UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Au cinéma, la chronique de Guilhem de Tarlé : Sympathie pour le diable

11111111111111111111111111111.jpg

 

Art et essai : Sympathie pour le diable, un film de Guillaume de Fontenay, avec Niels Schneider et  Ella Rumpf (Paul Marchand et son amie Boba),

d’après le livre éponyme et les entretiens du réalisateur avec le  reporter de guerre Paul Marchand, ainsi que les témoignages d’autres journalistes et de nombreux sarajéviens qui ont collaboré au « documentaire » tourné dans la ville.

guilhem de tarlé.jpgSarajevo... C'est d'abord, dans notre imaginaire, l'attentat du 28 juin 1914 qui déclencha la "Grande guerre", quand un bosniaque, nationaliste serbe, assassina le prince héritier d'Autriche, l'archiduc François-Ferdinand, et son épouse.


C'est, plus prosaïquement, dans les Balkans, une ville créée au XVème siècle par les Ottomans, et la capitale de la Bosnie-Herzégovine.


Les deux après-guerres l'intégrèrent respectivement au Royaume et à la République Fédérative Socialiste de Yougoslavie.


Après la Croatie et la Slovénie, en 1991, la Macédoine et la Bosnie-Herzégovine proclamèrent leur indépendance en 1992, et cette dernière fut encerclée par les "forces yougoslaves", en un mot, la Serbie.


Le long-métrage nous plonge dans la ville assiégée à partir d’avril 1992 durant 22 mois, et en fait davantage, sous les tirs sporadiques des snipers, jusqu’aux accords de paix de 1996 (12.000 tués, 50.000 blessés).

On y suit le reportage du correspondant de guerre qui prend parti contre les Serbes en dénonçant l’inefficacité de l’action diplomatique et de la conférence permanente sur l’ex-Yougoslavie à Genève; on y voit les Casques bleus de la FORPRONU; on n’y évoque jamais l’aspect ethnique et religieux de cette guerre qui opposait les Serbes aux communautés bosniaques musulmanes majoritaires dans les villes dont Sarajevo;
en revanche, au détour d’une phrase, on évoque comme actuelle la dangerosité des Tchetniks qui fut, contre les Allemands, un mouvement de résistance serbe légitimiste et anticommuniste, largement massacré par Tito après 1945.

Bref, un document partial, qui ne « prend pas véritablement aux tripes », trop centré sur le journaliste que l’on voit en permanence conduire à très vive allure dans les rues de la ville, tandis que progressivement il « pète les plombs » (il se suicidera par pendaison en 2009).

Aurait-il aimé ce « biopic », lui qui sermonne ses confrères : « nous ne sommes pas là pour parler de nous, mais d’eux ».

On dit de la guerre de Bosnie qu’elle est le conflit le plus sanglant sur le continent européen depuis la seconde guerre mondiale, avec 100.000 morts.


PS : vous pouvez retrouver ce « commentaire » et plus de 400 autres sur mon blog Je ciné mate.
Pour mémoire  

 

Titre

Violent/scabreux

Date

Il aurait été très dommage de ne pas le voir

Hors normes

non

10/11/2019

Une bonne soirée

Sol

Non

12/01/2020

Un très bon film

Midway

non

11/11/2019

Un bon film

Sympathie pour le diable

oui

16/01/2020

(Très) intéressant

Un monde plus grand

non

28/11/2019

A revoir en VF

La Famille

non

08/10/2019

j’aurais pu et dû ne pas le voir

Lillian

non

14/01/2020

Je m’y suis ennuyé

Les filles du Docteur March

non

13/01/2020

Je n’ai pas aimé du tout

Chanson douce

oui

10/12/2019

S’il faut retenir un film depuis le 1er janvier

Une vie cachée

oui

05/01/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL