UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pour réintégrer Maurras dans le paysage politique français...: THE REVENGE OF MAURRAS

https://www.firstthings.com/article/2019/11/the-revenge-of-maurras?fbclid=IwAR2eceOltXByMARti6OuczjxNjAz4F6glovPJrmvbYp2SNjK4G1aOtx9YRQ

 

 "Il faut lire Maurras." : telle est la conclusion et la dernière ligne de cet article de Nathan Pinkoski, chercheur postdoctoral au St. Michael's College de l'Université de Toronto.

L'article est en anglais, mais un menu déroulant propose sa traduction en français (assez - voire franchement - mauvaise par moment).

S'il faut lire Maurras - et nous sommes bien d'accord avec Pinkoski là-dessus - il faut lire également cet article, et le faire lire : on pourra, certes, émettre quelques réserves, voire quelques critiques; apporter telle ou telle précision, atténuer ou souligner telle ou telle affirmation.

Mais, tel qu'il se présente, cet article est le symbole même de ce que nous aimerions voir et entendre dans une Maison de Maurras, à Martigues, intégrée au réseau des Maisons des Illustres, et qui serait devenue un centre national et international d'études et de recherches sur la pensée et l'oeuvre du Maître de Martigues...

----

Au cas où, pour une raison ou pour une autre, le lien viendrait à disparaître, voici d'abord le texte intégral, en anglais; puis sa traduction (imparfaite, nous l'avons dit) proposée par un logiciel de traduction de textes : ils ont encore des progrès à faire !...)

 

I. Le texte original

L’avenir de l’intelligence et autres textes
by charles maurras
edited by martin motte
bouquins, 1,280 pages, €32,00

Every year, France’s Ministry of Culture publishes an official volume to commemorate major anniversaries in French history, covering past events as well as the lives of prominent personalities. Assembled by a team of historians and approved by the Ministry, the list mixes victories and failures, the honored and the notorious—judging events and personalities strictly on the basis of their historical significance. In 2018, the judges placed Charles Maurras on the list, noting the 150th anniversary of his birth. Protests ensued. The judges insisted that commemoration is not the same as celebration, to no avail. Bowing to pressure, the Minister of Culture recalled and reedited the volume. Maurras’s name was effaced from the official history.

The same year saw the release of a new anthology of Maurras, the first edition of his works to be arranged and published since 2002. It, too, caused a scandal. Reviewers deplored “the return of a fascist icon.”

Publishing an anthology of ­Maurras is an offense against the postwar consensus and the “official history” of the twentieth century. Yet the case for studying Maurras is hard to deny. He was historically significant. As a political journalist, essayist, and poet, writing for more than six decades, he reached a wide audience and maintained enormous influence. Charles Péguy, Marcel Proust, and André Malraux all praised his talent. Those who acknowledged their intellectual debt to Maurras include philosophers Louis Althusser, Pierre Boutang, Jacques Lacan, Jacques Maritain, and Gustave Thibon, and novelists Georges Bernanos, Michel Déon, Jacques Laurent, and Roger Nimier. French president Georges Pompidou, the pragmatic conservative of the 1970s, praised Maurras as a prophet of the modern world. T. S. Eliot, who read Maurras for years, said that Maurras had helped him toward Christianity. Maurras was, for Eliot, “a sort of Virgil who led us to the gates of the temple.”

The “official history” of the twentieth century is highly selective in its designations of the thinkers who count as scandalous. It does not hesitate to highlight Marx’s insights or to praise the political movements he spawned, and it quietly ignores the unsavory aspects of the thinker and his followers. The resulting distortion of our understanding of the twentieth century is a serious problem because—as the preface of the new anthology ­contends—readers today are likely to find “a troubling familiarity” in the situation Maurras addressed.

The editor of L’avenir de l’intelligence et autres textes, military historian Martin Motte, demonstrates that Maurras was not a fascist. Like many interwar intellectuals, Maurras had a fondness for Mussolini. Yet he rejected the fascist theory that Mussolini advocated, of the state’s controlling the totality of the social realm. In the 1930s, Maurras denounced Hitler’s “bizarre philosophy of Blood and Race.” Opposing Nazism, Maurras taught that racial conflict was “neither the nerve nor the key of history.” He repeatedly advocated French rearmament in the face of the German threat. Fascists opposed him. They mocked Action française, the movement Maurras led, for its refusal of revolutionary violence—calling it “l’Inaction française.” Maurras was an icon and influence for many political movements, but fascism was not one of them.

Deaf from an early age and cut off from most social life, Maurras turned his energies to reading and writing. He reached adulthood when France seemed to have reached the “end of history”; republicanism had triumphed over all its opponents. The Third Republic, which had consolidated in the 1870s following the Prussian invasion and the collapse of the Second Empire, claimed to obviate all the ideological battles of the past and to unite the French in a common consensus. It dominated the political, juridical, and cultural institutions of France. ­Maurras devoted his life to showing that this “end of history” mentality was a false republican conceit. The republican victory was extensive, making it “legal France.” But it was not “real France.” On behalf of “real France,” Maurras argued that the republican ideology and regime were weakening the nation and dividing the French against one another. Moreover, the Republic was steadily surrendering national independence to the control of foreign powers. Maurras argued that there was an alternative to republicanism, which would guarantee France’s independence: integral nationalism. Articulating its postulates would become the project of Action française.

The volume’s selections, the detailed preface by Jean-­Christophe Buisson, and ­Martin Motte’s superb editorial essays make no attempt to ­idealize the political thought of Maurras. His most egregious failures are openly discussed. Anti-Semitism became a formidable political force in the nineteenth century, appearing in the writings of many prominent ­intellectuals. “We discern in Judaism . . . a universal anti-social element. . . . What is the worldly cult of the Jew? Huckstering. What is his worldly god? Money. . . . As soon as society succeeds in abolishing the empirical essence of Judaism—huckstering and its conditions—the Jew becomes impossible.” These quotations are from Marx, not Maurras, but Maurras wrote in a similar vein. Like nationalism, political anti-Semitism was born on the left but became bipartisan in time. Whereas left-wing anti-­Semitism imagined the Jew as the truest capitalist, right-wing anti-­Semitism imagined the Jew as unpatriotic, exercising undue ­political influence at the service of foreign powers.

The right saw the Dreyfus affair as the realization of its worst fear. Here was a Jewish officer of the French army, convicted of spying for the Germans. The left used Dreyfus’s case not to clear his name but to humiliate the army. It was on that basis that Maurras wrote: “If Dreyfus is innocent, he should be made a Marshal of France, and his top ten defenders should be shot.” Of course, as later events showed, Dreyfus was innocent. The question of his innocence or guilt was the only question that should have mattered. Yet instead of prioritizing that question, Maurras used Dreyfus’s case to launch opportunistic attacks against the Republic and its Jewish supporters. Maurras’s anti-Semitic aim was to limit Jewish political influence. This was the typical French anti-Semitism of the nineteenth century. It was very far from the anti-Semitism of racial warfare and purification that Hitler embodied. Yet after the Shoah, these demarcations are of little consequence. Maurras cannot be excused.

Nor should Maurras be excused for his support of Vichy. Maurras never wavered from arguing that the Third Republic was a flawed regime, doomed to collapse in the face of German menace. His prophecy came true in 1940, when he was an elderly man. After France’s surrender, he and most of the French people, including the political class of the left and right, trusted the hero of Verdun, Marshal Pétain, to lead a new regime. ­Maurras was one of many to imagine that Pétain would rebuild the country and avenge the defeat of 1940. But Maurras, deafer than ever, was living in his imagination. In supporting Vichy, he condemned himself by his own standard: He supported a regime that surrendered national independence to a foreign power. In rejecting Vichy, General de Gaulle was more Maurrassian than Maurras.

Maurras was an agnostic for most of his life. This fact had ­consequences. He was fascinated by Auguste Comte’s positivist political project, which envisioned a central place for le culte, albeit in the form of a new religion of humanity. Maurras saw no reason for a new cult; the old, properly guided, would do. Thus, he did not adopt the anti-Christian prejudices common to secularist movements. He was not directly anti-clerical or anti-religious in the manner of the left. Yet his movement lacked, as Bernanos observed, an “interior life.” At his worst he did something more insidious, instrumentalizing Catholicism to political ends. This trend in Maurras’s thought, combined with the influence he exerted over French youth, prompted Pope Pius XI to denounce him and Action française in 1926. In an extraordinary and controversial use of papal disciplinary powers, Maurras’s major writings and the journal Action française were forbidden to Catholics under pain of excommunication. As an agnostic, Maurras appeared ­untroubled by excomm­unication. Yet his Catholic supporters could not be indifferent. Prominent Catholics drifted away, Bernanos and ­Maritain among them. By the time the ban was lifted in July 1939, Catholics had moved on.

Maurras’s thought revolved around a series of binaries. The first was for counter-revolution, and against revolution. Maurras was sympathetic enough to the Orléaniste tradition to appreciate civic equality and the end of special privileges for the aristocracy. Yet the real essence of the French Revolution was the sacralization of social and political change, based on the ideal of individualism. Individualism had produced the great nineteenth-­century ideologies that emerged from the Revolution: socialism and liberalism. Both were individualist, in that they challenged the organic conception of society favored by the right of the nineteenth century. In its socialist form, Maurras argued, individualism attacks all social hierarchies. In its liberal form, it excuses the elite from acknowledging their social obligations toward the people. Both ideologies look to transform social relations and institutions in order to achieve freedom; but in seeking to free the individual from social roles, individualism mutilates freedom.

For Maurras, genuine counterrevolution did not require violent social and political change. It required a way of thinking that would dissipate revolutionary passion. Thus, Maurras arrived at another binary: for classicism, and against romanticism. In his time, the right admired the romantics of the nineteenth century, who were often conservatives yearning for the lost unity of the old regime. But Maurras thought that the right had set up the wrong ­champions. Romanticism was a movement of individualism and historical determinism, which believed that the post-revolutionary present doomed France to mediocrity. Only a few noble souls could look beyond the present catastrophe. By regarding the past nostalgically, romanticism could not assess what from the past was transmissible, fertile, and eternal. It delighted in despair. To counter romanticism, Maurras proposed a rediscovery of classicism. Classicism sought to discover the rational order existing in nature and reality, including in politics. As a way of thinking, classicism disciplined the mind; classicism in politics disciplined the statesman to achieve right order and abandon hubristic, unrealizable dreams. As its name suggests, classicism sought to apply the best of Greece and Rome into the modern context. Classicism’s greatest achievement was the Grand Siècle of the seventeenth century, because the Grand Siècle synthesized the best of Greece and Rome into modern France. That achievement could be repeated in the twentieth century; it remained possible to grasp and achieve the right order for France. Maurras concluded that “in politics, all despair is absolute silliness.”

France needed to be put into order, Maurras reasoned, with a system of thought that countered the ideas of “cosmopolitan anarchy.” The socialist idea of perpetual class struggle turned class against class. The republican idea of parliamentary politics turned political party against political party, intensifying the partisanship that had fractured national unity since the Revolution. The liberal idea turned the economic interests of the bourgeois against everything else, causing “more woes than the bombs of the libertines.” These ideas handed over to others the government of France, surrendering national independence. Against cosmopolitan anarchy, Maurras offered its opposite: integral nationalism.

For Maurras, the nationalism-cosmopolitanism binary, and the choice for nationalism, followed as a deductive, almost mathematical argument. Individualism was false. Man has no more pressing need than to live in society. There are a variety of social forms, but the nation is the most complete, most solid, and most extended. Without nations, “We must fear the retreat of civilization.” Nationalism is, therefore, a rational obligation. Maurras understood nationalism as applying the highest moments of a nation’s past to its present, in order to secure the nation’s survival. Maurras held that the Church supports nations and encourages charity among nations, rather than seeking to destroy nations, as socialism does. He quipped that the Church was the only real “International.”

In the French case, Maurras argued that the nation was formed out of its history. “Ten centuries of gradual collaboration” had drawn the French closer together, forming a bond of friendship. This friendship, in turn, created an inheritance that was passed down from generation to generation. Emphasizing a shared inheritance that looked to past successes for guidance, Maurras denied that the nation was “a phenomenon of race.” The French nation, he argued, was a federation of many races and peoples, each with a cultural and linguistic heritage that had to be preserved and respected (the young Maurras wrote in Provençal). In a sense, Maurras held that diversity was France’s strength.

In realizing the vast nation-­building exercise dreamt up by the Jacobins during the Revolution, the Third Republic sought to destroy France’s diversity. Republicans feared the provinces as sources of reactionary political temperament and sought to transform them in order to promote ideological conformity. Through national education, the Republic waged war on local traditions and religious schools. Through bureaucratic indoctrination, it purged local governments of figures skeptical of republicanism. Through centralization, it crippled the capacity of the provinces to govern themselves.

Despite these domineering tactics, the republican state was feeble. Its parliamentary politics produced temporary coalitions and a revolving door of ministers that made it impossible to maintain a consistent grand strategy. Weak government turned France’s diversity into a source of division, unloosing the centrifugal forces within France and threatening civic strife.

Maurras offered a fundamental challenge to republicanism’s account of the power of the state and its purpose. The Republic’s institutions failed to accomplish what they purported to do. Because the Republic is the regime that divides the most, and because it organizes the exploitation of the country it has divided, ­Maurras wrote, “Action française calls all good citizens against the Republic.”

Maurras opposed republicanism with an audaciously different ideal: monarchy. “Without a King, no national strength and no guarantee for national independence.” This was not a vision of absolute monarchy. (Absolute monarchy was, to a large extent, a republican fiction; the last of the Bourbon monarchs flailed against the powers of the local parliaments.) Instead, Maurras’s theory of the state was federalist. The national government would be the strong executive of a hereditary monarchy. Yet the state’s powers would be limited in kind and reach, not touching upon the rights and liberties of the regions. Unlike in the Republic, the towns, provinces, and corporate bodies would be “completely free.” This regime would show regard for France’s diversity while holding its centrifugal forces in check.

Maurras’s most important argument for resolving the republic-­monarchy binary in favor of monarchy was his contention that the monarchy would solve France’s geopolitical problem. Maurras’s reading of French political history saw a close connection between foreign policy and domestic stability. Foreign policy was the crucible in which the French either rose to greatness or fell into confusion. A strong foreign policy united the nation’s people and increased their self-respect. A weak foreign policy pulled the nation apart, threatening national survival and hastening civil war. Here, another of Maurras’s binaries played out: for nationalist particularism, and against imperialist universalism. Maurras saw modern geopolitics as inherently unstable, fluctuating between the imperialism of the superpowers and the increasingly nationalist tendencies of smaller peoples. France was vulnerable to foreign domination, whether through invasion or through foreign powers capturing factions in the French government. It was misguided to imagine that France could be an imperial power; it had to understand itself as a nation.

In Kiel et Tanger, the text that ­Pompidou praised as prophetic, Maurras detailed the history of the Third Republic’s failures in foreign affairs. The Third Republic had got the binary wrong; it favored imperialism against nationalism. Infatuated by imperialist expansion in Africa and the Far East, the Republic allowed other powers to control French foreign policy, so that ultimately the it failed to unify the nation against the German threat. The Republic’s reckoning was postponed in World War I, because in 1914 and 1918 France had in practice abandoned republicanism for the dictatorship of emergency powers. The Republic met its fate in 1940.

Maurras contrasted the tumultuous history of modern France with the long stability of monarchical rule. Enemies had invaded French soil in modern history—in 1792, 1793, 1814, 1815, 1870, 1914, and 1940—only during non-monarchical regimes. To assure France’s national independence and save France from foreign domination and invasion, Maurras argued for a recovery of the eternal statecraft of the kings of France.

Embodying the spirit of classicism in the regime, monarchy recognized nations as persistent components of the world’s natural order. In bearing the title “King of France,” the sovereign was limited to a particular territory and charged with the exclusive task of caring for the nation within that territory. Other nations were subject to other rulers. Monarchy, Maurras argued, fostered restraint and respect for nations at home and abroad. By leading coalitions of smaller nations, the kings of France checked the emergence of universalist superpowers. It sought the balance of power among nations to preserve the freedom of nations, not to conquer and eliminate nations.

Under the monarchy, the major purpose of the French state was foreign policy. In turn, the purpose of French foreign policy was to serve the French people. Foreign policy was not a means for the French army to serve as “the soldier of the ideal,” as the republicans thought. It was a means to increase the self-respect of the French, fostering national unity. Maurras argued that “Royalism” corresponded to all the diverse postulates of nationalism. Monarchy was the best way of arranging the powers of the state to protect France from its enemies, resist the superpowers, and unify the nation. It had done so for centuries and could do so again. In a word, integral nationalism meant royalism.

Maurras’s ideas can seem fantastical to anyone formed by the “official history” of the twentieth century. It’s useful, therefore, to contrast Maurrassisme with three more familiar positions across the political spectrum: left, liberal, and conservative. Like the left, ­Maurras provided anti-bourgeois critiques of the Republic and French society that revolved around questions of political economy. But Maurras disputed where economic power actually lay. The left portrayed a struggle between the owners of capital and the workers. Maurras argued that the left relied on and encouraged its own revolutionary capital to advance its ends. For Maurras, “class struggle” was a misnomer. In fact, there was a struggle between two kinds of capital: between a conservative capital and what we might now call “woke” capital. Rather than aim for the abolition of capital, Maurras sought to lend economic support and political representation to the exchanges of capital that promoted traditional ends and practices. For example, one could strengthen the powers of the ­provinces and the traditional guilds therein. And one could weaken the powers of the transnational ­enterprises that either were indifferent to the French nation or could switch their allegiance from one regime to another.

Both integral nationalism and liberalism make the theory of international relations critical to their apologias. (Notice the ease with which defenses of “liberalism” move to defenses of the “liberal world order.”) But they ask different questions. Liberal international relations theory assumes a rigorous demarcation between foreign policy and domestic affairs. Even neo-realism, which shares some of Maurras’s observations about the instability of international relations, refuses to connect foreign policy and domestic affairs. Formed on such a theory, America’s elite is accustomed to suppress questions such as this: What consequences have the foreign policy decisions of the last two decades had on the American regime and on the self-respect of Americans? By contrast, integral nationalism makes this a key question for international relations.

Conservatives increasingly deplore imperialism and champion nationalism, but this binary can be obscure. Nationalism itself can become imperialistic. Maurras clarifies the binary by combining the discussion of nationalism with the discussion of the powers of the state and the regime. Maurras contends that monarchy bound nationalism in principle to the sovereignty of France, therein holding off the temptation to drift toward the imperialist side of the binary. Other regimes failed to do so. For example, democracy is a universalist ideology. It must expand. Because they were committed to this ideology, the regimes of Napoleon I and III were expansionist. But the ideology turned against France. Napoleon I and III helped organize the regimes that would invade France in 1814 and 1870. To avoid imperial adventures that end in disaster, nationalism is not enough. Nations should look to their past to discover the regimes in their histories that foster particularism rather than universalism, preventing self-destructive imperialism.

Maurrassisme was politics for intellectuals. It demanded mastery of vast swathes of French history, politics, and philosophy. Maurras’s success was to shift the window of what the French could discuss and debate. He challenged the triumphalist history of the Third Republic and exposed its most ­serious flaws. Most important, he gave a very modern, sociologically charged defense of the ancien régime. In his writing, these seemingly outdated ideas and institutions suddenly appeared contemporary, even urgent. Yet ­perhaps because of its highbrow appeal, his politics failed to form a unified political movement. As its founder aged in the 1930s, ­Maurrassisme gave birth to four separate political movements.

The first was a faction in the Vichy regime that celebrated the end of the Third Republic. Despite Maurras’s opposition to revolutionary passion, it lent its support to Vichy’s slogan of “National Revolution.” Vichy applied Maurras’s “anti-Semitism of state” in 1940, banning Jews from holding government positions and restricting their public role. Initially, it went no further, yet Vichy’s policy of collaboration inevitably led into greater and greater participation with Nazism’s genocidal aims, staining it for posterity. After the war, the Vichy faction argued that collaboration had shielded France from the fate of Poland. A small but formidable postwar political tradition, it tended to favor de Gaulle in the 1950s, though in the 1960s the Vichy apologists abhorred him for ending the French Empire and French Algeria. Raymond Aron pointed out how the ­pro-imperialist Vichy apologists departed from Maurrassisme: “The Kings of France would never have had the idea of transforming Muslims into subjects of his Most Catholic Majesty!”

The second movement, exemplified by Jacques Maritain, called itself Christian democracy. Maritain affirmed the Vatican’s denunciation of Action française. With ­Maurras, Christian democracy held that France’s political problems had to be addressed through the recovery of the best of the pre-1789 past. With ­Maurras, it held that the ideology of individualism mutilated human freedom. Yet against Maurras, Christian democracy sought to recover the primacy of the spiritual over the political. Spiritual primacy entailed not monarchy but the political moderation embodied in liberal democracy. The best of the pre-1789 past was not the French monarchy, but the texts of the Angelic Doctor of Paris, which (when reinterpreted) supported democratic politics. Rejecting Maurras’s historical interpretations and his political conclusions, Christian democracy represents the purest rebellion against the father. Yet in France, its fate was similar to that of Action française. Christian democracy was an intellectual rather than a political force.

The third political movement was strangely loyal to Maurras. In Catholicism and Democracy, Émile ­Perreau-Saussine observed that Christian Marxism is, “if not the spiritual son, the prodigal son” of Maurras. The worker priests of the 1940s and 1950s learned from the Action française of their youth a critique of liberalism, the bourgeoisie, and democracy. Maurras’s “legal” France versus “real” France returned here as two versions of democracy—the formal (and presumptively false) democracy of the silent majority versus the authentic participatory democracy of radical movements. Maurrassian journals, such as Jeunesse de l’Église, flipped within a decade to declare “Marxism as the immanent philosophy of the worker.” Yet Christian Marxism departed from Maurras in its demand for the future. It embraced the revolutionary passion that ­Maurras condemned.

The fourth political movement was more peculiar still. Against ­Maurras, General de Gaulle accepted republicanism and democracy. But in founding the Fifth Republic, he gave the state the stamp of Maurrassisme. His constitution strengthened the executive so that it was a kingship in all but name, and thus diminished the importance of parliamentary politics. De Gaulle’s own statesmanship was classicist. (He explicitly praised Maurras’s classicism.) He prioritized the political—particularly foreign policy—and exalted national independence in a world where he thought ideologies were less important than competition among nations. Governing for the sake of the “real France,” with the monarchical ethos of noblesse oblige, de Gaulle exhorted the French to transcend their ­divisions for the sake of national unity. If his constitutional reform of 1969 had passed, he would have left France with the more decentralized state ­Maurras espoused. As it was, de Gaulle said in retirement that his greatest regret was not being able to restore the ­monarchy. In a much-discussed article of the mid-1960s, ­Raymond Aron observed that Gaullisme was the revenge of ­Maurrassisme.

All these movements—Vichy apologists, Christian democrats, Christian Marxists, Gaullists—have their flaws. The ­Vichy apologia depends on dubious counterfactuals. Christian democracy eventually abandoned its spiritual basis and turned political moderation into “the fanaticism of the center.” Christian Marxism devoured Christianity. Gaullisme was hijacked after its founder passed on. But understanding the complexity, strengths, and weaknesses of all these political movements, to say nothing of the “troubling familiarity” of their concerns, requires understanding their origins. It requires reading Maurras.

Nathan Pinkoski is a postdoctoral research fellow at St. Michael’s College in the University of Toronto.

 

II. La traduction en français "par logiciel traducteur de textes"

 

L'avenir de l'intelligence et autres textes
de charles maurras aux
éditions martin motte
bouquins, 1 280 pages, 32,00 €

En année dernière, le ministère de la Culture français publie un volume officiel commémorant les anniversaires majeurs de l'histoire française, couvrant les événements passés ainsi que la vie de personnalités. Réunie par une équipe d'historiens et approuvée par le ministère, la liste mêle victoires et échecs, honorés et notoires - jugeant les événements et les personnalités strictement sur la base de leur signification historique. En 2018, les juges ont placé Charles Maurras sur la liste, soulignant le 150e anniversaire de sa naissance. Des manifestations s'ensuivent. Les juges ont insisté sur le fait que la commémoration n'était pas la même chose que la célébration, en vain. Cédant à la pression, le ministre de la Culture a rappelé et réédité le volume. Le nom de Maurras a été effacé de l'histoire officielle.

La même année a vu la sortie d'un nouvel anthologie de Maurras, la première édition de ses œuvres arrangée et publiée depuis 2002. Elle a également provoqué un scandale. Les critiques ont déploré "le retour d'une icône fasciste".

Publier une anthologie de Maurras est une offense au consensus de l’après-guerre et à «l’histoire officielle» du XXe siècle. Pourtant, il est difficile de nier les arguments en faveur de l'étude de Maurras. Il était historiquement significatif. Journaliste politique, essayiste et poète ayant écrit pendant plus de six décennies, il a touché un large public et a maintenu une influence considérable. Charles Péguy, Marcel Proust et André Malraux ont tous loué son talent. Les philosophes Louis Althusser, Pierre Boutang, Jacques Lacan, Jacques Maritain et Gustave Thibon, ainsi que les romanciers Georges Bernanos, Michel Déon, Jacques Laurent et Roger Nimier sont au nombre de ceux qui ont reconnu leur dette intellectuelle envers Maurras. Le président français Georges Pompidou, conservateur pragmatique des années 1970, a fait l'éloge de Maurras en tant que prophète du monde moderne. TS Eliot, qui a lu Maurras pendant des années, a dit que Maurras l'avait aidé vers le christianisme. Maurras était, pour Eliot, «une sorte de Virgile qui nous a menés aux portes du temple».

L '«histoire officielle» du XXe siècle est très sélective dans la désignation des penseurs considérés comme scandaleux. Il n'hésite pas à souligner les idées de Marx ou à louer les mouvements politiques qu'il a engendrés, et ignore discrètement les aspects peu recommandables du penseur et de ses disciples. La distorsion de notre compréhension du XXe siècle qui en résulte est un problème grave car, comme le prétend la préface de la nouvelle anthologie, les lecteurs de nos jours trouveront probablement «une familiarité troublante» dans la situation à laquelle Maurras a parlé.

L' historien militaire Martin Motte, l' éditeur de L'avenir de l'intelligence et autres textes , démontre que Maurras n'était pas un fasciste. Comme beaucoup d'intellectuels de l'entre-deux-guerres, Maurras avait un penchant pour Mussolini. Pourtant, il a rejeté la théorie fasciste défendue par Mussolini, selon laquelle l'État contrôlait la totalité du domaine social. Dans les années 1930, Maurras dénonçait la «philosophie bizarre de sang et de race» de Hitler. Dans son opposition au nazisme, Maurras enseignait que le conflit racial n'était «ni le nerf ni la clé de l'histoire». Il a défendu à plusieurs reprises le réarmement français face à la menace allemande. Les fascistes se sont opposés à lui. Ils se moquaient de l' Action française , dirigée par le mouvement Maurras, pour son refus de la violence révolutionnaire - l'appelant " l'Inaction française. ”Maurras était une icône et une influence pour de nombreux mouvements politiques, mais le fascisme n'en faisait pas partie.

Sourd depuis son plus jeune âge et coupé de la plupart des activités sociales, Maurras s'est concentré sur la lecture et l'écriture. Il a atteint l'âge adulte quand la France semblait avoir atteint la «fin de l'histoire»; le républicanisme avait triomphé de tous ses adversaires. La Troisième République, qui s'était consolidée dans les années 1870 à la suite de l'invasion prussienne et de l'effondrement du Second Empire, prétendait éviter toutes les batailles idéologiques du passé et unir les Français dans un consensus commun. Il a dominé les institutions politiques, juridiques et culturelles de la France. Maurras a consacré sa vie à montrer que cette mentalité de "fin de l'histoire" était un faux prétexte républicain. La victoire républicaine a été longue, la rendant «la France légale». Mais ce n'était pas la «vraie France». Au nom de la «vraie France, ”Maurras a affirmé que l'idéologie et le régime républicains affaiblissaient la nation et divisaient les Français les uns contre les autres. De plus, la République cédait progressivement son indépendance nationale au contrôle de puissances étrangères. Maurras a affirmé qu'il existait une alternative au républicanisme, qui garantirait l'indépendance de la France: le nationalisme intégral. Articuler ses postulats deviendrait le projet deAction française .

Les sélections du volume, la préface détaillée de Jean-Christophe Buisson et les superbes essais éditoriaux de Martin Motte ne cherchent pas à idéaliser la pensée politique de Maurras. Ses échecs les plus flagrants sont ouvertement discutés. L'antisémitisme est devenu une force politique formidable au XIXe siècle, apparaissant dans les écrits de nombreux intellectuels éminents. «Nous discernons dans le judaïsme. . . un élément anti-social universel. . . . Quel est le culte mondain du Juif? Huckstering. Quel est son dieu mondain? Argent. . . . Dès que la société réussit à abolir l' essence empirique du judaïsme - le chahut et ses conditions - le Juif devient impossible. »Ces citations sont de Marx, pas de Maurras, mais Maurras a écrit dans le même sens. Comme le nationalisme, l'antisémitisme politique est né à gauche mais est devenu bipartisan avec le temps. Alors que l'antisémitisme de gauche imaginait le Juif comme le véritable capitaliste, l'antisémitisme de droite l'imaginait comme un antipatriotique, exerçant une influence politique indue au service des puissances étrangères.

Til a bien vu que l'affaire Dreyfus était la concrétisation de sa pire peur. Voici un officier juif de l'armée française, reconnu coupable d'espionnage pour le compte des Allemands. La gauche a utilisé le cas de Dreyfus non pas pour clarifier son nom, mais pour humilier l'armée. C'est sur cette base que Maurras écrivait: «Si Dreyfus est innocent, il devrait être nommé maréchal de France et ses dix meilleurs défenseurs devraient être fusillés». Bien sûr, comme les événements ultérieurs l'ont montré, Dreyfus était innocent. La question de son innocence ou de sa culpabilité était la seule question qui aurait dû compter. Mais au lieu de donner la priorité à cette question, Maurras a utilisé le cas de Dreyfus pour lancer des attaques opportunistes contre la République et ses partisans juifs. Le but antisémite de Maurras était de limiter l'influence politique juive. C'était l'antisémitisme français typique du XIXe siècle. Hitler incarnait très loin de l'antisémitisme de la guerre raciale et de la purification. Pourtant, après la Shoah, ces démarcations ont peu d’importance. Maurras ne peut être excusé.

Maurras ne devrait pas non plus être excusé pour son soutien à Vichy. Maurras n'a jamais hésité à affirmer que la Troisième République était un régime imparfait, condamné à s'effondrer face à la menace allemande. Sa prophétie s'est réalisée en 1940, alors qu'il était un vieil homme. Après la capitulation de la France, lui et la plupart des Français, y compris la classe politique de gauche et de droite, ont fait confiance au héros de Verdun, le maréchal Pétain, pour diriger un nouveau régime. Maurras était l'un des nombreux à imaginer que Pétain reconstruirait le pays et se vengerait de la défaite de 1940. Mais Maurras, plus sourd que jamais, vivait dans son imagination. En soutenant Vichy, il s'est condamné lui-même selon ses propres critères: il a soutenu un régime qui a cédé son indépendance nationale à une puissance étrangère. En rejetant Vichy, le général de Gaulle était plus maurrassien que Maurras.

Maurras a été agnostique pendant la plus grande partie de sa vie. Ce fait a eu des conséquences. Il était fasciné par le projet politique positiviste d'Auguste Comte, qui envisageait un lieu central pour le culte , bien que sous la forme d'une nouvelle religion de l'humanité. Maurras ne voyait aucune raison pour un nouveau culte; le vieux, bien guidé, ferait l'affaire. Ainsi, il n'a pas adopté les préjugés antichrétiens communs aux mouvements laïques. Il n'était pas directement anticlérical ou anti-religieux à la manière de la gauche. Comme le remarquait Bernanos, son mouvement manquait pourtant d'une "vie intérieure". Au pire, il fit quelque chose de plus insidieux, instrumentalisant le catholicisme à des fins politiques. Cette tendance dans la pensée de Maurras, combinée à l'influence qu'il exerçait sur la jeunesse française, poussa le pape Pie XI à le dénoncer et à l' Action françaiseen 1926. Dans un usage extraordinaire et controversé des pouvoirs disciplinaires papaux, les principaux écrits de Maurras et la revue Action française furent interdits aux catholiques sous peine d'excommunication. Agnostique, Maurras semblait ne pas être inquiété par l'excommunication. Pourtant, ses partisans catholiques ne peuvent être indifférents. D'éminents catholiques s'éloignèrent, parmi lesquels Bernanos et Maritain. Au moment de la levée de l'interdiction, en juillet 1939, les catholiques étaient partis.

La pensée de Maurras tournait autour d'une série de binaires. Le premier était pour la contre-révolution et contre la révolution. Maurras était assez sympathique à l' Orléanistetradition d’apprécier l’égalité civique et la fin des privilèges spéciaux pour l’aristocratie. Pourtant, la véritable essence de la Révolution française était la sacralisation du changement social et politique, fondée sur l'idéal de l'individualisme. L'individualisme a engendré les grandes idéologies du xixe siècle issues de la Révolution: socialisme et libéralisme. Tous deux étaient individualistes, en ce sens qu'ils remettaient en cause la conception organique de la société favorisée par le droit du XIXe siècle. Selon Maurras, sous sa forme socialiste, l'individualisme attaque toutes les hiérarchies sociales. Sous sa forme libérale, il dispense les élites de reconnaître leurs obligations sociales envers le peuple. Les deux idéologies cherchent à transformer les relations sociales et les institutions afin de réaliser la liberté; mais en cherchant à libérer l'individu des rôles sociaux,

Fou Maurras, une véritable contre-révolution n’exigeait pas de violents changements sociaux et politiques. Cela nécessitait une façon de penser qui dissiperait la passion révolutionnaire. Ainsi, Maurras est arrivé à un autre binaire: pour le classicisme et contre le romantisme. À son époque, la droite admirait les romantiques du XIXe siècle, souvent conservateurs, aspirant à l'unité perdue de l'ancien régime. Mais Maurras pensait que la droite avait mis en place les mauvais champions. Le romantisme était un mouvement d'individualisme et de déterminisme historique, qui croyait que le présent post-révolutionnaire condamnait la France à la médiocrité. Seules quelques âmes nobles pourraient regarder au-delà de la catastrophe actuelle. En considérant le passé avec nostalgie, le romantisme ne pouvait évaluer ce qui était transmissible, fertile et éternel. Il se délectait de désespoir. Pour contrer le romantisme, Maurras a proposé une redécouverte du classicisme. Le classicisme cherchait à découvrir l'ordre rationnel existant dans la nature et la réalité, y compris en politique. En tant que mode de pensée, le classicisme a discipliné l'esprit; le classicisme en politique a discipliné l'homme d'État à obtenir le bon ordre et à abandonner les rêves absolus et irréalisables. Comme son nom l'indique, le classicisme a cherché à appliquer le meilleur de la Grèce et de Rome au contexte moderne. La plus grande réalisation du classicisme fut la le classicisme a cherché à appliquer le meilleur de la Grèce et de Rome au contexte moderne. La plus grande réalisation du classicisme fut la le classicisme a cherché à appliquer le meilleur de la Grèce et de Rome au contexte moderne. La plus grande réalisation du classicisme fut laGrand Siècle du XVIIe siècle, car le Grand Siècle a synthétisé le meilleur de la Grèce et de Rome dans la France moderne. Cet exploit pourrait être répété au XXe siècle; il restait possible de saisir et de réaliser le bon ordre pour la France. Maurras a conclu que "en politique, tout désespoir est une stupidité absolue".

Pour Maurras, il fallait raisonner la France avec un système de pensée qui contredisait l'idée d'une «anarchie cosmopolite». L'idée socialiste de la lutte de classe perpétuelle tournait classe contre classe. L'idée républicaine de la politique parlementaire a transformé un parti politique en parti politique, intensifiant la partisanerie qui fracturait l'unité nationale depuis la Révolution. L'idée libérale a tourné les intérêts économiques des bourgeois contre tout le reste, causant «plus de malheurs que les bombes des libertins». Ces idées ont été confiées à d'autres gouvernements, le gouvernement français, cédant à l'indépendance nationale. Maurras a opposé à l'anarchie cosmopolite son opposé: le nationalisme intégral.

Pour Maurras, le binaire nationalisme-cosmopolitanisme et le choix du nationalisme ont été suivis avec un argument déductif, presque mathématique. L'individualisme était faux. L'homme n'a pas plus besoin urgent que de vivre en société. Il existe une variété de formes sociales, mais la nation est la plus complète, la plus solide et la plus étendue. Sans nations, «nous devons craindre le recul de la civilisation». Le nationalisme est donc une obligation rationnelle. Maurras a compris que le nationalisme appliquait les moments les plus hauts du passé d'une nation à son présent, afin de garantir la survie de la nation. Maurras a soutenu que l'Église soutient les nations et encourage la charité entre les nations, plutôt que de chercher à détruire les nations, comme le fait le socialisme. Il a plaisanté que l'église était la seule vraie "internationale".

Dans le cas français, Maurras a soutenu que la nation avait été formée à partir de son histoire. «Dix siècles de collaboration progressive» ont rapproché les Français et ont créé un lien d’amitié. Cette amitié, à son tour, a créé un héritage transmis de génération en génération. Insistant sur un héritage commun fondé sur les succès passés, Maurras a nié le fait que la nation était «un phénomène de race». La nation française, a-t-il affirmé, était une fédération de nombreuses races et peuples, chacun possédant un héritage culturel et linguistique être préservé et respecté (le jeune Maurras a écrit en provençal). En un sens, Maurras a soutenu que la diversité était la force de la France.

En réalisant le vaste exercice d'édification de la nation imaginé par les Jacobins pendant la Révolution, la Troisième République a cherché à détruire la diversité de la France. Les républicains craignaient les provinces en tant que sources de tempérament politique réactionnaire et cherchaient à les transformer afin de promouvoir la conformité idéologique. Grâce à l’éducation nationale, la République a fait la guerre aux traditions locales et aux écoles religieuses. Par son endoctrinement bureaucratique, il a purgé les gouvernements sceptiques du républicanisme. Par la centralisation, il a paralysé la capacité des provinces à se gouverner.

Malgré ces tactiques dominatrices, l'État républicain était faible. Sa politique parlementaire a produit des coalitions temporaires et une porte tournante des ministres qui ont rendu impossible le maintien d’une stratégie globale cohérente. Un gouvernement faible a fait de la diversité de la France une source de division, libérant les forces centrifuges en France et menaçant des conflits civils.

Maurras offert un défi fondamental pour le compte de républicanisme de la puissance de l'État et son but. Les institutions de la République n'ont pas réussi à accomplir ce qu'elles étaient supposées faire. Parce que la République est le régime qui divise le plus et qu’elle organise l’exploitation du pays qu’elle a divisé, Maurras a écrit: «L’ action française appelle tous les bons citoyens contre la République».

Maurras s'est opposé au républicanisme avec un idéal audacieusement différent: la monarchie. "Sans roi, pas de force nationale et aucune garantie d'indépendance nationale." Ce n'était pas une vision de la monarchie absolue. (La monarchie absolue était, dans une large mesure, une fiction républicaine; le dernier des monarques bourbons se déchaînait contre les pouvoirs des parlements locaux.) Au lieu de cela, la théorie de l'État de Maurras était fédéraliste. Le gouvernement national serait le puissant exécutif d'une monarchie héréditaire. Pourtant, les pouvoirs de l'État seraient limités en nature et étendus, sans toucher aux droits et libertés des régions. Contrairement à la République, les villes, les provinces et les entreprises seraient «totalement libres». Ce régime témoignerait de la diversité de la France tout en maîtrisant ses forces centrifuges.

L'argument le plus important de Maurras en faveur de la résolution du problème binaire république-monarchie en faveur de la monarchie était qu'il affirmait que la monarchie résoudrait le problème géopolitique français. La lecture de l'histoire politique française par Maurras a révélé un lien étroit entre la politique étrangère et la stabilité intérieure. La politique étrangère était le creuset dans lequel les Français étaient soit devenus grands, soit tombaient dans la confusion. Une politique étrangère forte a uni les peuples du pays et accru leur respect de soi. Une politique étrangère faible a séparé la nation, menaçant sa survie et précipitant la guerre civile. Ici, un autre des binaires de Maurras a joué: pour le particularisme nationaliste et contre l'universalisme impérialiste. Maurras considérait la géopolitique moderne comme intrinsèquement instable, fluctuant entre l’impérialisme des superpuissances et les tendances de plus en plus nationalistes des peuples plus petits. La France était vulnérable à la domination étrangère, que ce soit par l'invasion ou par des puissances étrangères capturant des factions au sein du gouvernement français. Il était erroné d'imaginer que la France pourrait être une puissance impériale; il devait se comprendre en tant que nation.

Dans Kiel et Tanger , le texte que Pompidou a salué comme prophétique, Maurras a détaillé l'histoire des échecs de la Troisième République en matière de politique étrangère. La Troisième République s'était trompée de binaire; elle favorisait l'impérialisme contre le nationalisme. Inspirée par l'expansion impérialiste en Afrique et en Extrême-Orient, la République a autorisé d'autres puissances à contrôler la politique étrangère française, de sorte qu'elle n'a finalement pas réussi à unifier la nation contre la menace allemande. Le compte de la République a été reporté lors de la Première Guerre mondiale, car en 1914 et 1918, la France avait en pratique abandonné le républicanisme au profit de la dictature des pouvoirs d'exception. La République connut son destin en 1940.

Maurras opposait l'histoire tumultueuse de la France moderne à la longue stabilité du pouvoir monarchique. Les ennemis avaient envahi le sol français dans l'histoire moderne - en 1792, 1793, 1814, 1815, 1870, 1914 et 1940 - uniquement pendant des régimes non monarchiques. Pour assurer l'indépendance nationale de la France et sauver la France de la domination et de l'invasion étrangères, Maurras plaida en faveur de la reconquête de l'artisanat éternel des rois de France.

Incarnant l'esprit du classicisme dans le régime, la monarchie a reconnu les nations en tant que composantes persistantes de l'ordre naturel mondial. Portant le titre de «roi de France», le souverain était limité à un territoire particulier et avait pour tâche exclusive de prendre soin de la nation située sur ce territoire. D'autres nations ont été soumises à d'autres dirigeants. La monarchie, a fait valoir Maurras, a favorisé la retenue et le respect des nations nationales et étrangères. En menant des coalitions de nations plus petites, les rois de France ont freiné l’émergence de superpuissances universalistes. Il cherchait l'équilibre des forces entre les nations afin de préserver la liberté des nations et non de conquérir et d'éliminer les nations.

Uelon la monarchie, le but principal de l'Etat français était la politique étrangère. À son tour, la politique étrangère de la France avait pour objectif de servir les Français. La politique étrangère n'était pas un moyen pour l'armée française de servir de «soldat de l'idéal», comme le pensaient les républicains. C'était un moyen de renforcer le respect de soi des Français, en favorisant l'unité nationale. Maurras a fait valoir que le «royalisme» correspond à tous les postulats du nationalisme. La monarchie était le meilleur moyen d'arranger les pouvoirs de l'État pour protéger la France de ses ennemis, résister aux superpuissances et unifier la nation. Il l'avait fait pendant des siècles et pourrait le faire à nouveau. En un mot, le nationalisme intégral signifiait le royalisme.

Les idées de Maurras peuvent sembler fantastiques à quiconque est formé par «l'histoire officielle» du vingtième siècle. Il est donc utile de contraster Maurrassismeavec trois positions plus connues à travers le spectre politique: gauche, libéral et conservateur. À l'instar de la gauche, Maurras a présenté des critiques anti-bourgeoises de la République et de la société française sur des questions d'économie politique. Mais Maurras a contesté la position réelle du pouvoir économique. La gauche a décrit une lutte entre les propriétaires du capital et les travailleurs. Maurras a fait valoir que la gauche comptait et encourageait son propre capital révolutionnaire à avancer dans ses fins. Pour Maurras, la «lutte des classes» était un terme impropre. En fait, il y avait une lutte entre deux types de capital: entre un capital conservateur et ce que nous pourrions maintenant appeler un capital «éveillé». Plutôt que de viser l'abolition du capital, Maurras cherchait à apporter un soutien économique et une représentation politique aux échanges de capitaux qui promouvaient des finalités et des pratiques traditionnelles. Par exemple, on pourrait renforcer les pouvoirs des provinces et des guildes traditionnelles. Et on pourrait affaiblir les pouvoirs des entreprises transnationales indifférentes à la nation française ou transférer leur allégeance d’un régime à un autre.

Le nationalisme intégral et le libéralisme font de la théorie des relations internationales un élément essentiel de leurs excuses. (Notez la facilité avec laquelle les défenses du «libéralisme» se déplacent vers les défenses de «l'ordre mondial libéral».) Mais elles posent des questions différentes. La théorie libérale des relations internationales suppose une démarcation rigoureuse entre politique étrangère et affaires intérieures. Même le néoréalisme, qui partage certaines des observations de Maurras sur l'instabilité des relations internationales, refuse de relier politique étrangère et affaires intérieures. Formée sur une telle théorie, l'élite américaine est habituée à supprimer des questions telles que celle-ci: Quelles conséquences les décisions de politique étrangère des deux dernières décennies ont-elles sur le régime américain et sur le respect de soi des Américains? En revanche, le nationalisme intégral en fait une question clé pour les relations internationales.

Les conservateurs déplorent de plus en plus l'impérialisme et défendent le nationalisme, mais cette binaire peut être obscure. Le nationalisme lui-même peut devenir impérialiste. Maurras clarifie le binaire en combinant la discussion du nationalisme avec la discussion des pouvoirs de l'État et du régime. Maurras soutient que la monarchie a lié le nationalisme en principe à la souveraineté de la France, empêchant ainsi la tentation de dériver du côté impérialiste du binaire. Les autres régimes ont échoué. Par exemple, la démocratie est une idéologie universaliste. Il faut élargir. Parce qu'ils étaient attachés à cette idéologie, les régimes de Napoléon Ier et III étaient expansionnistes. Mais l'idéologie s'est retournée contre la France. Napoléon Ier et III ont aidé à organiser les régimes qui envahiraient la France en 1814 et 1870. Pour éviter les aventures impériales qui se terminent par un désastre, le nationalisme ne suffit pas. Les nations devraient se tourner vers leur passé pour découvrir les régimes dans leur histoire qui favorisent le particularisme plutôt que l'universalisme, empêchant l'impérialisme autodestructeur.

Le marrassisme était une politique pour les intellectuels. Elle exigeait la maîtrise de vastes pans de l'histoire, de la politique et de la philosophie françaises. Le succès de Maurras a été de déplacer la fenêtre de ce que les Français pourraient discuter et débattre. Il a contesté l'histoire triomphaliste de la Troisième République et a exposé ses plus graves défauts. Plus important encore, il donna une défense très moderne et chargée de société de l' ancien régime . Dans ses écrits, ces idées et institutions apparemment dépassées sont soudainement apparues contemporaines, voire urgentes. Pourtant, peut-être en raison de son attrait élevé, sa politique n'a pas réussi à former un mouvement politique unifié. En tant que fondateur, âgé de 30 ans, Maurrassisme a donné naissance à quatre mouvements politiques distincts.

La première était une faction du régime de Vichy qui célébrait la fin de la Troisième République. En dépit de l'opposition de Maurras à la passion révolutionnaire, elle soutint le slogan de «révolution nationale» de Vichy. Vichy appliqua «l'antisémitisme d'État» de Maurras en 1940, interdisant aux Juifs d'occuper des postes au gouvernement et de restreindre leur rôle public. Au départ, cela n'allait pas plus loin, mais la politique de collaboration de Vichy aboutit inévitablement à une participation de plus en plus grande aux objectifs génocidaires du nazisme, le tachant pour la postérité. Après la guerre, la faction de Vichy a affirmé que cette collaboration avait protégé la France du destin de la Pologne. Tradition politique petite mais formidable de l'après-guerre, elle avait tendance à favoriser de Gaulle dans les années 1950, bien que dans les années 1960, les apologistes de Vichy l'aient horreur de mettre fin à l'empire français et à l'Algérie française.Maurrassisme : "Les rois de France n'auraient jamais eu l'idée de transformer les musulmans en sujets de sa Majesté la plus catholique!"

Ledeuxième mouvement, illustré par Jacques Maritain, s’appelle démocratie chrétienne. Maritain a affirmé la dénonciation de l' Action française par le Vatican. Avec Maurras, la démocratie chrétienne estimait que les problèmes politiques de la France devaient être résolus par le biais de la récupération du meilleur de la période antérieure à 1789. Avec Maurras, il a soutenu que l'idéologie de l'individualisme mutilait la liberté humaine. Pourtant, contre Maurras, la démocratie chrétienne cherchait à recouvrer la primauté du spirituel sur le politique. La primauté spirituelle n'impliquait pas la monarchie, mais la modération politique incarnée dans la démocratie libérale. Le meilleur de l’avant-1789 n’était pas la monarchie française, mais les textes du Docteur Angélique de Paris, qui (lorsqu’ils étaient réinterprétés) soutenaient la politique démocratique. Rejetant les interprétations historiques de Maurras et ses conclusions politiques, la démocratie chrétienne représente la plus pure rébellion contre le père. Pourtant, en France, son destin était similaire à celui de l' Action française. La démocratie chrétienne était une force intellectuelle plutôt qu'une force politique.

Le troisième mouvement politique était étrangement fidèle à Maurras. Émile Perreau-Saussine a observé dans le Catholicisme et la Démocratie que le marxisme chrétien est «sinon le fils spirituel, le fils prodigue» de Maurras. Les ouvriers prêtres des années 1940 et 1950 ont appris de l' Action française de leur jeunesse une critique du libéralisme, de la bourgeoisie et de la démocratie. La France «légale» de Maurras contre la «vraie» France est revenue ici sous deux versions de la démocratie: la démocratie formelle (et supposément fausse) de la majorité silencieuse contre la démocratie participative authentique des mouvements radicaux. Journaux maurassiens, tels que Jeunesse de l'Église, renversé en une décennie pour déclarer «le marxisme comme la philosophie immanente du travailleur». Pourtant, le marxisme chrétien s’est écarté de Maurras dans sa demande pour l’avenir. Il embrasse la passion révolutionnaire condamnée par Maurras.

Le quatrième mouvement politique était encore plus étrange. Contre Maurras, le général de Gaulle accepte le républicanisme et la démocratie. Mais en fondant la Ve République, il donna à l'Etat le sceau de Maurrassisme. Sa constitution renforça l'exécutif de sorte qu'il devint une royauté sous tous les noms, diminuant ainsi l'importance de la politique parlementaire. Le propre sens politique de De Gaulle était classiciste. (Il a explicitement loué le classicisme de Maurras.) Il a donné la priorité à la politique - en particulier à la politique étrangère - et a exalté l'indépendance nationale dans un monde où il pensait que les idéologies étaient moins importantes que la compétition entre les nations. Gouvernant dans l'intérêt de la «vraie France», avec l'ethos monarchique de la noblesse oblige, de Gaulle a exhorté les Français à transcender leurs divisions pour l'intérêt de l'unité nationale. Si sa réforme constitutionnelle de 1969 était passée, il aurait quitté la France avec l’Etat plus décentralisé que Maurras avait épousé. De Gaulle a déclaré à la retraite que son plus grand regret était de ne pas pouvoir restaurer la monarchie.Le gaullisme était la revanche du maurrassisme .

Tous ces mouvements - apologistes de Vichy, démocrates chrétiens, marxistes chrétiens, gaullistes - ont leurs défauts. L'apologie de Vichy repose sur des contrefactuels douteux. La démocratie chrétienne a fini par abandonner ses fondements spirituels et a transformé la modération politique en «fanatisme du centre». Le marxisme chrétien a dévoré le christianisme. Gaullisme a été détourné après la mort de son fondateur. Mais comprendre la complexité, les forces et les faiblesses de tous ces mouvements politiques, sans parler de la «familiarité troublante» de leurs préoccupations, nécessite de comprendre leurs origines. Il faut lire Maurras.

Nathan Pinkoski est chercheur postdoctoral au St. Michael's College de l'Université de Toronto.

lafautearousseau

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL