UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Action Française dans la Grande Guerre [5] L’« affaire des panoplies »

Guillaume II 

Par Rémi Hugues 

images[3].jpgDans le cadre du centenaire du dénouement de la Grande Guerre, Rémi Hugues a rédigé pour les lecteurs de Lafautearousseau une suite dʼarticles très documentés qui seront publiés au fil des journées en cours. Ils pourront être objets de débats. Au reste, la guerre n'est plus exclue des perspectives mondiales d'aujourd'hui ... 

Photo.png

L'affaire des panoplies  

Alors que la guerre a placé républicains et royalistes dans le même camp, on a vu que ces derniers nʼont pas pour autant arrêté de professer un discours critique, pour ne pas dire hostile, à la République. Et les tenants de celle-ci nʼen sont pas restés moins méfiants vis-à-vis de lʼAction Française. Car il est vrai que le mouvement de Charles Maurras considérait que la restauration, ou contre-révolution, avait pour préalable la victoire contre lʼempereur Guillaume II. Et les soldats proches de lʼAction Française, en particulier les régiments de cavalerie, de se mettre à croire que le coup de force est possible. Ce qui oblige, à partir de 1917, les autorités de lʼÉtat à devoir exercer une surveillance étroite des troupes soupçonnées dʼêtre contre le régime. 

686616971.jpgLa même année, alors que Léon Daudet (photo) continue de sʼen prendre aux traîtres et aux espions avec zèle, lʼAction Française est rappelée à lʼordre par le pouvoir républicain. Celui-ci, en menant une intervention musclée contre le mouvement royaliste, entend taper un bon coup sur la table pour calmer les ardeurs des maurrassiens, avec qui la coopération ne peut être que provisoire. Cette opération visant lʼAction Française a pris le nom d’ « affaire des panoplies ». 

ob_c7ca65_le-bonnet-rouge.jpgElle sʼest produite dans le contexte dʼune campagne de presse lancée par le « Procureur du Roi » autoproclamé Daudet contre le journal Le Bonnet Rouge. Cʼest le 9 septembre 1916 quʼelle est déclenchée par lʼAction Française. Le périodique visé, affublé du sobriquet « Le Torchon » par Maurras, est de tendance radicale. 

Son directeur, Michel Vigo-Almereyda, serait en collusion avec le président du Parti radical Joseph Caillaux et le ministre de lʼIntérieur Louis Malvy, radical lui aussi. Tous trois feraient acte dʼintelligence avec lʼennemi. Lʼadministrateur du journal, Raoul Duval, ramènerait de Suisse des fonds allemands, en échange dʼune ligne éditoriale clairement défaitiste. 

Le président du Conseil Paul Painlevé prend au sérieux ces accusations, avec, notons-le, un certain temps de latence. En août 1917 la rédaction du Bonnet Rouge est arrêtée. Une semaine plus tard Vigo est « retrouvé mort dans sa cellule, étranglé au moyen dʼune cordelette ou dʼun lacet de soulier, assassiné, qui sait, pour lʼempêcher de parler ».[1] Cela suggère que les accusations portées par lʼAction Française étaient véridiques, dʼautant plus quʼEugen Weber, qui ne peut être soupçonné de déformer la réalité au profit du mouvement maurrassien, affirme que « Malvy avait subventionné Vigo sur les fonds secrets »[2]. Acculé, le « 4 octobre, Malvy, sous prétexte de défendre son honneur, demanda à Painlevé lecture dʼune lettre de Léon Daudet, directeur de LʼAction Française, à Poincaré, lettre où Daudet affirmait : ʽʽM. Malvy, ex-ministre de lʼIntérieur, est un traîtreʼʼ et prétendait en donner la preuve. On devine lʼagitation qui sʼensuivit. Malvy se défendit, applaudi par les radicaux et les socialistes. Painlevé, Steeg et Raoul Péret (garde des Sceaux) avaient reçu Maurras et Daudet. Painlevé fit perquisitionner dans les bureaux de lʼAction Française où lʼon ne trouva que de vieux fleurets et de vieux pistolets, et nullement les indices de subversion contre la République (dʼoù le nom de ʽʽcomplot des panopliesʼʼ que la presse de droite donna à cet incident. »[3] 

charles-maurras-fedida.jpgLa perquisition a lieu le 27 octobre, un samedi soir. Les locaux Action Française de Paris, Bordeaux, Lyon, Nîmes et Montpellier sont investis par la police. Les domiciles de Maurras, Daudet et Maxime Réal del Sarte (photo avec Maurras), notamment, sont aussi perquisitionnés. Le butin, comme le souligne plus haut lʼhistorien Jean-Baptiste Duroselle, est maigre : de rares armes-à-feu, des cannes plombées, des coups-de-poing américains et des nerfs de bœuf. Le plus intéressant pour la Sûreté fut probablement de mettre la main sur le dossier contenant les plans dʼun coup d’Etat ; mais aux dires de beaucoup, il était obsolète. De toute façon pour lʼAction Française, la priorité était à la guerre non contre la République mais contre lʼenvahisseur germanique.      

Lʼhistorien Olivier Forcade indique que « cette opération est lancée par le gouvernement pour détourner lʼopinion publique du seul Bonnet rouge. »[4] Lequel gouvernement, face aux protestations, doit reculer. Alors que le 31 août 1917 Malvy, ce « misérable par qui la France a été livrée, morceau par morceau, à lʼennemi »[5], a dû démissionner – les 19 et 20 juillet 1918 se tiendra son procès en Haute-Cour –, Clemenceau sort grand gagnant de cette « affaire des panoplies », qui a fragilisé le président du Conseil Painlevé, et que remplace le « Tigre » en novembre 1917. Érigé en Père-la-victoire par la République, Clemenceau devrait en réalité partager cette auguste place avec Philippe Pétain – même Macron, en son for intérieur ne le renierait point ! – et aussi avec le « Maître de Martigues ». 

Lʼun au front et lʼautre à lʼarrière ont pleinement contribué à la victoire de 1918, dans lʼhonneur. Et au sujet de lʼAction Française, Olivier Forcarde ne renierait pas que son pouvoir sʼest renforcé avec lʼirruption de la Grande Guerre : 

Joseph_Caillaux et Louis Malvy.jpg« Lʼintransigeance à mener la guerre jusquʼau bout et sans faiblesse vaut à lʼAction Française un lectorat accru. Depuis septembre 1916, les campagnes contre Le Bonnet rouge, les réticences contre les tentatives de paix du Vatican, puis contre Caillaux et Malvy en 1917 (photo) attirent la sympathie des milieux de droite et de nombreux officiers dʼactive. Le journal de Charles Maurras, Maurice Pujo, Bainville, Léon Daudet et Henri Vaugeois (mort en avril 1916), au ton souvent doctrinal, est auréolé du prestige de ses campagnes contre les traîtres en 1917. »[6] 

Lʼexpression affaires des panoplies, inventée par la presse de droite, est là pour le souligner : elle place lʼAction française dans le bon camp, ce qui pour le journal de Maurras est une première. À ses débuts en effet le monde de la presse nʼétait aucunement élogieux à son égard, cʼest le moins que lʼon puisse dire. (A suivre)  ■ 

[1]  Eugen Weber, LʼAction Française, Paris, Stock, 1964, p. 124.
[2]  Ibid., p. 126.
[3]  Jean-Baptiste Duroselle, La Grande Guerre des Français, Paris, Perrin, 2002, p. 304-5.
[4]  Olivier Forcade, La censure en France pendant la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2016, p. 233.
[5]  Lettre de Daudet à Poincaré, lue par Painlevé à la Chambre, cité par Eugen Weber, ibid., p. 126.
[6]  Olivier Forcade, ibid., p. 229.
Articles précédents ...
L'Action Française dans la Grande Guerre [1] La guerre sans l'aimer
L'Action Française dans la Grande Guerre [2] Un prescripteur d’opinion de plus en plus important 
L'Action Française dans la Grande Guerre [3] L’Union Sacrée : un ralliement ?
L'Action Française dans la Grande Guerre [4] L’Union Sacrée : un ralliement ?
A lire de Rémi Hugues Mai 68 contre lui-même ...
(Cliquer sur l'image)

Couverture_livreM68.png

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel