UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les révolutionnaires désavoués par leur successeur....

          Le 11 mars 2007 restera-t-il comme date historique ?

          Ce jour là, intervenant en soirée au cours des Journaux Télévisés des principales chaînes, Jacques Chirac a annoncé qu'il ne briguerait pas de troisième mandat. Quelques personnalités étaient invités à commenter ses propos, dont son ancien Premier Ministre, Jean Pierre Raffarin.

          Celui ci raconta l'anecdote suivante:

         Juste avant le déclenchement de la Guerre en Irak, Silvio Berlusconi (favorable à la guerre) se rendit à Paris, où Jacques Chirac  (farouchement hostile à la guerre) essaya de le convaincre, mais en vain. Chirac lança à Berlusconi -c'est ce qu'affirme Raffarin-: "On n'exporte pas la démocratie dans des fourgons blindés !" La formule est bien tournée, et sa justesse a malheureusement été confirmée par le désastre que l'on sait...Mais l'intérêt de l'anecdote rapportée par J.P. Raffarin est ailleurs.

          N'est ce pas la première fois, et de plus la première fois à ce niveau, que la politique suicidaire des révolutionnaires peut être considérée comme ouvertement critiquée et condamnée ? Ces révolutionnaires qui ont déclaré la guerre à l'Europe, mettant à feu et à sang, sans aucune raison valable et pendant près de vingt cinq ans, ce continent ou nous comptions une large majorité d'amis et d'admirateurs ?

           Bien sûr, Chirac ne pensait pas à la Convention, mais à Bush, quand il  prononçait cette phrase; et J.P. Raffarin ne se doutait probablement pas que nous ferions le rapprochement; il n'empêche, la phrase est dite, et nous posons une question simple à l'héritier des révolutionnaires:

           Monsieur le Président, vous qui êtes un adepte de la repentance et du devoir de mémoire, allez vous tirer toutes les conclusions qui s'imposent de cette fort juste intervention auprès de Silvio Berlusconi ? Allez vous déclarer que les révolutionnaires ont eu tort, eux aussi, lorsqu'ils ont propagé par la force et la brutalité ce qu'ils appelaient, eux aussi, "leur idéaux démocratiques" ?

           Et tant que vous y êtes, allez vous enfin faire mémoire des 800.000 morts de la Révolution et du Génocide Vendéen ? Le premier des génocides, perpétré par ceux qui sont les ancêtres et les inspirateurs des Waffen SS, dont le premier nom fut "Colonnes Infernales"....

Les commentaires sont fermés.