UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 Novembre 1952 : "Le meilleur d'entre nous subsiste lorsque le matériel disparaît tout entier"

En ce jour anniversaire de la mort de Maurras, comment ne pas rappeler le mot fameux d'Horace : Non omnis moriar ! (Je ne mourrai pas tout entier).

THE REVENGE OF MAURRAS, tel est le titre du très intéressant article publié tout récemment par Nathan Pinkoski, chercheur postdoctoral au St. Michael's College de l'Université de Toronto ; sa conclusion est : "Il faut lire Maurras."

On pourra, certes, émettre quelques réserves, voire quelques critiques; apporter telle ou telle précision, atténuer ou souligner telle ou telle affirmation de cet article.

Mais, tel qu'il se présente, cet article est le symbole même de ce que nous aimerions voir et entendre dans une Maison de Maurras, à Martigues, intégrée au réseau des Maisons des Illustres, et qui serait devenue un centre national et international d'études et de recherches sur la pensée et l'oeuvre du Maître de Martigues...

C'est le sens de la campagne que nous menons ici-même, dans les colonnes de lafautearousseau, depuis les Journées du Patrimoine de septembre dernier. Car, maintenant, le temps presse, les choses ont changé et les masques sont tombés.

Si l'on doit lire Maurras, si nous poursuivons son oeuvre, son combat au quotidien, il faut aussi, car c'est devenu une impérieuse urgence, une impérieuse nécessité, se battre pour, tout simplement, sauver sa maison.

La très riche Mairie de Martigues maintient cette maison fermée et interdit même le libre accès au jardin : elle a créé un autre mur de Berlin, invisible, mais toujours le fait de communistes haineux, sectaires et ignorants, qui se croient encore au temps de Peppone et Don Camillo.

La fidélité à Maurras commande de tenir compte de ce fait nouveau car, si l'on ne fait rien, il est certain que la maison, à terme, s'effondrera : c'est peut-être ce que souhaite une Mairie à qui ses considérables moyens financiers auraient permis, depuis très longtemps, de restaurer et présenter au public cette très belle maison d'écrivain.

Il faut donc se mobiliser et se battre pour faire échec à cette destruction programmée d'un élément majeur du patrimoine martégal mais aussi du patrimoine immatériel, intellectuel et moral de la France, de l'Intelligence.

MAURRAS MAISON 2.jpg

NOUS DEMANDONS :

1. Que la Mairie de Martigues donne des informations concrètes et précises sur l'état actuel de la maison...

2. Que la Mairie indique un calendrier des travaux, et une date approximative de leur fin...

3. Qu'elle re-donne le libre accès au jardin en attendant la fin de ces travaux, comme cela a toujours été le cas jusqu'à ces dernières années...

4. Et, de plus, nous suggérons une mobilisation pour obtenir l'inscription de cette ensemble Maison/Jardin au réseau des Maison des Illustres, afin que la maison de Maurras devienne un grand centre intellectuel, au rayonnement national et international...

lafautearousseau

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel