UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La dizaine de MAGISTRO....

 Par-delà le discours dit de droite, dit de gauche ou d'ailleurs, il faut aller à l'essentiel ...
du (bon) sens et des fondamentaux ... un choix de civilisation !


       MAGISTRO, une tribune libre et indépendante d'information civique et politique.

La Maison de l'Histoire de France existe déjà  Bertrand GALIMARD FLAVIGNY Journaliste, écrivain
Le fantôme de la liberté  Denis TILLINAC  Ecrivain, chroniqueur
Liens inavouables
  Denis TILLINAC  Ecrivain, chroniqueur
Vérités voilées  Eric ZEMMOUR  Journaliste, écrivain
De la justice  Yves-Marie LAULAN  Géopoliticien
Le peuplement de l’Europe : une logique centre-périphérie  G-F. DUMONT  Recteur d'académie, Géographie
Quelle politique étrangère et de défense pour l'Europe ? Roland HUREAUX  Essayiste 
L'échec de Barack Obama  François-Georges DREYFUS  Historien, Professeur émérite à la Sorbonne

Extrait du Dreyfus (L'échec de Barack Obama, premières lignes) :

        "L’échec du président Obama lors des élections de mi-mandat était prévisible depuis son élection. Nous l’avons écrit ici même il y a deux ans : s’il n’y avait pas eu la crise dramatique de 2008, il n’aurait pas été élu. Pendant deux ans, le président américain n’a pas su dominer la crise, et s’est engagé dans un programme généreux de sécurité sociale auquel il attachait infiniment d’importance. Au fur et à mesure que les mois passaient, le projet s’effilochait et le Président était poussé dans ses retranchements.
        De même, sa politique étrangère est un énorme échec. Le discours du Caire était un appel à la réconciliation entre le monde musulman et le monde occidental. C’était grand, beau et généreux. Mais cela posait le problème du comportement américain en Israël, en Irak, en Afghanistan et face à l’Iran. Certes le président Obama héritait d’une situation très difficile. La stupide guerre d’Irak engagée par son prédécesseur avait conduit à la déstabilisation totale de l’Irak et du Moyen-Orient tout entier. D’autre part, comme en Afghanistan, les militaires américains ont été dépassés par les événements. L’Irak aujourd’hui, malgré des élections soi-disant démocratiques, n’est toujours pas pacifié, et ne semble pas près de l’être.
        En Afghanistan, la lutte contre les talibans a été menée avec une stratégie inconsidérée. Pour contrôler un pays plus grand que la France, il fallait plusieurs centaines de milliers d’hommes. Il y en a moins de deux cent mille. Il est vrai que cela impliquait le rétablissement du service militaire : on s’est contenté de faire appel à des mercenaires. Au temps d’Obama comme au temps de Bush, on fait la guerre avec des avions et des drones, ce qui entraîne de multiples dommages collatéraux. Après tout, Washington et l’Otan auraient pu s’inspirer de la stratégie des Soviétiques, qui ont abandonné l’Afghanistan en 1987, non pour des raisons militaires comme on le dit faussement, mais parce que le Kremlin manquait d’argent…"

Les commentaires sont fermés.