Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Entretien (!) Poutine/Hollande sur la Syrie : quand le bon sens répond à l'idéologie pure.....

poutine hollande.jpg        Avez-vous vu ce qui s'est passé en Irak, en Libye ? Est-ce "bien" ? Est-ce cela que l'on voulait ?.....

       Voici deux ou trois choses du plus élémentaire bon sens que Vladimir Poutine a dites à ce boutefeux de Hollande qui - si l'un de ses ministres parle de réduire encore les crédits militaires, vieille habitude chez les socialistes... - lâche tout de go l'aberration effarante qu'une intervention est possible en Syrie, mais évidemment sous mandat de l'Onu !...

        Ainsi, "le changement c'est maintenant" s'apprêterait-il à recommencer les pires folies du barnum BHL/Sarko en Libye ! On change, mais on recommence, ça c'est du programe politique !

        Comme dit la chanson, "c'était pas la peine, assurément, de changer de gouvernement !..."

          Et si, en haut lieu, on était sérieux deux minutes ?...

         On doit être particulièrement peu au courant, dans l'entourage immédiat du nouveau président, de la réalité des choses : car la Syrie n'est pas la Libye. Sur France info, un général affirmait que, pour simplement "tenir" la zone côtière du pays, il faudrait 100.000 hommes. Et là, ce ne sont pas quatre-vingt deux hommes que nous perdrions (sans compter les mutilés et "cassés" à vie...) , mais des centaines, voire des milliers....

        On ose espérer qu'un peu de sagesse entrera dans la cervelle des boutefeux/pyromanes qui balancent des propos incendiaires, propres à mettre la France dans un bourbier effroyable - elle qui a assez de problèmes comme cela.....  

Commentaires

  • 100% d'accord avec votre note. Vous avez tout à fait raison. Votre position est juste et vous faites bien de l'exprimer. Sarko, Hollande et BHL, en la matière, sont de stupides politiciens, dominés par le conformisme et par leur commune idéologie.

    Il me revient à l'esprit les affirmations de Maurras, en d'autres temps, à propos de circonstances infiniment plus graves, mais affirmations qui éclairent, encore, le sujet dont il est, ici, question :

    « Vouloir la guerre, l'entreprendre : NON ! (...) La guerre d'idées, la guerre de principes, la guerre de magnificence : NON ! Cela dépasse trop ce qui reste de nos moyens ».

    En l’occurrence, ni la France, ni l’ordre, ni l’équilibre de la région n’ont intérêt à une quelconque intervention française ou autre, en Syrie.

  • Deux points essentiels déterminent la politique étrangère russe: le refus d’un monde "unipolaire" et la condamnation de la tendance de plus en plus marquée des Etats-Unis à intervenir au-delà de leurs frontières, fût-ce par "valets interposés" comme en Libye, en
    s’affranchissant des règles du droit international.
    Face à l’affirmation planétaire de l’hégémonie américaine, Poutine critique sous le nom de "monde unipolaire"ce que les Américains appellent le "Nouvel Ordre mondial", et y oppose les contours d’un monde résolument multipolaire. "Le modèle unipolaire n’est pas seulement inadmissible pour le monde contemporain, déclare-t-il, mais il est même tout à fait impossible ".
    Ces propos affirment avec force qu’il n’existe pas, à l’échelle mondiale, de normes pour une dépolitisation des relations internationales qui conduirait à les réduire aux "droits de l’homme"et aux "lois" de l’économie.
    Poutine ne cesse de redire que le seul droit commun possible est celui qui respecte la souveraineté de l’autre, c’est-à-dire un droit de coordination, et non de subordination.
    Excellent stratège et calculateur froid, Poutine sait ce que représente la souveraineté. C’est une chance pour l’Europe de voir aujourd’hui la Russie militer pour un monde "multipolaire" qu’elle n’a pas la volonté ni le courage de défendre elle-même.

  • De quel droit irait il faire tuer des jeunes gens de l'europe en Syrie . Qu'il y aille lui même avec melanchon et compagnie . Les jeunes Européens doivent défendre l'occident et nos valeurs et non pas aller se faire tuer pour les valeurs de l'islam.

  • "melanchon" Sic ! et cela prétend enseigner des valeurs bien de chez nous : à commencer sans doute par l'attention à l'orthographe et le respect des personnes...

  • Le bon sens russe n'est pas sans arrière-pensées mais il reste du bon sens. Si les effets de manche du président normal se concrétisaient, la première victime en serait le Liban, occupé immédiatement par l'armée syrienne. Il suffit de voir une carte, en cas d'opérations onusiennes, sans réaction syrienne à l'ouest, le Liban serait la fracture ouverte au flanc de la Syrie par où viendrait toutes les menaces.
    Avec des alliés potentiels comme le Hezb et certaines communautés chrétiennes, l'occupation des ports libanais serait très rapide, et cette fois définitive.
    La Syrie bénéficierait de trois renforts, l'escadre russe de la Mer Noire en "promenade" aux Echelles, le ravitaillement en munitions en provenance d'Iran et la neutralité intéressée d'Israël.
    Pourquoi donc les Etats-Unis n'y vont pas ? Parce qu'ils ont analysé tout ça, eux.

  • Entièrement d'accord avec vous. Mais si F HOLLANDE bluffait: Nous irons en SYRIE avec un mandat de l 'ONU, en sachant bien que la RUSSIE et la CHINE opposeront leur véto. Quant aux Américains, leur campagne électorale va bientôt démarrer, et ils ne prendront pas le risque d'une nouvelle guerre.
    Je vois mal la FRANCE seule s'engager dans une guerre meurtrière, impopulaire et qui ne servira que les intérêts de l'Arabie Séoudite sunnite, adversaire des Chiites Syriens ET Iraniens

  • "S'il faut verser le sang
    "Allez verser le vôtre
    "Messieurs les bons apôtres
    "Messieurs qu'on nomme grands."

  • Le danger est accru chez les socialistes par leur vision toujours parfaitement déconnectée de la réalité. Devant l'impossibilité de mettre en oeuvre ses folles et coûteuses promesses, FLN (François le Normal) ne serait il pas tenté d'entrainer notre pauvre pays dans une guerre en Syrie, tout bêtement pour faire diversion ?

  • Nos amis de ce site nous pardonneront si la plupart des documents permettant de faire une lecture dépassionnée des évènements de Syrie, sont en anglais, les media français s’étant mis hors jeu depuis le premier (sans parler du Quai d’Orsay et de sa succession de ministres) .... Il me parait indispensable de rapporter cette information du grand journaliste britannique de The Independent, connaisseur critique du Moyen Orient et de l’islam, Robert Fisk. Il nous dit simplement que les Russes n’ont jamais livré à la Syrie, d’obus et de roquettes chargés de gaz de combat. Les seuls pays qui en ont acheté à Moscou à partir de 1967 sont Yémen, Egypte et Libye ... Information de source russe. Ce qui explique la grande sérénité de Poutine dans cette affaire, et la grande prudence de l’Américain. Il n’y en a qu’un qui continue à pédaler contre le vent. A se demander si la France possède encore un Service de Renseignement.
    Lien vers l’article de Fisk
    http://www.independent.co.uk/voices/comment/gas-missiles-were-not-sold-to-syria-8831792.html?origin=internalSearch

    Robert Fisk
    Sunday 22 September 2013
    Gas missiles 'were not sold to Syria'
    Export papers seem to back Assad's denial over sarin attack – but Russians won't go into detail
    ___________________________________________

    Et aussi le lien vers le rapport des inspecteurs de l’ONU, où des photos de débris de projectiles montrent clairement des inscriptions en russe.
    http://www.un.org/disarmament/content/slideshow/Secretary_General_Report_of_CW_Investigation.pdf

    Mais contrairement aux vociférations entendues, à aucun endroit du rapport, Damas n’est incriminé …

Les commentaires sont fermés.