nestor Azérot, député de la deuxième circonscription de la Martinique (GDR), discours prononcé le mercredi 30 janvier  à l'Assemblée Nationale(VIDEO).

> 26.02.2013 : Daniel Godard, professeur de Lettres Classiques, une réflexion dont l'originalité est de se placer d'un point de vue linguistique qui fait entendre, dans ce débat, "la voix de la langue française".  

> 06.03.2013 : Bertrand Vergely, le point de vue du philosophe et théologien, la question du mariage gay appelle dix remarques.

> 12.03.2013 : Danièle Masson, agrégée de l'Université, "Paradoxe et mensonges du mariage pour tous"

> 20.03. 2013: réflxion de Fabrice de Chanceuil du point de vue de l'écologie humaine.

> 28.03. 2013 : Michel Maffesoli et Hélène Strohl : "Normaliser le mariage ?"

 

Commentaires

  • Même si cela a pu d'ores et déjà être dit, d'une manière ou
    d'une autre, un point résume à lui seul, la justification à
    s'opposer au mariage "pour tous".

    Il s'agit précisément de l'appellation elle-même, "mariage
    pour tous".
    Que revendique en fait, les partisans du "mariage pour tous" ?

    Tout simplement, l'application du principe d'égalité, pour les
    couples homosexuels, au droit au mariage.

    C'est à dire au droit, non seulement de s'unir devant la
    société, pour deux personnes de même sexe (avec les
    mêmes droits et devoirs entre eux, que pour des personnes
    hétérosexuelles), mais également de se projeter dans un
    projet parental.

    C'est là où il faut distinguer union civile et mariage.

    L'union civile ne concerne que deux personnes
    homosexuelles se liant en droit et en obligations l'une envers
    l'autre devant la société, ce qui n'est que la reconnaissance
    de l'existence de couples homosexuels.

    Alors que le mariage est un tout indivisible, qui n'est pas
    seulement une union mais la possibilité d'une filiation.

    Or, qui dit revendication de l'application du principe d'égalité
    entre couples hétérosexuels et couples homosexuels, dit
    nécessairement mariage pour tous et non union civile.

    Mais dit aussi par conséquent, égalité devant la possibilité de
    former un projet parental, donc pour deux femmes,
    nécessairement autorisation de la Procréation Médicalement
    Assitée avec un donneur étranger au couple (donc enfant
    privé délibérément et légalement de père),

    Mais dit aussi par conséquent, toujours en application du
    principe d'égalité, cette fois entre couples homosexuels
    femmes et couples homosexuels hommes, autorisation pour
    deux hommes du recours à la Gestation Pour Autrui avec
    mère porteuse (donc enfant privé délibérément et légalement
    de mère).

    Au final, dire que l'on va accorder le mariage pour tous et la
    possibilité d'adopter, pour les couples homosexuels, mais pas
    davantage est un véritable leurre, qui ne tient pas
    juridiquement, CAR DES LE DEPART TOUT EST FAIT AU NOM
    DU PRINCIPE D'EGALITE.

    SI LE JUGE CONSTITUTIONNEL CONSIDERE QU' UN COUPLE
    HOMOSEXUEL N'EST PAS EGAL A UN COUPLE HETEROSEXUEL,
    CAR IL NE PEUT PAS, PAR DEFINITION PROCREER, IL Y
    AURA DONC UNION CIVILE D'UN COTE ET MARIAGE DE
    L'AUTRE. MAIS S'IL EST CONSIDERE QU'UN COUPLE
    HOMOSEXUEL EST EGAL A UN COUPLE HETEROSEXUEL,
    ALORS AU NOM DU PRINCIPE D'EGALITE, RIEN NE PEUT
    JURIDIQUEMENT S'OPPOSER A LA PMA ET A LA GPA.
    IL N'Y AURA DONC PAS DE DEMI MESURE POSSIBLE DANS
    LE MARIAGE POUR TOUS, CE SERA TOUT LE MARIAGE OU
    PAS DE MARIAGE, DONC L'UNION CIVILE.

    NOUS FAIRE CROIRE LE CONTRAIRE EST UN MENSONGE
    POUR RETARDER LES CONSEQUENCES JURIDIQUES DU
    MARIAGE POUR TOUS QUE SONT NECESSAIREMENT LA PMA
    ET LA GPA.

  • La seule égalité qui existe est celle devant la mort, ce que l’humanité sait depuis son origine. Les détournements de vocabulaire auxquels nous assistons, ici et sur d’autres sujets, masquent de plus en plus les fondements élémentaires de la nature. Quant à l’union entre deux bipèdes que l’on appelle des représentants de l’espèce humaine, elle porte en elle le caractère sacré de la vie. Et ne se discute pas en termes de lois même écrit en caractères majuscules. Il n’y a pas de Droit sans Sacré. La dérive à laquelle nous assistons depuis 200 ans, en France uniquement, n’est qu’une parenthèse dans l’Histoire de l’humanité. Cessons d’ânonner « Égalité » jusqu’à l’abrutissement …

  • Jean Louis FAURE,

    Il ne s'agit pas de nier le Sacré, mais il s'agit de se placer sur
    le terrain qu'occupe le mariage pour tous au parlement, à
    savoir le terrain politique d'ordre temporel.
    Il y a à ce niveau, non pas la simple revendication des
    personnes homosexuelles de pouvoir se marier comme tout
    le monde, mais la revendication de former un projet parental
    qui implique pour cela de reconnaître juridiquement parlant,
    l'égalité entre un couple homosexuel et un couple
    hétérosexuel. Si cette égalité est juridiquement reconnue, il
    s'agit de comprendre qu'il n'y aura pas un mariage pour tous,
    dans lequel les couples homosexuels n'auront que le droit
    d'adopter, comme on nous le laisse croire, mais qu'ils auront
    nécessairement à terme, le droit de recourir aussi à la P.M.A.
    et à la G.P.A. en fonction même, de ce principe d'égalité.

    En conclusion, et sans même parler de sacré, il s'agit de dire
    par simple constat, qu'un couple homosexuel n'est pas égal à
    un couple hétérosexuel, dès lors qu'il ne peut procréer sans
    une tierce personne étrangère au couple lui-même, et que par
    conséquent, le mariage pour tous ne peut exister, il ne peut
    être que l'union de deux personnes hétérosexuelles, ce
    qui n'empêche pas l'union civile entre conjoints homosexuels.

  • Donc la sénatrice Esther Benbassa a trois nationalités !!!! Israélienne Turque et Française (quand même)
    Vive la diversité, une chance pour la France ... Combien nous coûtent ces gens là

    http://www.lepoint.fr/politique/mariage-gay-retailleau-ump-s-en-prend-a-la-couleur-vestimentaire-d-une-senatrice-11-04-2013-1653505_20.php

  • J'ai essayé d'écouter l'intervention de M. Zemmour ci-dessus, mais le lien est mort ; serait-il possible d'écouter ou de lire cette intervention d'une autre façon ?

    Merci d'avance.

  • excusez-moi, veuillez considérer comme non avenu mon commentaire précédent ; il suffit de rechercher sur google avec votre référence....

  • Cessons d'appeler "mariage pour tous" ce qui ne devrait être appelé que "mariage homosexuel".
    S'il était vraiment "pour tous", ce "mariage" permettrait d'épouser deux autres personnes (polygamie), son frère, sa sœur ou sa mère (inceste). Toutes choses dont on ne peut nier l'existence dans nos sociétés et entre individus.
    Ne soumettons pas notre langage aux insinuations de l'adversaire.

  • Je pense que Pierre Builly a raison, même si Lafautearousseau a pris soin de mettre mariage pour tous entre guillemets, sans-doute pour marquer l'impropriété du terme. Mais mieux vaut, en effet, s'habituer à utiliser l'expression "mariage homosexuel".

Les commentaires sont fermés.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL