Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mathieu Bock-Côté : « Racisme anti-Blancs, le déni »

 

blue-wallpaper-continuing-background-wallpapers-bigest-images - Copie.jpgLe rappeur Nick Conrad, et son clip PLB, pour « Pendez les blancs », s'inscrit dans la longue liste des provocations antifrançaises. Mais pour Mathieu Bock-Côté, cela ne suffit pas à ébranler la certitude de ceux qui ont décidé une fois pour toutes que le racisme était à sens unique.   [Le Figaro, 28.09].  LFAR

 

tile00x02.jpg

Le rappeur Nick Conrad était à peu près inconnu il y a quelques jours, jusqu'à ce qu'on découvre son clip PLB, où il en appelle à « pendre les Blanc s». La formule, d'une violence extrême, a provoqué sans surprise une vive polémique, qui s'inscrit dans la longue liste des provocations antifrançaises caractérisant l'histoire d'un certain rap. On se souvient de Monsieur R qui, en 2005, disait « baiser la France », voulait la traiter comme « une salope » en plus de « pisser sur Napoléon et le général de Gaulle », de Rohff dans Dirty Hous qui disait : « J'baise l'État depuis tout petit, j'ai pas encore craché » ou de Médine, plus récemment, qui s'enthousiasmait à l'idée de crucifier les « laïcards comme à Golgotha ». On pourrait en évoquer bien d'autres.

Mais on passe ici du racisme pur et simple à l'appel au meurtre, ce qui pourrait suffire pour clore un procès qui n'est pas celui d'un genre musical mais d'une aversion pour la France qui vire à la haine raciale. L'abjection est totale lorsque est célébré l'assassinat des « bébés blancs ». Il y a là manifestement une quête de transgression qui doit aller jusqu'au bout d'elle-même et qui pourrait quitter un jour le simple domaine de la représentation « artistique ». On ne se vautre pas dans la tentation du mal radical sans réveiller la part la plus sombre du cœur humain. La civilisation construit des digues contre elle, mais certains font tout ce qu'ils peuvent pour les faire céder. Mais cela n'a pas suffi à ébranler la certitude de ceux qui ont décidé une fois pour toutes que le racisme était à sens unique et que les Blancs en étaient toujours coupables, et jamais victimes : c'est même un élément central du dogme multiculturaliste.

À la télévision comme à la radio, les militants communautaristes, déguisés ou non en universitaires, expliquent inlassablement que le racisme est un système d'exploitation lié à l'expansion européenne et qu'on ne saurait l'en dissocier. En gros, le racisme anti-Blancs serait une impossibilité logique à démonter. On comprend le message : le mâle blanc disposerait ainsi du triste monopole du mal structurel dans l'histoire. Les médias accordent à cette thèse tordue un écho indéniable, comme s'ils souhaitaient la normaliser. Dans cet esprit, la haine raciale contre les Blancs, même si elle est condamnable, ne serait plus qu'un réflexe de survie, ou encore, pour ceux qui ont le plus de culot dans le déni, une manière d'appeler à l'aide contre une civilisation injuste envers ses minorités. C'est d'ailleurs la ligne de défense adoptée par Nick Conrad, qui a présenté sa chanson comme une entreprise pour réveiller les consciences devant le malheur historique du « peuple noir ». La racialisation des appartenances entretenue par une sociologie simpliste venue des États-Unis est désormais banalisée au nom de l'insurrection des banlieues. La France n'est plus une nation mais un territoire qu'on veut pousser vers la guerre des races.

Nick_Conrad-PLB-400x330.jpgPuisqu'un tel clip est indéfendable et qu'il y a des limites à prendre n'importe quoi pour de l'art, le parti diversitaire et les spécialistes du déni à son service ont misé sur une autre ligne de défense: Nick Conrad serait un rappeur inconnu et il aurait eu vocation à le rester. Comme d'habitude, c'est la supposée « fachosphère » qui est accusée d'avoir sorti des marges une chanson qui aurait dû y demeurer pour monter de toutes pièces une controverse excitant ses obsessions idéologiques. Derrière la colère contre PLB, il n'y aurait rien d'autre qu'une xénophobie mal cachée, fouillant dans l'actualité pour trouver des faits divers l'alimentant. Nick Conrad ne serait qu'un pion dans la stratégie machiavélique de «l 'extrême droite ». C'est moins ce clip qui devrait inquiéter que la réaction qu'il suscite. C'est le même argument qui est utilisé après chaque attentat islamiste : une fois l'attentat condamné de manière plus ou moins rituelle, on s'inquiète surtout de la réaction qu'il pourrait susciter dans la population.

Irebeus-renois.jpgl faudrait dire clairement ce qu'on se contente généralement de chuchoter : il y a dans une certaine jeunesse issue de l'immigration une haine de la France qui s'inscrit dans une mouvance plus générale de partition du territoire, où se multiplient les zones se dérobant à la fois à la souveraineté nationale et à l'identité française. Et ceux qui en appellent à la reconquête des territoires perdus de la France sont accusés de vouloir soumettre les banlieues au communautarisme majoritaire. Traditionnellement, le colonialisme consistait à vouloir imposer sa culture chez les autres. Dans la logique indigéniste et postcoloniale, cela consiste désormais à vouloir imposer sa propre culture chez soi. Le sens des mots est inversé. Dans cet esprit, la décolonisation n'arrivera à son terme que lorsque les Français seront considérés comme une communauté étrangère chez eux. 

Mathieu Bock-Côté        

Le-nouveau-regime.jpgMathieu Bock-Côté est docteur en sociologie, chargé de cours aux HEC à Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal et à Radio-Canada. Ses travaux portent principalement sur le multiculturalisme, les mutations de la démocratie contemporaine et la question nationale québécoise. Il est l'auteur d'Exercices politiques (éd. VLB, 2013), de Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois (éd. Boréal, 2012) et de La dénationalisation tranquille (éd. Boréal, 2007). Ses derniers livres : Le multiculturalisme comme religion politiqueaux éditions du Cerf [2016] et le Le Nouveau Régime (Boréal, 2017)

Commentaires

  • Il paraît difficile à propos des déjections de ce monsieur Conrad, typiques de la sous-culture de ghetto, d'invoquer la liberté de création artistiques, ces choses n'ayant qu'un fort lointain rapport avec l'art et la musique. L'auteur de l'article a raison, c'est tout simplement le racisme anti-blanc le plus cru qui s'y manifeste. L'ethnocentrisme, comme le racisme est universel, il n'y a qu'à voir l'attitude des arabes à l'égard des noirs, chez lesquels ils ont perpétré l'esclavage, le racisme des noirs entre eux, qui se traduits par des massacres inter-ethniques, le racisme des chinois à l'égard des vietnamiens, des japonais à l'égard des coréens etc. C'est triste mais c'est ainsi. Ne nous laissons donc pas intimider par ces donneurs de leçons. Quant à ce comité Théodule des droits de l'homme, il faut se demander d'où l'on en sort les juges, quelle est leur légitimité, sinon l'invocation rituelle du dogme quasi-religieux des droits de l'homme, dont on n'examine ni les sources, ni la cohérence alors que des critiques philosophiques et politiques serrées en ont été faites depuis deux siècles. Invoquer le respect des droits de l'homme pour voler au secours de pratiques obscurantistes à l'égard des femmes, c'est assez plaisant à voir. Le président de ce comité de l'ONU est présidé par un saoudien, membre d'un pays manifestement exemplaire dans le respect de ces droits, sans aucun doute. Il n'y a qu'à voir le racisme des saoudiens à l'égard des ouvriers importés d'Asie pour libérer les bédouins milliardaires des tâches déplaisantes et salissantes. Je n'éprouve aucun état d'âme à refuser le relativisme culturel et à affirmer la supériorité de la civilisation européenne, ne serait-ce que parce qu'elle est la seule à avoir été habitée par une inquiétude critique à l'égard d'elle-même et de ses valeurs, inquiétude née de la philosophie et que l'on ne retrouve dans aucun autre civilisation. C'est après tout au sein de notre civilisation et nulle part ailleurs qu'a été inventée l'anthropologie qui est allée à la rencontre des autres cultures. C'est ici que l'on s'est interrogé pour la première fois sur ce qu'était un bon régime politique, sur ce qu'était le Bien etc.

