UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un combat politique et sociétal, par Gérard Leclerc.

Jasmin Sessler / Pixabay 

La question du transgenre, a savoir du changement de sexe des individus est aujourd’hui présenté dans les médias comme allant dans le sens d’une évolution irréversible de société. Il serait anodin ou normal d’envisager la transformation d’un garçon en fille ou vice-versa. N’y aurait-il plus aucune possibilité s’exprimer un jugement critique ?

gerard leclerc.jpgDimanche soir, le journal télévisé de 20 h sur TF1, donc le plus suivi en France, consacrait une séquence à la question du transgenre, c’est-à-dire du changement de sexe opéré sur certains sujets, comme s’il s’agissait d’une évolution normale des mœurs. Aucune objection, bien au contraire ! Un unique témoignage était chargé de faire passer comme une lettre à la poste le message, qui correspond d’ailleurs à une véritable vague de fond, notamment aux États-Unis. Récemment, la chaîne Arte a présenté un documentaire intitulé « Petite fille », qui racontait l’histoire d’une enfant transgenre de huit ans. Il s’agissait, selon les termes des producteurs, d’illustrer « un combat politique et sociétal ». On ne saurait mieux dire.

La presse, dans son ensemble, n’a pas formulé d’objection à l’égard de ce qui était un travail de pure propagande. Le Parisien a affirmé que tout cela était avalisé par la science contemporaine. Même écho du côté de Télérama. D’ailleurs, le nouveau président américain Biden ne s’est pas contenté d’accueillir dans son gouvernement une personnalité transgenre, une de ses premières initiatives a été de signer un décret sur « la prévention et la lutte contre la discrimination fondée sur l’identité de genre ou l’orientation sexuelle ». Ce serait donc insensé ou réactionnaire d’émettre des réserves à l’égard d’un mouvement de société qui ne connaît plus de limite.

La réalité c’est que derrière cette justification unilatérale se cache une histoire de plusieurs décennies, qui commence aux États-Unis et qui, loin de ressembler à une épopée libératrice, renvoie à des drames indicibles qu’on se garde bien de révéler.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 26 janvier 2021.

Sources : https://www.france-catholique.fr/

https://radionotredame.net/

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel