Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rachida Dati veut une prison "hors les murs" : chiche !

          Encore et toujours le lancinant problème des prisons. Alors que la surpopulation carcérale explose, Rachida Dati a présenté un énième projet de loi pénitentiaire.

          "Nous proposons une nouvelle conception de la prison: une prison moderne, digne, et une nouvelle vision de la privation de liberté avec la prison 'hors les murs'. Le fait de condamner, de sanctionner, de priver de liberté peut prendre d'autres formes que l'emprisonnement" (cf Le Monde du 29 juillet).

             Le chiffre de 64.000 détenus, pour un peu plus de 50.000 places, vient d'être franchi au 1er juillet. Prenons donc le Garde des Sceaux aux mots. Plutôt que de faire une réformette, simple emplâtre sur une jambe de bois, appliquons à la lettre son image de « prison hors les murs » ; et poussons jusqu’au bout la logique à laquelle elle se refère, selon laquelle « le fait de… sanctionner…. Peut prendre d’autres formes que l’emprisonnement ».  

              Le problème récurrent des prisons vient, pour une très large part, d'un refus de voir la réalité telle qu'elle est, par pure soumission à l'idéologie dominante.     

              Proposons donc au Garde des Sceaux un retour au réel : nos prisons sont pour une bonne part remplies soit d’étrangers soit d’immigrés récents. Pourquoi ne pas renvoyer les étrangers condamnés purger leur peine chez eux ? et déchoir les autres d’une nationalité française dont, sitôt gratifiés, ils ont montré qu’ils n’étaient pas dignes ? Et, bien sûr, les expulser d’un territoire où leur présence ne s’impose vraiment pas…..

              N’aurait-on pas là, pour le coup et pour de bon, une prison « hors les murs » ? Et une "sanction" qui prendrait une autre forme que "l’enfermement" ?... Plutôt que de continuer à laisser pourrir une situation déjà explosive, problème supplémentaire posé à un Pays Légal qui ne sait déjà pas comment répondre à la masse des autres problèmes qui nous accablent...

Les commentaires sont fermés.