UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'aventure France en feuilleton : Aujourd'hui (126), 1789 : Pays d'élections, d'états, d'impositions

3081449377.jpg

De Michel Mourre :

"Dans l'ancienne France, les pays d'élections étaient ceux qui n'avaient pas d'Etats ou Assemblées régionales et où l'administration était exercée par l'administration des finances et par des "élections", travaillant de concert avec l'Intendant.

Les "élections" étaient composées de magistrats recrutés dans la petite bourgeoisie; jusqu'au XIVème siècle, ces magistrats étaient élus, mais leurs charges furent ensuite transformées en offices et devinrent vénales et héréditaires...


Les pays d'élections étaient les plus étendus : c'étaient les régions réunies depuis longtemps au domaine royal et qui n'avaient pas réussi à maintenir leurs anciens Etats (généralités de Paris, Amiens, Soissons, Orléans, Bourges, Moulins, Riom, Grenoble, Poitiers, La Rochelle, Limoges, Bordeaux, Tours, Bayonne, Auch, Châlons, Rouen, Caen et Alençon).

Les pays d'Etats étaient ceux qui, en vertu des traités de réunion à la Couronne avaient conservé le droit de s'administrer eux-mêmes. Les Etats provinciaux y concouraient à l'administration avec les agents royaux.


Ces pays d'états se trouvaient surtout dans la périphérie du royaume : Flandre, Artois, Bretagne, Basse-Navarre, Béarn, Languedoc, Provence, Dauphiné, Bourgogne etc...

Les Pays d'impositions, gouvernés directement par l'intendant royal et ses subordonnés, étaient les pays récemment annexés au royaume : Roussillon, Franche-Comté, Alsace, Lorraine.

lafautearousseau

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL