Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Ephémérides mènent à tout...

            La raison d'être de ce blog est de jeter un regard politique sur l'actualité, et de proposer le Prince Jean comme un recours pour le moment où, fatalement, les problèmes qui nous assaillent rendront crédibles pour l'opinion l'alternative royale.

            Il n'est cependant pas interdit de se détendre un peu, de temps en temps, et de profiter de toutes les occasions qui se présentent -par exemple avec les Ephémérides- pour faire régulièrement quelques petites pauses, disons culturelles, dans une présence quotidienne sur le front proprement politique.

            Comme avec cette rédaction de l'Ephéméride consacré à la date anniversaire des observations scientifiques du baron de Zach qui, en 1808, à pu observer le Canigou, distant de 260 kilomètres, depuis Marseille.

           C'est strictement impossible, et pourtant il l'a fait...

          Eh, oui. Grâce, tout simplement si l'on peut dire, à la réfraction...

          C'est en 1808 que le baron de Zach, astronome allemand, réalise la première "observation scientifique" du Canigou depuis la colline de Notre-Dame de la Garde, à Marseille ! Or, même si le Canigou -distant de quelques 260 kilomètres- culmine à 2.800 mètres, la courbure de la Terre ne permet en aucun cas d'en voir le sommet depuis Marseille. Comment est-il donc possible que, non seulement le Canigou, mais toute la chaîne de montagne, se révèle aux observateurs ?

          Les lois de l'optique apportent une explication simple à ce phénomène.

canigou.jpg

           "Comme l'eau ou le verre, l'atmosphère est un milieu réfracteur- explique Alain Origné, ingénieur de recherche au Laboratoire d'astrophysique de Marseille -. Et de la même manière qu'un bâton plongé dans l'eau apparaît brisé à un observateur, l'image d'un objet lointain peut être déviée, courbée, par les couches plus ou moins denses de l'atmosphère..."

            http://canigou.allauch.free.fr

            Les conditions d'observation optimales se trouvent réunies deux fois par an, de mi-octobre à mi-novembre, et aux alentours du 10 février, quand le soleil se couche dans l'axe du Canigou (ci dessus).

            Alain Origné a même réussi à saisir le Canigou se détachant en ombre chinoise sur le disque de la pleine lune !...

Les commentaires sont fermés.