Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

France info relance le débat sur les paroles odieuses (et aussi franchement ridicules) de La Marseillaise... (2/2)

            Ce mardi 13 juillet, le commentateur passe en revue l'actualité, comme d'habitude. Et, après Sarko et les réactions à son intervention, il enchaîne "Et puis à la veille du 14 juillet, le débat est relancé sur les paroles de la Marseillaise..."

            Voici d'abord le scripte de son intervention, avant notre grain de sel :

marseillaise%20de%20rude.jpg
 
Même si - c'est évident - beaucoup s'y sont laissé prendre en toute bonne foi, le "message" véhiculé par le Chant de guerre de l'Armée du Rhin est violent et xénophobe; et il est, volens nolens, une voie "royale" - un comble !... - vers le racisme, dont l'idéologie qu'il véhicule peut être considéré comme l'une des sources lointaines...

            "C’est la Croix qui ouvre ses colonnes à un membre de l’Institut de recherche sur la résolution non-violente des conflits. Pour Etienne Godinot, les paroles guerrières de la Marseillaise sont devenues clairement anachroniques. Aberrant, dit-il, de chanter qu’on veut faire couler le sang dans les sillons impurs à l’heure de la construction européenne ou de la fraternité sportive dans les stades. Il suggère de créer une sorte de commission des sages, composée de poètes, d’intellectuels et de politiques pour réécrire le texte de l’hymne national. D’ailleurs, il signale que c’est dans la Marseillaise elle-même, au deuxième couplet, un couplet prémonitoire, les paroles évoquent justement comme un rêve lointain le jour où les Français cesseront enfin de chanter ce refrain terrible, "aux armes citoyens" et la suite... Ce jour lointain, il est peut-être arrivé, pourquoi pas..."

            Le problème, avec les textes mauvais, c'est qu'il ne s'agit pas de la forme (les ré-écrire, simplement) mais du fond : quand c'est le fond d'un discours qui est mauvais, qui est pernicieux, on ne le re-écrit pas, on en change. C'est caricatural, certes, mais c'est pour être bien clair : que répondrait-on à un allemand qui proposerait de ré-écrire Mein Kampf, afin d'en arriver à une version acceptable (!) - soft ou light, comme on dit dans le microcosme qui pratique le globish - d'un nazisme modéré ?

            Le problème de fond, avec la Révolution et La Marseillaise, c'est qu'il s'est clairement agi d'un groupe de personnes xénophobes, qui ont voulu délibérément une guerre avec l'Autriche, qui ne s'imposait évidemment pas (bien au contraire) et qui ont haï jusqu'au ridicule, mais aussi jusqu'à l'horreur, l'Autriche en général, et l'Autrichienne en particulier.

             Et pourquoi ont-ils haï à ce point ? Pourquoi ont-ils poussé la xénophobie jusqu'à ses extrêmes limites, dans des régions où elle devient l'une des causes lointaines du racisme ? Pourquoi ont-ils mis l'Europe à feu et à sang, agressant des pays voisins dont plusieurs n'avaient que des sentiments amicaux à notre égard ?

            Par idéologie, persuadés comme ils l'étaient que le Système qu'ils venaient d'inventer, étant basé sur la Raison, était le meilleur pour la France, l'Europe et le monde entier. Et aussi pour instaurer leur République idéologique, car sans cette guerre ils ne pouvaient supprimer la royauté. 

            D'où ces appels incessants et insensés à l'exaltation permanente, aux armes, à l'insurrection, à la violence toujours et partout.... seule base et seule condition de l'établissement de leur régime.  (à suivre...) 

Les commentaires sont fermés.