Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Immigration : Manuel Valls désavoue Claude Guéant et ne durcira pas les critères de régularisation. Pétaudière, la France est, pétaudière elle doit rester. Et elle restera, foi de Valls !

        Pensez !  Ce grand méchant mou de Claude Guéant avait imaginé quelque chose d’absolument horrible et de tout particulièrement monstrueux : faire passer aux candidats à la naturalisation un  test de connaissances linguistiques et historiques ! L’horreur absolue, quoi, l’abomination de la désolation, la honte des hontes, la dernière ligne droite avant Auschwitz en quelque sorte !

        Manuel Valls vient d’abroger cette « course d’obstacle aléatoire et discriminante » ! Le grand mot est lâché : « discriminant », l’un des mots qui tue (comme « dérapage », « nauséabond »…) la décision est prise, et le signal fort envoyé par "le tam-tam de Jonathan", pour reprendre l’expression de Jean Raspail : vous tous qui voulez du fric, sur la terre entière, l’AME absolument gratuite (1), des aides de toutes sortes, des associations pur vous défendre, des « droits » à gogo etc. etc.  continuez à venir en France, au rythme de 230.000 par an et plus (200.000 entrée « légales » et 30.000 régularisations, en fait beaucoup plus pour les unes comme pour les autres…) : la France est une gigantesque pétaudière et un immense foutoir, et elle le restera, pour vous.

        Quant à nous, les Français de souche ou de filiation (eh, oui, on existe) le Pays légal s’en fiche bien pas mal : il augmentera encore nos impôts pour mieux vous assister. On n’est plus très loin du confiscatoire, alors, allons y gaiment ! Du moment qu’il s’agit de faire entrer les nouveaux électeurs de la Gauche…

        Mais ce petit-jeu là finira par mal finir.

        La crise est là, et l’on ne pourra éternellement prendre les Français pour des imbéciles, en leur cachant officiellement cette sur-délinquance immigrée qu’ils subissent tous les jours et dont ils souffrent tous les jours ; en continuant à leur faire croire qu’il n’y a pas de rapport entre l’explosion du chômage et de la précarité partout (intérim, petits boulots, mi-temps) et la présence en France de cette masse insensée de tant de nouveaux venus en si peu de temps.

        Quand, vraiment, les gens n’en pourront plus, alors, Caveant consules !

(1) : plus de franchise annuelle  de30% - elle était « discriminante » - alors que, pour nous, les frais médicaux deviennent de plus en plus chers, et que de plus en plus de Français retardent leurs soins, ou ne soignent carrément plus.

Commentaires

  • Effectivement seule notre faillite nous sauvera de la faillite.
    Seule l'invasion nous sauvera de l'invasion.

    Les jeunes gens lucides prennent leurs précautions.

    Tout cela finira très mal et plus vite qu'ils ne le pensent
    a l'UMPS.

    Je n'imagine pas que Normal 1er puisse finir normalement
    son mandat en 2017.
    Les choses s'effondreront bien avant.

    N'ayant rien a faire ou ne sachant quoi faire,Normal 1er
    est venu a Londres assister aux débuts des jeux.

  • TOut à fait d'accord, il faut valoriser la nationalité, éxiger un examen comme aux U.S et ne pas brader la citoyenneté.
    Malheureusement les précédents gouvernants jouaient aussi sur deux tableaux et ils sont largement responsables, mais on se félicite des natalités qui vont donner plein de petits électeurs dont sont si friands nos hommes politiques. Il n'y a que cela qui compte en républicaine vous le savez bien.

  • Continuez comme cela monsieur Valls ! bientôt la France ne sera plus la France. Lorsqu'on prend les transports en commun (j'étais dernièrement à Paris), il nous faut compter les "vrais" français.
    Continuez comme cela et ça va vous exploser à la figure, les français en ont marre et un jour ils se réveilleront et, je l'espère, demanderont le retour à la monarchie.
    Normal 1er n'a pas encore vraiment compris la mesure du travail qui l'attend sur notre territoire, il s'amuse pour le moment, la rentrée risque d'^^etre chaude.

  • Il est vrai qu'avec un nombre aussi important de chômeurs,
    le niveau d'immigration économique n'est pas justifié.
    Il faut donc se poser les vraies questions, les immigrés
    occupent-ils les emplois que pourraient occuper nos
    chômeurs ?, les patrons ont-ils intérêt à employer les
    immigrés sans les déclarer, ou à des salaires inférieurs à
    ceux auxquels les Français peuvent prétendre ?
    Si l'immigration est avant tout économique, outre le contrôle
    aux frontières ( ce qui implique de remettre en cause les
    accords de Schengen, mais tout le monde sait que même le
    contrôle à nos frontières ne peut être total), c'est avant tout
    avec le patronat qu'il faut prendre des mesures, ainsi qu'avec
    les pays à forte émigration, par des accords de partenariat ou
    de coopération.
    Car, renvoyer les immigrés dans leur pays, une fois qu'ils
    sont installés sur notre territoire, outre les frais que cela
    implique, et les aspects humains, cela ne règle pas le
    problème (ils peuvent en effet revenir), cela le déplace
    seulement, temporairement.
    Ce n'est pas en aval qu'il faut agir, en se posant des
    questions, mais plutôt en amont.

  • Je crois que, cette fois-ci, DC a raison :

    1. L'immigration est devenue un problème gravissime, voire de survie nationale, en raison de sa masse plus encore que de sa nature.

    2. Traiter la question plus en amont qu'en aval, est, en effet, la raison. Et, dans ce cas, tous les protagonistes sont concernés, à commencer par le patronat (petit ou grand).

    3. Le slogan "déchoir/expulser" n'est pas crédible si les contours d'une nouvelle politique d'immigration ne sont pas au moins esquissés. Sans cela, on ne voit pas comment de telles mesures seraient possibles et elles paraissent, alors, irréalistes, voire extrémistes, ce qui nuit à l'idée elle-même.
    Or la mise en place de nouvelles règles d'immigration, et, même de naturalisation, est possible. Elles supposent, en effet, de définir, avec les pays à forte émigration, et, en tout premier lieu, avec l'Algérie, des accords bilatéraux en la matière. Il est assez sûr que ces pays ne s'y prêteraient pas facilement et que leur négociation serait âpre. Mais nous avons, sans-doute, un ensemble de moyens pour y parvenir.

    En matière d'immigration, si grave que soit le problème, il faut, comme toujours "raison garder". La solution n'est pas dans l'anarchie d'une réaction populaire spontanée. Celle-ci peut y aider. Mais elle doit être, avant tout, une politique d'Etat, globale, volontaire et clairement affirmée.

    Raison de plus pour remettre en cause la nature de l'Etat qui est le nôtre qui, d'ailleurs, n'en est pas un. Rappel : Boutang disait "le Semble-Etat".

  • Effectivement, les Français de souche récente ou plus ancienne, votent de plus en plus mal, alors forcément la Gauche pour obtenir le pouvoir doit inventer, créer, de nouveaux électeurs. Celà s'est vu dans certains quartiers de Paris où le candidat HOLLANDE a atteint les 8O% des votants. Combien de temps encore les Français vont-ils accepter ce changement de population??????????????????

  • Ce n'est pas un "changement" de population mais son remplacement pur et simpe, afin d'imposer un type mélanésien hexagonal. Ainsi, il ne se passe plus un jour sans faits divers (qualifiés d'incivilités pour mieux les banaliser) intéressant ces nouveaux champions de l'assistance intégrale. Avec les excuses, la repentance de la famille d'accueil culpabilisée par une Histoire réécrite et falsifiée de fond en comble. Qu'on se le dise, dans toutes les langues, du bled, jusqu'aux brousses les plus lointaines : La France est une passoire qu'il faut rejoindre au plus vite, pour vivre heureux et y faire beaucoup d'enfants. Joindre l'utile à l'agréable, quel beau pays, quand même ! Et ne pas oublier de dire "merci" aux généreux socialistes qui dirigent cet eldorado depuis près de 40 ans.

  • Bonjour,
    Cela fait déjà un bon bout de temps qu´au Danemark les immigrés, d´où qu´ils viennent, et pas seulement en relation avec l´obtention de la nationalité danoise, doivent passer un test linguistique et de connaissances de la société danoise.
    Ce que j´avance peut être vérifié auprès du Parti de Peuple Danois (Dansk Folkeparti).
    Cette disposition n´a pas été abrogée par l´actuel gouvernement qui est d´orientation social-démocrate/socialiste et n´est pas en discussion dans la société danoise.
    D´autres dispositions restreignent l´immigration extra-européenne, notamment pour éviter les mariages forcés.
    Il n´empêche que l´immigration et l´intégration posent de sérieux problèmes au Danemark, mais pas au niveau de ce qui se passe en Suède, à Malmø, par exemple.
    Gérard Lehmann, Ass. prof. émérite, dr. Syddansk Universitet

  • Il y a bien longtemps que l’immigration n’est plus liée à une nécessité économique comme à l’époque où s’est peuplée Mulhouse ou la vallée de la Seine autour de Flins. L’économie n’intervient que pour souligner à des pays sinistrés que les conditions de vie sont bien meilleures au Nord …
    C’est d’ailleurs ce qui rend la question encore plus inquiétante car la raison d’entrée en Europe n’est plus d’y chercher du travail. Il y a une corporation remarquablement renseignée sur l’état du pays réel, qu’elle côtoie chaque jour, et qui est confrontée au scandale de l’assistanat social, ce sont les médecins, tant de ville, que d’hôpital. Malheureusement ils ne peuvent pas parler ou témoigner.
    Quant à Valls il est sur un bateau ivre dont le capitaine applique un programme délirant, sans savoir s’il est dans le brouillard ou s’il aura assez de fioul pour aller au bout du voyage. Il en donne régulièrement des signes dans ses discours sur l’islam, qui montre qu’à l’évidence il ne sait pas de quoi il parle.

Les commentaires sont fermés.