UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Retour sur un drame, qui pose plusieurs problèmes.....

          Âgée de 23 ans, la jeune Anne-Lorraine Schmitt a été assassinée le 25 novembre à Creil. On a tout dit sur cette pénible affaire, et si nous y revenons c'est parce que cet assassinat pose deux problèmes en un: celui, bien sûr, de la sur-délinquance immigrée (que plus personne n'ose nier aujourd'hui) mais aussi, et surtout, celui du laxisme devenu insupportable de la justice.

          Nous sommes en droit, en effet, de manifester notre étonnement et notre révolte lorsque nous apprenons que le violeur-assassin avait été condamné, pour la même agression et sur la même ligne du RER D en 1996. Mais, condamné à cinq ans, il a été libéré au bout de trois!.... Sans obligation de soins, sans suivi: que faisait dans la rue cette personne à risque, condamnée à une peine qu'elle n'a même pas exécuté en totalité? Nous ne pouvons que reprendre les propos du père d'Anne-Lorraine: "... Je n'en veux pas trop à l'individu, j'en veux plus au système qui fait qu'un gars comme ça puisse se promener sans problème dans la nature. Je ne veux pas qu'il puisse récidiver. C'est une question de volonté, pas de moyens." Voilà pour le premier aspect du problème (1).

          Il faut dire un mot, aussi, à propos des origines du violeur, un turc. Que la France s'occupe de ses enfants délinquants, c'est normal; dans tous les pays du monde, et en France comme ailleurs, il y a un pourcentage incompressible de voleurs, d'escrocs, d'assassins etc... et chaque pays doit traiter, selon ses lois, les problèmes que posent ses propres délinquants. Avons-nous besoin "d'importer" en quelque sorte des délinquants supplémentaires? Et, s'ils ont commis un délit chez nous, avons-nous besoin de les garder? L'explosion exponentielle des actes de délinquance devrait, au moins, permettre que l'on pose la question, et que l'on y réfléchisse.....

          Nous en avons assez et plus qu'assez de constater chaque jour que la république a transformé la France en une vaste poubelle, en une immense pétaudière. Non seulement nos rues ne sont plus sûres mais elles sont de plus en plus dangereuses; et devant ce foutoir permanent il serait irresponsable de continuer à tout encaisser, sans jamais rien dire; à laisser les choses aller comme elles vont, c'est à dire de plus en plus mal, sans jamais crier notre "ras le bol"...

          A ne pas dénoncer la folle politique de la république, qui sous couvert d'une fausse générosité accueille n'importe qui, on se fait complice. Et, comme la république, on finit par tolérer l'intolérable, accepter l'inacceptable, et simplement gérer la délinquance. C'est à dire s'en accommoder, vivre avec et, dans le cas qui nous préoccuper, celui de la jeune Anne-Lorraine Schmitt, 23 ans, mourir avec....

          Certes, avec la ferme politique que nous proposons, c'est à dire "Déchoir et Bannir" (1), il y aura encore des violeurs, et donc des viols; mais il y en aura moins. L'horreur restera toujours possible dans nos rues et dans nos trains, mais elle sera revenue à sa fréquence malheureusement incompressible que l'on pourrait qualifier du mot, toujours terrible dans ce cas, de "normale": il n'empêche que ce serait malgré tout moins grave que cette explosion actuelle des violences, et que cela vaudrait toujours mieux que cette croissance exponentielle des atteintes aux biens et aux personnes. La défense et la sécurité des biens et des personnes n'est-elle pas le premier devoir de toute Société et de tout État digne de ce nom? Force est de constater que par sa politique insensée la République non seulement nous protège de moins en moins mais encore nous met en danger de plus en plus, chaque jour un peu plus ("aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain...")

P.S.: les Français sont-ils d’accord pour payer les frais de justice, de détention et, sans-doute, après, de réinsertion (!) d’étrangers récidivistes ? Ou même primo-délinquants ? A quand un référendum sur ces sujets ?

(1): quand jugera-t-on les Juges? Est-il normal que cette "catégorie"de citoyens décide souverainement de l'incarcération (qu'on pense à Outreau...) ou de la libération (qu'on pense à notre Turc...) et puisse ainsi "démolir" des vies, des familles entières sans avoir jamais à répondre de ses actes et, en l'occurence, de ses erreurs? Oui, vivement "le jugement des Juges" !.....

(2): voir les notes de la Catégorie "Déchoir et Bannir".....

Les commentaires sont fermés.