UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sur le Blog d'Hilaire de Crémiers...

            La dernière livraison du Blog d'Hilaire de Crémiers revient sur la boulimie de réformes de Nicolas Sarkozy ( http://leblogdhilairedecremiers.hautetfort.com/ ).

            Dans sa volonté affichée de rupture, le Président a, en effet, lancé un grand nombre de réformes tous azimuts, et plusieurs en même temps, ou peu s'en faut.

            Tout cela est bel et bon, note Hilaire de Crémiers, qui ne conteste ni l'intérêt de ces réformes, ni leur necessité, mais qui remarque que C’est un cadre intellectuel qu’il conviendrait d’abord d’établir. Et qui pose la question : Les réformes, pourquoi ?

            Voici les premières lignes de cet excellent article, qui emmènera - entre autres... - du côté du discours de Benoît XVI à l'Onu, en 2008 (dont on pourra lire le texte intégral)....         

sarkozy réformes.jpg 

Une volonté affichée de rupture(s) et de réforme(s) tous azimuts,

et pour beaucoup lancées en même temps...:

Nicolas Sarkozy en visite a Nancy, le 12 mai 2009, pour présenter sa reforme de l'hôpital.

              "ll est des épuisements dont les sociétés ne se relèvent pas. Rien ne sert de crier à la réforme, c’est l’âme qui est atteinte. Et comme un refus obstiné est opposé à  toute volonté de restaurer cette âme dans ses droits imprescriptibles à la vie, le corps social continue à languir et à dépérir : il reste embarrassé de ses maladies comme de ses remèdes qui sont par nature insuffisants pour lui rendre l’énergie spirituelle, par ailleurs perdue.

              Voilà des réformes dont certaines, sinon toutes, pourraient être bonnes ou apporter des améliorations, mais elles se réduisent à des procédures, à des moyens, à des techniques ; aucun esprit véritable ne se dégage de l’amas des textes ; aucune fin n’est assignée à l’action engagée ; aucun principe n’inspire, ne dirige, n’achève le mouvement opéré. Le risque est de tout perdre, y compris les points positifs de la réforme..."

Les commentaires sont fermés.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL