UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Comment al-Baghdadi a été retrouvé puis tué, par Antoine de Lacoste

La mort d’Abou Bakr al-Baghdadi constitue incontestablement une belle victoire pour Donald Trump. En l’annonçant, et avant de décrire l’opération, il a remercié pêle-mêle l’Irak, la Syrie, la Turquie, la Russie et les Kurdes.

Cela peut paraître surprenant, mais c’est l’Irak qui a joué un rôle décisif pour « loger » le Calife, toujours appelé ainsi par ses fidèles malgré la fin du Califat. Les services secrets irakiens ont en effet constitué une équipe depuis plusieurs mois chargée de collecter des renseignements sur Baghdadi. Ce sont les Souqour, c’est-à-dire les Faucons.

Le fait est connu, mais ce qui l’était moins c’est qu’un cadre important de l’Etat islamique arrêté en 2018 en Turquie puis rapatrié en Irak a livré d’importants renseignements aux Irakiens qui le détiennent.

1898520046.2.jpgCe proche de Baghdadi s’appelle Ismaël al-Ethawi. Il a été condamné à mort mais la sentence n’a pas été exécutée : ce serait en effet dommage car Ethawi a beaucoup de choses à raconter. Selon un officier irakien cité par l’agence Reuters « il a fourni des informations précieuses qui ont aidé à trouver les pièces manquantes du puzzle. »

Une fois Baghdadi « logé », il a fallu monter l’opération. L’accord des Russes était nécessaire car ce sont eux qui contrôlent le ciel syrien et il fallait bien mettre au courant les Syriens et les Turcs afin d’éviter toute intervention imprévue pendant l’opération. Le rôle des Kurdes semble moins clair mais certains pensent que les hélicoptères américains ne sont pas partis de la base de l’OTAN située en Turquie mais d’une autre base, près d’Erbil, dans le Kurdistan autonome d’Irak. On le saura bientôt.

Notons au passage que c’est la première fois que Trump parle de la Syrie en tant que pays souverain. C’est une évolution sémantique intéressante.

La suite de l’opération, c’est le Président américain lui-même qui la raconte : « Nous le surveillions depuis quelques semaines. Nous savions à peu près où il allait…Deux ou trois actions ont été annulées parce qu’il changeait constamment d’avis… »

Une fois la décision prise, huit hélicoptères et plusieurs appareils d’escorte se sont envolés (de Turquie ou d’Irak donc) : « La partie la plus dangereuse a été le vol d’approche, qui a duré approximativement une heure et dix minutes, ajoute Trump. C’était une mission secrète, nous avons volé très bas et très vite…Quand nous nous sommes posés, un nombre important de nos combattants ont débarqué et ont fait exploser l’un des murs d’enceinte… »

Dans son style inimitable, le Président précise que ses commandos ont fait « un magnifique trou dans le mur et ils sont entrés et ont pris tout le monde par surprise, incroyablement brillants comme combattants ! Baghdadi était le dernier, ses gens avaient été tués ou bien s’étaient rendus. Onze enfants ont été extraits sains et saufs. Ne restait que Baghdadi dans un souterrain, où il avait entraîné trois de ses jeunes enfants… Il a atteint le bout du tunnel, avec nos chiens à sa poursuite…Il gémissait, criait, pleurait. Il a déclenché sa veste explosive. »

Enfin, pour couper court à toute rumeur : « On avait son ADN. Quinze minutes après sa mort, on était certain de son identité. »

Depuis cette opération, où les Américains n’ont eu aucune perte, quelques doctes esprits (journalistes notamment) minimisent sa portée, arguant du fait que Baghdadi n’avait plus de rôle opérationnel et que l’Etat islamique n’était pas encore vaincu.

C’est oublier l’essentiel : la mort du premier Calife depuis la chute de l’Empire ottoman a une valeur symbolique considérable et, pour le monde islamiste sunnite, c’est une défaite cuisante.

Commentaires

  • Le Calife nouveau était docteur en droit islamique de l'université irakienne, ce qui lui conférait une autorité académique sur les cadres militaires de l'EI. Ceux qui minimisent la résonance de sa destruction ne voient pas que les opérations asymétriques de Daech n'auront pas de caution "morale" désormais, pour se cantonner dans le terrorisme tribal et la prise de richesses. Les bandits de grand chemin sont plus faciles à contrer.

    Une autre figure de l'islam en armes fut Mollah Omar, proclamé à Kandahar "Commandeur des croyants" par l'assemblée des Oulémas (ce que Abou Bakr el-Baghdadi n'a pas obtenu). Ce titre lui conférait une légitimité indéniable. Sa mort a précipité le combat taliban et l'Afghanistan dans une guerre civile des seigneurs de guerre pour l'accaparement des ressources locales. A noter qu'il avait violemment critiqué le Onze-Septembre qui, pensait-il à juste raison, ruinerait le projet de réislamisation du pays.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel