UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sur Sud Radio, "Il y a une dictature du capitalisme" - Michel Onfray chez André Bercoff


Michel Onfray auteur de « Théorie de la dictature » (éditions @robert_laffont) était l'invité d’André Bercoff

Commentaires

  • Il n'y a pas de dictature du capitalisme, c'est un phantasme de marxiste déçu. Le capitalisme est une praxix, au contraire du communisme et du socialisme qui sont des théories que leurs thuriféraires entendent plaquer sur la réalité. Rien ne produit davantage de richesses que le capitalisme qui est plus efficient pour générer de la valeur-ajoutée que toutes les théories mortifères de l'intellectualisme de gauche. Le capitalisme n’est pas la perfection des systèmes de création économique, il est simplement le plus efficace pour distribuer de la valeur dans les sociétés par l'effort individuel, permettant ainsi une croissance qui peut diffuser les richesses dans la société. L'organisation de la société à travers les gouvernements est supposée mettre un frein à ses ambitions pour ménager la partie la plus faible de la population. On sait depuis le siècle de Périclès que c'est un mythe de Sisyphe éternellement recommencé qui n'a pas de fin, parce que ce sont les humains qui font fonctionner les systèmes et non l'inverse, qui est une fantasmagorie de gauche. Les systèmes qui s’éloignent conceptuellement de la nature humaine, ou qui essayent d’imposer des principes de conduite qui lui sont étrangers, sont éternellement voués à l’échec, et au malheur de ses composants. La solution n’est pas d’inventer un homme qui n’existe pas, et n’existera probablement jamais compte tenu de sa nature, mais de mette en place des garde-fous contre cette nature afin de protéger l’espèce, et non celle de l’individu, dont la responsabilité première est de faire les efforts pour s’en sortir seul, afin de participer à l'effort commun. La charité qui pose le principe de l’antre-aide entre humains, n’est pas un principe ex–ante comme le croit la gauche, mais un principe ex-post, justement pour respecter l' effort individuel nécessaire à la progression de la société, et c’est bien en raison de son individualité, qu’il ne pourra jamais être efficacement défini par une quelconque Loi comme le voudraient les systèmes totalitaires communistes et socialistes.

  • Intéressant.
    Michel Onfray, avec lequel on peut ne pas être d'accord, s'exprime clairement et déroule son raisonnement avec beaucoup d'aisance. C'est l'interlocuteur idéal pour Bercoff. D'accord avec Phidias pour le défaut d'axe !

    Réflexions à raccorder aux thèses de la décroissance pour sauvegarder un climat supportable, qui convoquent obligatoirement les "dictateurs romains" pour la décider et l'exploiter (cf. Jancovici)
    .
    Juste un point : novlangue est masculin ; il n'existe pas en français de nom d'idiome au féminin sur terre (à ma connaissance).

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL