UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

POUR UNE REFLEXION DE FOND SUR LE MARIAGE POUR TOUS (4) - Hilaire de Crémiers : "Manif pour tous ! Et maintenant ?"

774507391.jpgAu lendemain de la grande manifestation du 13 janvier et de son indéniable succès par delà la ridicule guerre des chiffres à laquelle il est vain de trop s'attarder, nous écrivions ceci :"Reste la question de fond. Elle dépasse largement la seule affaire du mal nommé mariage pour tous. Nous aurions tort de nous y enfermer. Car, très en amont, c’est la famille dite traditionnelle elle-même, qui est, depuis bien longtemps déjà, en crise (cf. l’inexorable montée des divorces : aujourd’hui plus de 50% des ménages sont concernés !). C’est donc une réflexion de fond sur la famille, minée par l’individualisme, par l’égoïsme contemporains et, en un sens, c’est une contre-idéologie qu’il faut opposer à l'idéologie radicalisée qui sous-tend le projet de loi gouvernemental. C'est ce qu'il faut lancer, ce qu'il faut être capable d'entreprendre maintenant. Car c'est à cette condition que la grande campagne en cours trouvera un prolongement, durera, s'amplifiera et aura, en définitive, été efficace." En d'autres termes : les manifs, les slogans, les pancartes, c'est très bien, surtout lorsque le succès est au rendez-vous, mais un substrat idéologique sérieux est indispensable !

Dans cet ordre d'idées, nous avons ouvert un dossier des contributions au débat, de différentes personnalités et intellectuels.  

Nous mettons en ligne, aujourd'hui, une réflexion d'Hilaire de Crémiers*, parue sur le site de Politique Magazine, le 15 janvier.  

D'autres contributions suivront et constitueront notre dossier, désormais à la disposition de tous : "POUR UNE REFLEXION DE FOND SUR LE "MARIAGE POUR TOUS" **.

Plus d'un million de Français défilent dans les rues de Paris. N'est-ce qu'un début ?

Nous étions plus du million de manifestants dimanche 13 janvier, voire beaucoup plus. Les services de gendarmerie et de police le savent pertinemment. Les vrais journalistes d'information également. Il suffisait  de parcourir les cortèges - ce que j'ai fait personnellement - pour en avoir une juste estimation. Les organisateurs, qu'il faut féliciter, ont annoncé, le soir, vers 17 heures,  800.000 personnes par souci de véracité qui les honore. Ils étaient, en fait, loin du compte. Ce qui ne se voyait pas, c'est que les gens, étant tenus par leurs horaires et ayant fini de manifester, repartaient et qu'au fur et à mesure que le Champ de Mars se remplissait, il se désemplissait, restant ainsi toujours comble de 15 heures à 19 heures. A 19 heures les fins de cortège non comptabilisées n'étaient pas encore arrivées ; des groupes entiers, en particulier Civitas, se sont arrêtés ou ont été arrêtés bien avant d'aboutir au rendez-vous.

Manipulation des chiffres

C'est dire si les chiffres officiels sont faux, archi-faux. Délibérément faux. Il y a, à l'évidence, du côté du gouvernement comme du côté des médias, en particulier ceux qui relèvent de l'Etat, payés donc par les Français, une mauvaise foi dictée par la malveillance idéologique. Ces gens-là ne veulent pas voir ; plus exactement ils voient mais dans leur fureur ils nient la réalité. Ils sont bloqués dans leur position. François Hollande ne recevra pas le collectif de « la manif pour tous ». Il a fait semblant, comme toujours dans pareil cas, de recevoir tout le monde, se gardant bien de recevoir ceux qu'il aurait le devoir, ne serait-ce que comme arbitre, d'écouter. Ce refus est une faute politique qui, de plus, le déshonore. Ce fils de bourgeois, comme tous ses confrères du gouvernement, du même type que lui - et ils sont nombreux -, sait fort bien qu'en bravant les interdits au motif de modernité sociétale, il se façonne une image de gauche dont il a besoin pour capter à son profit des groupes de pression qui tiennent, à quelques exceptions près, l'information, la culture et, en totalité, l'Éducation dite nationale. Ces gens qui ne représentent qu'eux-mêmes, décident du sort de la France, de l'avenir de la France, malgré la France ! Leur haine trouve sa délectation dans la ruine de tout ce qui la constitue et, d'abord,  ses familles. Ils sont sectaires et totalitaires : ils ne lâcheront pas leur proie. Ils imposeront leurs vues. Hollande, pour se dire leur chef, les suivra.

La France est là

Alors, à quoi sert pareille manifestation ? D'abord à s'apercevoir que la France existe toujours, malgré tout et malgré eux. Que des visages sympathiques ! Des familles souriantes et heureuses, des Français qui peuvent enfin s'exprimer et qui sont contents de se retrouver dans une occasion qui les change de l'atmosphère étouffante de leur quotidien habituel où la doxa officielle leur interdit même de penser, bref la France réelle, celle qui travaille, qui assure, comme elle peut, sa survie, pendant que les autres - ceux qui prétendent la gouverner - ne pensent qu'à leurs postes, à leurs carrières, à leur ambitions, surtout à leur domination, s'étant arrogé  le rôle de la direction :  il fallait entendre leurs commentaires ! Ce sont eux les patrons qui occupent les places dominantes, les plateaux de télévision, les chaires de vérité, qui édictent les dogmes de leur religion officielle, appelée à dessein non-religion ou a-religion, mais qui est, en fait, la leur, faite par eux et pour eux, dont ils sont les auteurs et profiteurs, qui n'a pour référence absolue qu'eux-mêmes et pour autorité que leurs misérables « moi ». Ces faux-culs jouent « la sociale » et « le sociétal ». Du haut de ce qu'ils croient  leur grandeur, ils n'ont que mépris pour tous les Français qui font vivre la France, qui sont la France. Dotés de leurs prébendes payées par ces Français qu'ils traitent comme des esclaves, ils s'offrent le luxe de tout régenter par leur implacable législation qui ne vise qu'à détruire patrimoine, famille et société. Voilà la réalité d'aujourd'hui : un fossé immense entre le pays réel et le pays légal.

Que faire ?

Alors que faire ? Continuer ! D'abord pour que la France se retrouve elle-même, dans toute sa diversité et dans ce qui fait sa véritable unité. Oui, d'abord, pour ce plaisir ! Et pour montrer à ces faces de carême de la religion officielle qui s'imaginent être des docteurs et des prophètes chargés de définir l'avenir,  que la France est le pays des esprits libres. Il relève en effet de la liberté de pensée et de la liberté de conscience, de pouvoir exprimer cette simple vérité que le sexe de l'homme et le sexe de la femme sont adaptés l'un à l'autre en vue de l'union et de la procréation ; que cette merveille naturelle est le support physique nécessaire  au lien affectif et juridique qui constitue immémorialement  l'union d'un homme et d'une femme et qui, dans toutes les civilisations, s'appelle le mariage. « Le mariage pour tous » est une contre-vérité et une aberration  qui ne peut exister que dans les imaginations débiles de faiseurs de problèmes ou dans les desseins pervers de quelques hommes de mauvaise foi. Comme le rappelaient judicieusement et quelquefois drôlement les pancartes des manifestants, aucun des hommes politiques qui, pour des motifs inavouables, s'apprêtent à imposer à la France leur « diktat » d'un cynisme absolu, n'est né autrement que par la voie ordinaire qu'il convient d'appeler, en l'honneur de notre Président, « la voie normale ». De cette voie normale, ils ont tous fait usage , ce qui leur a permis d'être reçus dans une famille, soignés et éduqués, de faire des études - la plupart dans les meilleurs établissements - et de réussir leur carrière. Or voilà que ces apprentis sorciers vont oser porter leur fer mortel dans la matrice même de l'humanité. Pour quel jeu de politiciens ? La stérilité, telle est la loi de leur vie médiocre, leur conception morbide de la société, le but de leurs discours et de leur législation : tout stériliser à l'image de leurs âmes stériles. Les psychiatres, les vrais, connaissent les ténébreuses régions de l'âme qui couvent de telles idées, qui  fomentent  ces criminelles suggestions. Tout honnête homme se doit à lui-même et aux autres de les écarter. Il est des abîmes qu'il n'est ni beau ni bon de sonder.

Donc, il est juste, bon, salutaire et tout simplement salubre de continuer à dire  hautement ce qui est tout simplement vrai comme de résister à des  « oukases » qui violent jusqu'à l'intime la conscience humaine.

La question politique

Hollande n'a pas l'envergure d'un Mitterand, cet homme qui trompait tout le monde mais qui connaissait précisément son monde et aussi ses auteurs, les bons, et qui mettait sa ruse au service de l'Etat en revenant sur des projets funestes. L'homme aujourd'hui à l'Elysée ne réagira pas en chef de l'Etat, au moment précis où il pense en prendre la posture. Non seulement il ne retirera rien, mais il sera pressé d'en finir. Il a deux armes à son usage, celles qu'ont employées les politiciens qui, depuis plus d'un siècle, en France, n'abordent jamais les questions de fond et qui ne voient jamais rien venir, ni les crises, ni les guerres, ni les défaites,  ni les désastres, mais qui ont l'art d'esquiver leur responsabilité. Ces armes, hélas, efficaces, ce sont l'usure politique et la lassitude psychologique. C'est là-dessus  qu'Hollande compte et qu'il jouera.

L'usure politique est le grand moyen de désamorcer des conflits qui pourraient devenir explosifs. L'idée en est simple : l'adversaire s'usera pendant que l'actualité tournera. Il est si facile de mener les peuples en bateau. Les pauvres sidérurgistes et ouvriers de France en savent quelque chose.

La lassitude psychologique est le lot habituel de tous ceux qu'un système politique marginalise. Une atmosphère de combat ne se maintient pas indéfiniment quand le système dont vous êtes tributaires, vous place par principe en position de perdants. Qui peut résister ? C'est archi-connu, même si ce n'est pas théorisé ; et pour cause ! Au point qu'Hollande et tous les stipendiés du régime sussurent  benoîtement : vous verrez, une fois la loi passée, personne n'y reviendra, surtout pas la droite ! Quel argument irréfutable ! Comment résister dans un système aussi totalitaire ? Même s'il se couvre des oripeaux du droit, du clinquant de la modernité, de la séduction de la licence !

Se posent, se posera donc à l'intelligence des Français la question proprement politique du système. Une vérité apparaît de plus en plus criante : le peuple de France, le pays réel n'est pas représenté. Un clan de partisans qui n'œuvre que dans le seul but de maintenir sa domination, s'est emparé de la représentation, ce qui lui permet de gouverner à sa guise ce pauvre peuple toujours bafoué. Où se situe, s'il vous plaît, la récupération ?

Hilaire de Crémiers

* Direteur de Politique Magazine et de La Nouvelle Revue Universelle.

** Précédentes mises en ligne :

> 14.01.2013 : Jean-François Mattéi article du Figaro : "Mariage pour tous et homoparentalité".  

> 22.01.2013 : Chantal Delsol, entretien avec Jean Sévillia (Figaro Magazine).

> 29.01.2013 : Thibaud Collinarticle dans Le Monde du 15 janvier. 

 

Commentaires

  • remarquable commentaire de Hilaire de Crémiers, tout est dit !

Les commentaires sont fermés.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL