UA-147560259-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Dans le monde, et dans notre Pays légal en folie : la revue de presse de lafautearousseau...

    République (idéologique) et Système "des copains et des coquins"... ou : la soupe est bonne ! :

    Alors que l'article 56 de la Constitution dispose que le mandat des membres dure 9 ans et n'est pas renouvelable, Claire Bazy-Malaurie en est membre sans interruption depuis le 7 septembre 2010.

    Soit plus de 11 ans !

    Pour info : la rémunération mensuelle des membres du Conseil est estimée à 13.697,49 €, et celle du président à 15.039 €. Elle peut être cumulée avec une pension de retraite. 

    Quoi ? Qu'avez-vous dit ? Smicard ? C'est quoi, ça ? De tout là-haut, on n'entend pas...

    Lire la suite

  • Zemmour condamné ? Il faut supprimer les lois scélérates qui entravent la liberté d'expression, la liberté de penser, la liberté tout court !...

    De la "loi Pleven" (une loi "de droite", soit dit en passant...) à la récente loi Avia, en passant par la loi du communiste Gayssot et celle de Christiane Taubira, il faut abolir ces lois liberticides qui rythment les 50 dernières années de notre pays... 
     
     
     
    @ZemmourEric
    "Mes adversaires défendent les délinquants étrangers contre les Français innocents. Je défends les Français innocents contre les délinquants étrangers. Ni la justice, ni les politiciens, ni les médias : personne ne me fera taire."
     

    1A.jpg

     
    Communiqué d'Éric Zemmour, qui fait appel :

    « J’apprends à l’instant que le Tribunal correctionnel de Paris m’a condamné pour le délit d’opinion de « complicité de provocation à la haine raciale » – expression, il faut bien l’admettre, difficilement compréhensible ! – en raison de mes propos sur les immigrés clandestins appelés « mineurs isolés ». Que me reproche-t-on ? D’avoir dit que la plupart de ces « mineurs isolés » étaient des délinquants voire parfois des criminels. Les conclusions d’un rapport d’information sénatorial rendu public le 29 septembre dernier sont sans ambiguïté : « Les travaux conduits par les rapporteurs ont permis d’aboutir à un constat sans appel : les infractions commises par les jeunes en errance sont de plus en plus nombreuses, graves et violentes. » Si l’on suit la logique du Parquet et de mes juges jusqu’au bout, ces sénateurs devraient donc, eux aussi, être inquiétés pour « complicité de provocation à la haine raciale » ? La vérité est que ces « mineurs isolés », qui ne sont bien souvent ni mineurs, ni isolés, se caractérisent par leur présence irrégulière sur notre territoire et leur forte propension à la délinquance, voire à la criminalité. En tant que citoyens français, nous devons exiger le droit d’aborder cette question, qui concerne malheureusement de plus en plus de Français, sans risquer d’être inquiétés par la Justice. J’ajoute que la justice parle de « haine raciale », alors que ces immigrés ne constituent en aucune manière une ethnie, et encore moins une race. Il est donc impossible d’être « raciste » à leur égard. À l’occasion de ce procès, une dizaine d’associations antiracistes et une vingtaine de conseils départementaux, essentiellement de gauche, se sont constitués partie civile à moins de trois mois du premier tour de l’élection présidentielle, et le Tribunal s’est empressé de satisfaire à leurs caprices. C’est la condamnation d’un esprit libre par un système judiciaire envahi par les idéologues. Rien que de très tristement habituel, en somme. La ficelle est si grosse que l’on ne voit plus qu’elle. Je ferai appel de cette décision mais nous voulons la fin de ce système qui resserre chaque jour un peu plus le garrot sur la liberté d’expression et le débat démocratique. Ce système fabrique du délit d’opinion de manière industrielle. Il est urgent de chasser l’idéologie des tribunaux. La justice doit redevenir la Justice et la France doit rester la France »

  • Demain, ne manquez pas notre Éphéméride du jour...

    lfar flamme.jpgProud'hon vu par Maurras et Bainville; le renvoi des Parlements par Louis XV et Maupeou, mesure qui sauvait la Monarchie et nous évitait la Révolution...

    Mais aussi, l'hommage à Gustave Thibon, à l'occasion du jour anniversaire de sa mort...

    Rappelons que lafautearousseau vous propose deux de ses discours des Baux sous forme de Grands Textes :

    GRANDS TEXTES (IV) : Le suprême risque et la suprême chance.

     GRANDS TEXTES (X) : La paille des mots remplace le grain des choses.

    Et, surtout, ce pur joyau que constitue l'exceptionnel échange du Dîner-débat de Benoist/Thibon organisé le 15 avril 1982 à Marseille...

    lafautearousseau

  • Éphéméride du 18 janvier

     Les Hospices de Beaune, aujourd'hui

     

     

    1462 : Mort du Chancelier Nicolas Rolin 

     

    Grande figure politique de la Bourgogne et de la France du XVème siècle, il fut chancelier de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, durant 40 ans.

    Fondateur du célèbre Hospice de Beaune, il fut un homme politique clairvoyant et intelligent : il sut gagner la confiance du duc de Bourgogne, Jean sans Peur, qui lui décerna le titre de conseiller et fit de lui son avocat au parlement de Paris. Après l'assassinat de Jean sans Peur, par des Armagnacs, en 1419, il se mit au service de Philippe le Bon, qui le nomma chancelier de Bourgogne en 1422.

    Après l'épopée de Jeanne d'Arc, Rolin jugea la cause anglaise perdue et incita Philippe le Bon à quitter la famille des Lancastre pour celle des Valois et à obtenir les faveurs de Charles VII, ce que fit Philippe le Bon lors du congrès d'Arras (1435), où le chancelier Rolin était le porte-parole du duc et de la duchesse de Bourgogne.

    C'est lui qui commanda la célébrissime Vierge du Chancelier Rolin, aujourd'hui unique oeuvre de Jan Van Eyck que possède la Louvre : 

    18 janvier,fronde,bainville,louis xiv,banque de france,napoleon,louvois,pontmain,becquerel 

    Sur la fondation des Hospices de Beaune, le 4 août 1443, voir notre Éphéméride du 4 août ; et l'Éphéméride du 1er janvier, jour où ces Hospices ont reçu leur premier patient.

    Et, sur les causes profondes de la guerre entre la France et la Maison de Bourgogne, voir l'Éphéméride du 24 juin et l'Éphéméride du 3 octobre

     

    18 janvier,fronde,bainville,louis xiv,banque de france,napoleon,louvois,pontmain,becquerel

     

    Lire la suite