UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islamo-gauchisme Nécessaire lucidité chrétienne, par Gérard Leclerc.

© P Deliss / GODONG 

La polémique du jour sur l’islamo-gauchisme – cette tendance qui détermine une gauche extrême à sous-estimer ou ignorer les dangers de l’islamisme – concerne-t-elle les chrétiens ? Incontestablement oui, pour une première raison évidente. L’islam est devenu la seconde religion présente dans l’Hexagone, et ce fait détermine des problèmes de coexistence souvent délicats.

gerard leclerc.jpgL’impératif caritatif commande la bienveillance à l’égard d’une population souvent en situation précaire. Certains spécialistes pourtant reprochent à l’Église un réel aveuglement devant l’implantation islamiste [1]. Par ailleurs, le dialogue inter-religieux préconisé à la suite de Vatican II peine à trouver ses marques avec un univers théologique très éloigné. Sans doute l’Église est-elle à même d’exercer sur ce sujet une expertise qui échappe par principe à l’État laïque. Mais l’extrême complexité du monde musulman ne facilite pas la compréhension de sa doctrine et les prescriptions qui en résultent pour le corps social. Selon André Malraux, une civilisation était ce qui s’agrégeait autour d’une religion. Les problèmes nés des flux migratoires viennent en grande partie de la difficulté d’une civilisation à s’adapter à une autre, née d’une tradition religieuse différente. Lorsque la République demande à l’islam de se fondre dans les cadres sociaux de la France contemporaine, elle se heurte à une question de civilisation redoutable.

Force est donc d’opérer les distinctions nécessaires, surtout quant au degré d’imprégnation de l’extrémisme islamiste. À ce propos, la querelle sur l’immigration n’est pas près de s’éteindre. L’accueil de l’étranger préconisé par l’Écriture ne peut ignorer les soucis d’une pratique prudentielle quant à l’équilibre d’une société et la légitime volonté de protéger son patrimoine culturel singulier.

Possibilité d’un échange ?

Sur le terrain proprement religieux, s’il y a possibilité d’une ouverture spirituelle, elle ne peut se passer d’un discernement rigoureux, qui exige un sérieux développement depuis la déclaration Nostra ætate de Vatican II. On doit, en effet, déplorer souvent une absence d’approfondissement théologique dans de larges secteurs où ne se cultivent que les prescriptions de la loi. Avec les musulmans les plus ouverts à un approfondissement de leur foi, des échanges peuvent être possibles. C’est la conviction d’un bon connaisseur de l’islam comme le Frère Adrien Candiard : «  Est-il vrai qu’il existe une radicalité spirituelle chez les musulmans, capable d’orienter vers la prière plutôt que vers une radicalité terroriste ? [2]   » S’il y a une voie à explorer pour les chrétiens, elle se situe sans doute dans ce registre, bien loin de toutes les équivoques dans lesquelles baigne aujourd’hui l’islamo-gauchisme. Ses ravages bien réels suscitent la polémique actuelle, en raison notamment des dérives produites dans l’université. Dérives qui s’ajoutent à bien d’autres.

[1Pierre Vermeren, Déni français. Notre histoire secrète des relations franco-arabes, Albin Michel, 2019, 288 p., 19,90 €.

[2Adrien Candiard, Comprendre l’islam ou plutôt : pourquoi on n’y comprend rien, Champs actuel, 2016, 128 p. 6 €.

Source : https://www.france-catholique.fr/

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel