UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Éric Zemmour : « Cette autre révolution en marche »

La « marche pour la vie » dimanche 20 janvier à Paris - Photo : Vincent Isore/IP3 /MAXPPP

blue-wallpaper-continuing-background-wallpapers-bigest-images - Copie.jpgLes héritiers de la Manif pour tous doivent choisir leur camp. Rejoindre l'alliance des bourgeoisies libérales mondialistes - libéraux-libertaires et libéraux conservateurs - nouveau « parti de l'ordre », ou suivre la révolte des classes populaires. Le capitalisme mondialisé, est l'ennemi du Pays Réel français. D'accord avec Zemmour. (Figaro Magazine du 23.01)LFAR

687294929.jpg

Ils étaient nombreux. Sans doute plusieurs dizaines de milliers de personnes. Ils défilaient dans les rues de Paris.

Mais c'était un dimanche et ils ne portaient pas de gilet jaune et ils ne cassaient rien, pas la moindre devanture de banque, ni ne guillotinaient Macron en effigie. Ils protestaient surtout contre la « PMA pour toutes », le nouveau grand projet porté par les lobbys homosexuels et la majorité présidentielle. Ils « marchaient pour la vie ». Ils étaient les derniers bataillons de la cohorte imposante quoique vaine de la Manif pour tous du printemps 2013 qui avait alors tenté d'empêcher l'instauration du mariage homosexuel. Leurs opposants les traitaient d'« homophobes » et croyaient clore le débat ainsi. Ils les traitaient aussi de « catholiques » et sans doute voulaient l'insulte encore plus infamante.

Catholiques, la plupart l'étaient. C'était une sociologie assez particulière de classes moyennes ou supérieures. Pratiquement pas d'ouvriers ni d'employés. Beaucoup de provinciaux. De jeunes gens, aussi. Les retraités de Mai 68 voulaient voir en eux l'avenir d'une revanche culturelle de la droite réactionnaire. C'était une bourgeoisie très française tout en étant favorable à l'Europe. Des catholiques mais qui n'avaient pas franchi le Rubicon de la gauche quand ce fut à la mode dans les années 1970. Sens commun fut son bras armé idéologique et politique et rejoignit Fillon pour la présidentielle.

Ce n'était guère étonnant. En 2013, le géographe Christophe Guilluy avait fait pertinemment remarquer que ce duel entre les socialistes et les lobbys LGBT, et la Manif pour tous était l'affrontement de catégories sociales qu'on pouvait classer toutes deux dans les « vainqueurs de la mondialisation ». Ils vivaient pour la plupart dans les métropoles. Ils n'avaient pas de souci de fin de mois. C'était un combat entre deux sortes de libéraux mondialistes, libéraux-libertaires et libéraux conservateurs.

Ces derniers sont des opposants au « progressisme » cher à Macron, mais ne sont pas des « gilets jaunes ». Ils sont favorables à l'Europe et à la mondialisation, mais considèrent qu'on peut arrêter « la marche du progrès » aux questions sociétales. Le philosophe Jean-Claude Michéa les traite d'« idiots » qui ne comprennent pas que le libéralisme économique entraîne inexorablement le libéralisme sociétal. Que le capitalisme est une machine révolutionnaire qui détruit toutes les structures traditionnelles, la féodalité jadis, la famille aujourd'hui.

Depuis lors, il y a eu la victoire de Macron et les « gilets jaunes ». Les héritiers de la Manif pour tous doivent choisir leur camp. Rejoindre l'alliance des bourgeoisies, nouveau « parti de l'ordre », ou suivre la révolte des classes populaires. Suivre la logique de ses intérêts économiques et y sacrifier son éthique (les progressistes feront la PMA et même la GPA pour tous!) ou « trahir sa classe » pour prendre la tête d'une rébellion populaire et nationale. Un choix vieux comme l'histoire de France. ■

Commentaires

  • Oui,très bon, avec une excellente distinction, bien conforme à la réalité des hommes et de choses !

  • Un projet politique comme l'UE peut être défait, même si ce n'est pas forcément une bonne chose, et la perte est de quelques années, la transformation sociétale par la PMA et la GPA est artificielle et brutale et engage sociologiquement le pays pour très longtemps, le choix est donc assez simple.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel