Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Action Française dans la Grande Guerre [2] Un prescripteur d’opinion de plus en plus important

 

Par Rémi Hugues 

images[3].jpgDans le cadre du centenaire du dénouement de la Grande Guerre, Rémi Hugues a rédigé pour les lecteurs de Lafautearousseau une suite dʼarticles très documentés qui seront publiés au fil des journées en cours. Ils pourront être objets de débats. Au reste, la guerre n'est plus exclue des perspectives mondiales d'aujourd'hui ... 

 

Photo.png

Un prescripteur d’opinion de plus en plus important 

Auréolé de ce prestige, l’Action Française exerce une forte influence idéologique sur le pays, comme l’atteste le succès d’une idée lancée par le journal, en vue de défendre les intérêts des soldats. Cette idée, qui date d’octobre 1916, est l’instauration d’une prime que Maurras appelle la part du combattant. Chaque « Poilu » recevrait une somme d’argent versée par une banque de gratifications militaires, dont le fonds serait constitué au moyen d’un emprunt public. Car, d’après le chef de l’Action Française, « le combattant produit la Victoire, le combattant a donc droit à une partie du produit de celle-ci, et cette part devrait être, non pas une pension, mais une somme d’argent comptant, avec une prime spéciale pour les troupes d’élite. »[1] 

46205031.jpgLe projet de part du combattant connaît un franc succès. De nombreux titres de presse soutiennent sa mise en place, notamment L’Intransigeant, L’Écho de Paris, Le Journal, L’Heure et La Petite République. Et l’Action Française n’en reste pas à la théorie. Elle lance une souscription : le 15 avril 1917 le journal communique à ses lecteurs que 43 000 francs ont été réunis, dont la moitié de la part du duc de Vendôme. En juin 1918, 160 000 francs sont versés à trois régiments qui se sont particulièrement distingués au combat. 

À cette influence intellectuelle et programmatique sur l’opinion acquise pendant la guerre, s’ajoute une influence carrément politique. Quand, le 13 novembre 1917, le président du Conseil Paul Painlevé est renversé au profit de Georges Clemenceau, ce dernier peut remercier l’organisation « politico-médiatique » de Charles Maurras, qui a de façon décisive contribué à cette promotion. L’Action Française, en soutenant le « Tigre », « naguère son pire ennemi »[2], montre qu’elle sait faire, une nouvelle fois, usage de son pragmatisme légendaire. 

Clemenceau et Maurras, c’est le mariage de la carpe et du lapin. Les deux hommes s’étaient particulièrement affrontés durant l’affaire Dreyfus. L’ancien président du Conseil radical de 1903 à 1906 avait publié le fameux pamphlet dreyfusard « J’accuse » d’Emile Zola dans son journal L’Aurore. Quant au second, il avait formé la ligue d’Action Française avec un aréopage d’anti-dreyfusards. Son ami Daudet aimait depuis traiter Clemenceau de « ganache qualifiée de César ». Or Eugen Weber note : « Sans Daudet [...] le terrain n’eut pas été préparé pour Clemenceau. » 

clemenceau-au-front.jpgDeux jours après la mise en minorité de Painlevé, le « Tigre » forme son gouvernement, soutenu par la droite. Ce même jour, le 15, celui que lʼAction Française voyait jadis comme « le plus malfaisant des Français »[3], s’enquiert auprès de Jules Delahaye, député royaliste du Maine-et-Loire, des souhaits du mouvement. Il accepte de poursuivre vigoureusement espions et traîtres, refuse en revanche catégoriquement de rouvrir l’ambassade auprès du Saint-Siège et promet qu’il va étudier très sérieusement la part du combattant.           

Ainsi jusqu’à l’armistice Clemenceau et Maurras travaillent ensemble à la victoire contre l’ennemi commun, malgré leur positionnement politique diamétralement opposé.

sans-titre.pngCette victoire apporte à Léon Daudet la consécration suprême. Le patriote intransigeant du temps de la guerre qui s’était autoproclamé « Procureur du Roi » dans le cadre de la lutte acharnée qu’il menait contre les traîtres et les espions voit apparaître sur les murs de Paris les inscriptions « Vive Léon Daudet ! » En 1919, signe de sa popularité, il est élu député de la Seine. La même année, en janvier, les libéraux du Figaro ouvrent leurs colonnes à leurs confrères royalistes qui signent un « Manifeste pour un parti de l’intelligence ».           

DB22vIvV0AAv_HR.jpgQuant, à Maurras, toutefois, l’entrée à l’Académie française lui est refusée en 1923. Il lui faudra attendre 1938 pour intégrer la prestigieuse institution. La nation le récompense de sa fidélité envers elle durant l’épreuve terrible de 14-18 à l’orée d’une autre épreuve, sans doute encore bien plus terrible...  (A suivre)

[1]  Ibid., p. 121.
[2]  Ibid., p. 114.
[3]  Ibid., p. 130. 
 
Article précédent ...
L'Action Française dans la Grande Guerre [1] La guerre sans l'aimer

 

A lire de Rémi Hugues Mai 68 contre lui-même ...
(Cliquer sur l'image)

Couverture_livreM68.png

Commentaires

  • La campagne de "La part du combattant" fut un réel succès d'opinion pour la ligue au point d’inquiéter sérieusement le gouvernement qui cru y voir la main des Princes pour "acheter" certains régiments.
    Cette campagne ne fut pas pour rien dans la psychose complotiste républicaine du coup d'état royaliste qui culmina avec l'affaire du "complot des panoplies".
    Il s'agit malheureusement d'un sujet qui n'a jamais été approfondi dans le cadre des colloques universitaires sur Maurras. Idée... piste pour un étudiant en histoire.

  • Hier soir, à Marseille, Rémi nous a proposé un brillant exposé sur L'Action française pendant la Grande Guerre. Maîtrisant parfaitement son sujet, il a su, de plus, être concis, qualité supplémentaire d'une intervention dans laquelle rien ne manquait, et rien n'était en trop. Il a en effet parlé, Philippe, du "complot des panoplies", de "la part du combattant" etc... et tu aurais sûrement aimé être là ; je ne peux que te suggérer de l'inviter un jour, au Café Histoire de Toulon ! Pour moi, je me réjouis de ce que nous avons entendu hier, et que Rémy m'ait promis de revenir deux fois, cette année : une pour parle de la Syrie, et une autre pour parler de Mai 68...

  • Bravo pour ces articles de Rémi Hugues. On attend la suite !

Écrire un commentaire

Optionnel