UA-147560259-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Paris : Hommage à Louis XVI, le premier des deux rois-martyrs...

    Plus de 400 personnes, toutes générations et toutes tendances confondues, ont assisté à la messe en hommage à Louis XVI en présence du prince Jean d'Orléans, comte de Paris, de son épouse Philoména d'Orléans, du duc Eudes d'Angoulême, du prince Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme et de sa fille Elisabeth.

    Reportage à venir sur la Revue Dynastie

    Frederic de Natal

    1AAAA.jpg

    1AA.jpg

    1AAA.jpg

    1A.jpg

  • Dans le monde, et dans notre Pays légal en folie : la revue de presse de lafautearousseau...

    Démission de fait du Conseil Constitutionnel : Jean,Frédéric Poisson a raison :

     
    "Le Conseil constitutionnel valide le passe vaccinal et l’irresponsabilité de l’Etat / effets secondaires des vaccins. Le Cons Cons "gardien de nos libertés" ne garde plus rien."
     
    En somme, ce que vient de dire le Conseil Constitutionnel c'est :
    Circulez, il n’y a rien à voir.
    Signé : le Conseil constitutionnel
     

    Lire la suite

  • Demain, ne manquez pas notre Éphéméride du jour...

    lfar flamme.jpgVous y trouverez le lien donnant accès au monstrueux - mais si instructif ! - discours de Clemenceau, le 29 janvier 1891 :

    "La Révolution est un bloc... J'approuve tout de la Révolution..."

    Clemenceau a raison, lui, l'homme qui nous "donna" Hitler et la défaite de 39, le plus grand désastre de l'histoire de France (après, justement, la funeste révolution de 89...) : la Révolution - comme l'Islam, qui nous menace aujourd'hui - est un bloc : il faut les admettre l'un et l'autre, tout entiers, ou les rejeter, tout entiers; on ne peut pas transiger avec ces deux systèmes totalitaires de fait...

    "...cette admirable Révolution par qui nous sommes n'est pas finie... elle dure encore... nous en sommes encore les acteurs... ce sont toujours les mêmes hommes qui se trouvent aux prises avec les mêmes ennemis.
    Oui, ce que nos aïeux ont voulu, nous le voulons encore.
    Nous rencontrons les mêmes résistances. Vous êtes demeurés les mêmes ; nous n'avons pas changé. Il faut donc que la lutte dure jusqu'à ce que la victoire soit définitive..."
     
    lafautearousseau
  • Éphéméride du 22 janvier

    1751 : Louis XV crée l'Ecole militaire

     

     

     

    1516 : De retour de sa victoire de Marignan, François Premier arrive à Marseille...

     

    Il se rend au petit sanctuaire de la colline de Notre-Dame, et ordonne plusieurs constructions. Notamment, un fort sur la colline (qui deviendra "de la garde") et la construction d'un fort sur la petite île d'Hypéa, de l'archipel du Frioul, dans la rade de Marseille : le château d'If.

    Celui-ci jouera tellement bien son rôle de défense de la ville que Marseille, attaquée neuf fois auparavant, et souvent pillée, ne subira plus jamais d'attaque venue de la mer : en effet, depuis sa grosse tour ronde, les canons pouvaient tirer à vue sur 360°... 

    22 fevrier,marignan,françois premier,marseille,chateau d'if,notre-dame de la garde,gassendi,cour des miracles,la reinye,pont de normandie,spot

    L'archipel du Frioul, à l'entrée de la rade de Marseille, se compose de trois îles seulement : l'île de Ratonneau, que les Grecs appelèrent tout naturellement  "Proté" ("premier", en grec), car c'est la première que l'on rencontre en venant du large; les deux autres, il les distinguèrent par leur taille, et appelèrent "Mésé" ("moyenne") l'actuelle Pomègues, et "Hypea" ("la plus petite") l'actuelle île d'If.
    165786_l.jpg

    Lire la suite