UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L’offensive turque se déploie en Syrie, par Antoine de Lacoste

Erdogan a mis sa menace à exécution. Les territoires du nord de la Syrie d’où les Américains se sont retirés, font l’objet depuis deux jours de pilonnages de l’artillerie et de l’aviation.

Dans le même temps des chars et des troupes ont pénétré en territoire syrien. Selon le journaliste du Figaro Georges Malbrunot, 4 chars turcs ont été détruits par les kurdes qui opposent une farouche résistance.

antoine de lacoste.jpgLes premiers morts sont annoncés par les belligérants eux-mêmes : 4 soldats turcs, une vingtaine de civils turcs tués dans des villages frontaliers par l’artillerie kurde ; du côté des YPG (nom du mouvement combattant kurde), une vingtaine de morts ainsi qu’une dizaine de civils.

Cette offensive, attendue malgré les très nombreuses pressions internationales, a pour but de couper en deux le territoire autonome que les kurdes se sont attribué au nord de la Syrie sous protection américaine. Le gouvernement syrien a toujours protesté contre cette occupation étrangère doublée d’une autonomie à laquelle il n’a jamais consenti.

Certains villages conquis par l’armée turque et ses supplétifs syriens en quelques heures, n’ont opposé aucune résistance. Ce sont ceux de peuplement arabe et non kurde. Le contentieux est lourd dans cette région entre arabes et kurdes : ces derniers sont honnis en raison de leur brutalité ; ils n’ont pas hésité à déplacer plusieurs milliers d’habitants de leurs villages pour y installer des kurdes à leur place. Ces méthodes, en vigueur depuis que l’armée syrienne n’est plus là, ont souvent été soulignées par des observateurs et des journalistes, mais les pays occidentaux ont toujours feint d’ignorer ce que tout le monde sait.

C'est le résultat d’un manichéisme devenu, dans ce conflit comme dans bien d’autres (les Serbes le savent bien), le mode de raisonnement de nos dirigeants. Il y a les gentils et les méchants, sans nuance. Depuis le début de la guerre en Syrie, les « rebelles » sont gentils (sauf Daech) tout comme les kurdes. Les méchants sont les Syriens qui ne veulent pas devenir islamistes et les Russes, principe de base.

On ne sait pas encore jusqu’où veulent aller les Turcs. L’idée consisterait à se ménager une bande de territoire de quelques kilomètres de profondeur tout le long de la frontière, d’y installer une partie des 3 millions de réfugiés qui encombrent la Turquie et de repousser les kurdes au-delà. Un tel scénario, c’est en tout cas celui annoncé par Erdogan depuis longtemps, impliquerait là aussi des déplacements de population.

Conscients du danger auquel ils sont maintenant confrontés, les kurdes ont pris contact avec les Russes afin qu’ils leur servent d’intermédiaire auprès des Syriens, dont ils demandent maintenant la protection. Une telle offre avait déjà été faite par la Russie. Les Syriens avaient donné leur accord pour une négociation qui impliquait évidemment la fin de l’autonomie kurde et le retour de l’armée syrienne. Sous la pression américaine les kurdes avaient refusé.

Abandonnés maintenant par leur protecteur, comme c’était prévisible, les kurdes se tournent vers ceux qui ont gagné la guerre et qui, eux, ne partiront pas.

Quelle que soit son issue, cet affrontement turco-kurde risque fort de profiter à la Russie et, au-delà, à la Syrie qui n’a qu’un objectif : reconquérir l’intégralité de son territoire.

Commentaires

  • Déflagration mondiale à venir ? Qu'est-ce que çà va donner lorsque les troupes syriennes , soutenues par les russes , vont rentrer en contact avec l'armée turque (pays de l'Otan ?
    20 000 soldats turcs sont à virer de Chypre-Nord aussi !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel