UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'ancien régime, c'est aujourd'hui, ici et maintenant...

        ... avec ses archaïsmes qui seraient presque amusants, s'ils ne bridaient la fertilité du peuple français, le condamnant inexorablement à un déclassement lent mais régulier, tant qu'on n'en sortira pas...; avec ses blocages, ses privilèges sans nombres et ses Bastilles non moins innombrables...

        Le dernier exemple en est fourni par ces élections cantonales, finement analysées par Eric Zemmour (1) : "degré zéro de la politique" mais surtout "cassette" permettant aux modernes féodalités locales de retrouver, précisément, "des réflexes somptuaires de grand féodaux".

        Où : comment la création de ces départements par la Révolution, véritable offensive contre nos Racines historiques, nous maintient encore aujourd'hui, deux siècles après et probablement seuls au monde, à ce niveau, dans la situation d'écrevisses, allant à reculons...

        L'analyse de Zemmour, ou plutôt sa charge contre cet archaïsme (condamné depuis quarante ans par les modernes "de droite comme de gauche", dit-il...), est éloquente à ce sujet : "Pas étonnant que les socialistes soient les rois des élections cantonales... : l'assistanat est distribué par eux sans mauvaise conscience; le clientélisme associatif est une seconde nature..."

        zemmour cantonales.jpg

zemmour,cantonales,pays légal

Pour la Révolution, il s'agit "du passé de  faire table rase", afin de créer un citoyen nouveau, pour un monde nouveau, dans un esprit nouveau. Ce citoyen doit être "libéré" de tous ses héritages spirituels, religieux, politiques etc... Et, en ce qui concerne l'administration de ce nouveau monde, le citoyen nouveau doit être "libéré"des héritages historiques que véhiculent les Provinces. 

Déconnectée du réel, la pensée va si loin dans son abstraction que, dans un premier temps, "on" imagine, tout simplement, 80 départements carrés ! Un peu de bon sens dans le délire hystérique ramènera les choses à nos actuels départements... qui portent toujours la tare de leur origine et de leur raison d'être : avoir été voulus pour tourner le dos à notre Histoire, à notre Être profond venu du fond des âges...

(1) : dans Le Figaro Magazine du 19 mars.

Commentaires

  • la vigueur des élus à protester contre uneéventuelle réforme ledémontre pafaitement; 6000 priviligiés qui auraient sauté alors qu'ils se votentleur revenus, leurs indemnités...faut pas pousser. tout cela pour distribuer des subventions à leurs amis du monde socioculturel, du sport et du social. cela prépare le terrain des législatives.

    enfin cela nous coûte très cher, au final.

Les commentaires sont fermés.