UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Prospective : Le français progresse-t-il dans le monde ?

            Voilà un sujet et une note qui -nous prenons le pari- devrait faire réagir, et susciter quelques commentaires....

            On le sait bien, le rayonnement d'une langue donnée dépend surtout du poids géopolitique de cette dernière, qui lui-même dépend de plusieurs facteurs (poids économique, poids démographique, extension géographique de la langue, etc.). On a évoqué, il y a peu de temps, la désaffection pour les langues étrangères en général -et le français en particulier- au Royaume-Uni, pour en tirer la conclusion que le français reculait...

img207.jpg

img209.jpg

img210.jpg

             Mais ce problème -propre à la Grande-Bretagne et à certains pays européens- ne doit pas occulter le fait que le poids géopolitique du français semble augmenter dans le monde, bien que certains francophobes (surtout Anglo-Saxons) essaient de nous convaincre du contraire.

 

           Par exemple, l'O.N.U. prévoit -dans différents documents de travail ou notes internes...-600 millions de francophones en 2050 du fait, entre autres, du dynamisme de la démographie en Afrique. Elle n'exclut pas, non plus, dans ses hypothèses, que le poids géopolitique du français en Europe puisse augmenter si l'on prend en compte un possible éclatement de la Belgique et un rattachement de la Wallonie et de Bruxelles à la France. Face à cela, d'autres langues sont, elles, réellement sur le déclin, du fait d'une décroissance du nombre de leurs locuteurs (cas pour l'allemand, l'italien ou le japonais).

           De même -autre scénario virtuel mais pas totalement inenvisageable lui non plus- l'eclatement du Royaume-Uni est évoqué, du fait de l'indépendance eventuelle de l'Écosse à moyen terme: cela n'aurait-il pas des conséquences négatives pour l'anglais, peut-être même aussi dans les institutions européennes ?

           Dernier indice encourageant pour le français (qui serait bien loin, donc, du déclin catastrophique prôné par certains groupes anglo-saxons: il a fait une percée fulgurante en Chine, où il est devenu la deuxième langue enseignée dans le pays. Ce qui peut paraître relativement normal, vu que la Chine s'investit beaucoup en Afrique....

           Mais bien sûr, il ne s'agit là, comme nous l'avons écrit en titre, que de prospective....

           A lire:

 http://www.france-amerique.com/articles/2010/03/20/la_langue_francaise_progresse_grace_a_l_afrique_40_ans_de_francophonie.html

 

francophonie chine.jpg

A l'initiative de la chargée de la communication de l'Ambassade de la Côte d'Ivoire, Jacqueline Nizet, Pékin disposera dorénavant d'une association francophone.

L'association a vu le jour en grande pompe au Kerry Center en présence d'une vingtaine de nationalités issues des cinq continents avec leur ambassadeur pour les représenter "c'est important que les Ambassadeurs soient présents car avec eux c'est tout un pays qu'ils ramènent" explique Jacqueline Nizet.

L'ambassadeur de la Côte d'Ivoire, Alain Nicaise Papatchi Coffie, est l'actuel président de l'Association des Francophones de Pékin.

Les commentaires sont fermés.