UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A 86, près de Versailles : l'anamorphose de Louis XIV décore le tunnel autoroutier

LOUIS XIV TUNNEL A 86.jpg

 Une mosaïque évoquant le Roi-Soleil et son château POUR décorer un tunnel de l'A86, près de Versailles : la tête d'Apollon aux cheveux flamboyant est positionnée de façon symétrique de part et d'autre de la paroi du tunnel.

       Pour mettre en valeur le Duplex A86, long de 10 km, entre Vaucresson et Vélizy, - qui boucle le «superpériphérique» de l'Ile-de-France... - Pierre Coppey, président de Vinci Autoroute, a eu l'idée d'y installer une œuvre d'art : c'est donc dans ce tunnel autoroutier qu'a été posée une fresque en mosaïque, monumentale, réalisée par Cinzia Pasquali, qui a été la restauratrice en chef de la galerie des Glaces du château de Versailles.

        «L'artisan», comme elle-même se dénomme, a créé une «allégorie du château», située dans l'axe du tunnel, en dix-huit pans : les jardins, avec un alignement de cyprès, la tête d'Apollon aux cheveux flamboyants pour figurer le Roi-Soleil... Qui donnent l'illusion d'un reflet en miroir avec leur positionnement de façon symétrique de part et d'autre de la paroi... Ces mosaïques, en pâte vitrée et parsemées de dorures, ont été faites à la main dans un atelier de Milan. L'œuvre a coûté un million d'euros (à rapporter aux 2,2 milliards de coût total de l'ouvrage...).

        Lancé à 70 km à l'heure au volant de sa voiture, le spectateur automobiliste a neuf secondes pour l'observer. Pour Cinzia Pasquali, «ce tunnel est une prouesse technologique, comme l'était à son époque la Galerie des Glaces... Les mosaïques résisteront aux vibrations de la route et elles seront régulièrement nettoyées..."

        "La volatilité du regard de l'automobiliste a nécessité une déformation de 400 % de l'image, étirée de façon à ce que le conducteur ait une perception globale», précise Frédéric Rousseau, responsable de la maîtrise d'ouvrage. À l'arrêt, l'œuvre est «difforme». Une véritable performance donc: c'est la technique de l'anamorphose, ou l'art de la perspective secrète

(Source : Le Figaro)

Les commentaires sont fermés.