UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Des imams femmes pour la France ? [1/3]

Des femmes lisent le Coran devant la grande mosquée de Paris pendant Ramadan. AFP 

Par Sylvie TAUSSIG

Ce texte a été rédigé conjointement avec Karim Ifrak, islamologue.

AVT_Sylvie-Taussig_4260.jpgUne mosquée inclusive où le prêche serait fait alternativement par un homme et une femme : la proposition de la doctorante en islamologie Kahina Bahloul (École pratique des hautes études) et du journaliste Faker Korchane a fait du bruit à Paris, en ce début d’année 2019.

Le paysage islamique français se caractérise par une grande diversité en termes d’offre et de demande, au cœur d’un espace « religieux » parmi les plus dynamiques d’Europe. Tous les courants de l’islam y sont représentés, ses manifestations les plus tardives comprises, traduisant l’extrême inventivité de l’islam contemporain. Dans cet ensemble où l’étanchéité des initiatives est l’exception, il manquait à l’appel un courant, certes extrêmement minoritaire, mais évoluant dans d’autres pays, à savoir une mosquée « inclusive », dont le trait le plus apparent est le fait qu’il revendique l’imamat féminin.

amina-wadud partie 22.jpgLe concept se décline en réalité en deux projets, la mosquée Fatima et la mosquée Simorgh, portée par Eva Janadin et Anne-Sophie Monsinay, fondatrices de l’association Voix d’un islam éclairé. [Photo]

La mosquée Fatima en question

Les deux projets présentent des différences significatives. Le projet de la mosquée Fatima se revendique du rite hanafite, rejette la mixité et recommande le voile pour les hommes comme pour les femmes et ce, sans toucher aux pratiques, mais elle dit se subordonner aux enseignements mutazilites et au soufisme dualiste, un courant récent du soufisme.

Dans le projet Fatima, l’idée d’un imamat féminin, tel que présenté par Fader Korchane a bien évidemment créé des tensions. Mais les détracteurs s’en prennent davantage à Kahina Bahloul, en raison de ses origines algériennes et de son féminisme qu’elle dit universaliste et non islamique.

Son désir de libération et d’égalité réelle s’oppose ainsi au machisme intégral – la journaliste et auteure Nadia Tazi parle de « politiques de la virilité »– et fait écho à la salafisation des pays du Maghreb où elle a grandi et a été éduquée.

Le modèle « Fatima » existe déjà en Chine (depuis 1820)), en Afrique du Sud (depuis 1995), au Mexique au Canada et aux États-Unis (depuis 2005), en Angleterre (Oxford en 2008, Londres en 2012, Bradford en 2018), au Danemark (depuis 2016), mais également en Inde, en Suède, en Allemagne et en Suisse.

Mosquée « inclusive » aux États-Unis.

Le projet de la mosquée Simorgh en revanche dit ne s’attacher à aucune école juridique, choisit la mixité et ne pose aucune recommandation vestimentaire. Les fidèles auront une totale liberté pour adapter les pratiques, les enseignements seront mystiques et progressistes.

Une justification théologique complexe

Les fondateurs des deux projets n’hésitent pas à parler de précédents dans le monde islamique, citant notamment les femmes scientifiques ayant marqué leur temps comme Asma Bint Assad b. al-Furāt (m. 864) ou Tāhira Bint Aḥmad al-Tanūkhyya (m. 1044).

Or, cela ne signifie pas pour autant qu’elles ont été un jour imam, c’est-à-dire, qu’elles ont eu la possibilité de conduire des prières collectives « obligatoire ou subrogatoire », une mission qui incombe, selon la jurisprudence islamique, aux hommes uniquement sous des conditions précises particulières (Abd al-Rahman al-Gazayri, al-Fiqh âla al-Madāhib al-arbaâ [La jurisprudence (islamique) selon les quatre écoles], 1/243, Dār al-Kitāb, Beyrouth, 2005).

Certes, le statut de « imam », dans l’histoire « théologique » de l’islam a été l’exclusivité des hommes. Mais concernant ce point, le Coran n’est guère loquace.

moment-toutefois-projet-balbutiements_0_729_486.jpgCe vide juridique a laissé le champ libre aux traditionnistes et aux juristes acquis au hadithisme (interprétation de l’islam concentrée sur celle des hadiths, dits et faits du prophète Mahomet). D’un commun accord, ils ont ainsi décrété au fil des siècles que la femme ne peut prétendre au statut d’imam, mais que la chose reste possible dans le cas où les fidèles sont de sexe féminin exclusivement, et cela à l’exception de l’école malékite qui le proscrit.

Une des solutions modernes est de désigner une femme, imam « de troisième rang », comme en Belgique dans la mosquée Assahaba, dont le salaire est payé par l’État fédéral comme les deux autres et qui, même si elle est censée « développer l’encadrement de la population féminine », remplit toutes les fonctions de l’imam homme, sauf celle de diriger la prière.  [Série à suivre demain et après-demain].

Sylvie Taussig
Chercheuse, CNRS, Institut français des études andines
Voir dans Lafautearousseau ...
De Péroncel-Hugoz : SYLVIE TAUSSIG SOULÈVE LE COIN DU VOILE D’UN ISLAM SANS HOMMES…

Commentaires

  • Mes propos sont peut-être simplistes: C'est quoi cette mascarade ...
    A votre avis qu'en pense le Grand Mufti de la mosquée Al Aqsa troisième lieu saint de l'Islam ? Que pensent les oulémas des fantasmes des occidentaux avec leurs Islam de France, Islam de Belgique, ...
    Soit nos gvts y croient et ils sont "naïfs" soit ils n'y croient pas et ... ils nous enfument et attendent que la marmite explose !!!

  • A mon avis, votre propos n'est pas si simpliste que ça. L"Islam traditionnel triomphera de l'Islam dit progressiste. Cette "réformation", c'est, selon moi, un pur produit de la décadence de l'Occident.

  • Rien n'est inintéressant, attendons pour juger les convictions de ceux qui réclament un Islam plus incarné, mais aussi ne désarmons en rien notre vigilance vis à vis de l'Islamisme qui finalement se conjugue comme idéologie, étouffant toute mystique ,si ce n'est sa propre mort fantasmée, en concurrence avec les nôtres. Le combat est bien anti idéologique.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel