UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les prix du mardi...

          le prix citron: A Denis Beaupin et Ségolène Royal, qui ont exprimé tous deux la même idée saugrenue: "menacer" la Chine !

          Ils pensent l'une et l'autre avoir trouvé l'idée géniale qui va effrayer l'empire du milliard et demi d'habitants....

          Pour Ségolène Royal il suffira de brandir la menace du boycott. Pas d'annoncer qu'on va boycotter, non. Simplement "menacer", persuadée qu'elle est que son sabre de bois suffira à terroriser les dirigeants chinois ! : "Il est encore temps de menacer de boycotter les Jeux Olympiques",n'a-t-elle pas raint d'écrire dans le JDD.  Elle ne doute pas d'elle et de son aura, Ségolène. Le problème ? son aura n'existe que dans sa tête.....

          Mais voilà qu'elle est concurrencée, et rudement, par Denis Beaupin. Lui pense, tout simplement, que l'on doit retirer les Jeux à la Chine, et qu'on n'a qu'à les organiser ailleurs ! Ben voyons ! Si le CIO "veut sauver l'olympisme" et "restaurer son image", a-t-il déclaré, il peut faire "réellement et visiblement pression sur la Chine" en menaçant de déplacer les JO dans un "site alternatif". Il pense que les Jeux cela s'organise en six mois ? Mais le plus fou est qu'il ne trouve rien de mieux à proposer comme site....qu'Athènes !

          Or on sait qu'après les Jeux les plus chers de toute l'Histoire, la Grèce n'a ré-affecté qu'un tout petit tiers de ses sites olympiques, laissant tous les autres inutilisés et dans un triste état, entre une lente mais inexorable dégradation et l'abandon pur et simple....

          C'est Pierre Dac qui a raison: "Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir".....

         le prix orange:à Alexis Brezet. Dans son édito du "Figaro Magazine" du 5 Avril il revient sur les causes profondes des déficits de l'Etat.  Celui-ci doit impérativement dépenser moins, mais "la bataille de le dépense publique sera rude" et "elle ne fait que commencer".Le Pays légal doit en effet rompre avec des décennies de gabegie, qui s'expliquent en très grande partie par le copinage et le clientélisme inhérents au fonctionnement de nos Institutions républicaines. Mais il y a plus, depuis quelques années....

          ".....mais c'est la logique folle d'un système qui, d'abaissement de l'âge de la retraite en pré-retraites, et de pré-retraites en 35 heures, a fait le choix du non travail. Pour compenser les effets sociaux dévastateurs de ce choix, et éviter qu'une fraction croissante de la population ne s'enfonce dans la pauvreté, l'État accroît ses prélèvements sur les entreprises. Ce faisant il les contraint à se débarrasser de leurs salariés les moins productifs ou à délocaliser leurs productions. Et il accroît par là les besoins sociaux qui justifieront demain de nouveaux prélèvements...."

Les commentaires sont fermés.