  • Face à la violence sournoise qui s'exerce partout, contre l'âme de nos enfants, contre les Catholiques, contre les traditions de notre Pays, contre son Histoire, contre la sécuritè et l'honneur de la France, nous, Royalistes, en attendant le Roi, nous devons opposer SANS RELACHE nos valeurs Chrétiennes, famililes et patriotiques !

    Personne ne le fera à notre place.

    Que faire concrètement ?

    Le Royalistes visera un double objectif:

    -Faire d’une part connaître autour de lui les nombreuses activités Catholiques et Royalistes de sa province et en rendre compte: Université d’été, Marche pour la Vie, Veillée pour la famille, Sessions de jeunes, pèlerinages de Chartres, de Paray-le-Monial et de Pontmain, Conférences, Fêtes du livre, etc…

    -Traiter d’autre part de l’actualité et livrer les informations à la lumière de sa foi Catholique et dans la fidélité à sa tradition nationale.

  • La France est elle encore la France?

    Mais ou en est la France, la France de mon enfance. La France ou un collégien se découvrait devant un policier, La France ou on admiraient les filles passant dans la rue, suivant du regard ces jupes vaporeuses soutenues par des jupons, soulignées à la taille fine par une ceinture colorée en plastique. La France de l'admiration et du respect. La France ou il faisait bon vivre et ou on était libres et heureux, après avoir baissé la tête pendant quatre ans.

    Mais, cette France n'a pas compris ce qui se passait en Indochine puis en Algérie, elle a très mal reçu les Français d'outre mer, pire que des étrangers, au point de ne pas récupérer leurs coutumes et leurs cuisines, jusqu'à nos jours. La France qui n'a pas écouté ces jeunes qui venaient de si loin, et qui nous prédisaient que nous serions bientôt comme eux, obligés de prendre la valise. Parce que la France n'a pas cherché à connaître la vérité sur les actes barbares perpétrés sur son territoire, l'Algérie était Française à l'époque, pas plus qu'elle n'a cherché à savoir pourquoi et comment les nazis avaient pu si vite entrer en France en Mai quarante. La dernière phrase de M. Bock coté reprend le message, mais la France contemporaine est ailleurs, dans les jeux des smart phones, elle attend.

    Mais elle attend quoi. Le Mahométan musulman n'a et n'aura qu'une Nation sa religion l'islam. Le rap le dit bien, " le maître c'est moi, toi tu es l'esclave à genoux, tu parts ou tu meurs comme un chacal". Comme ils sont fourbes, dans leur démarche ils n'attaquent pas les responsables, les élus, les dirigeants....ils s'en prennent aux plus faibles, aux innocents, aux jeunes..Ce n'est pas nouveau. Français réfléchit, rend toi intelligent.

    Les Français républicains responsables sont encore dans l'esprit de l'empire colonial ou pire de l'empire Romain, ce qui les poussent à construire un empire Européen et non une Europe des Nations, S'il étaient logiques il auraient appris que cet empire était celui des rois de France. Or, la France, ma France, est dépourvue d'esprit, alors je suis inquiet pour son avenir.

  • La grande majorité des français vit dans l'hébétude consumériste, le culte des objets, l'aveuglement à l'égard de tout ce qui dépassé les petits problèmes du quotidien et ne voit pas se qui se met en place, jour après jour, la mise à mort des nations européennes et de leurs cultures par l'invasion migratoire africaine et arabe alliée à l'oligarchie libérale intéressée à la disparition de ces nations afin de leur substituer une vaste population indifférenciée soumise au marché. Heureusement qu'il y a des signes du réveil des peuples, en Italie, Pologne, Hongrie et Autriche, sinon ce serait à désespérer. Mais en France ... Les chiens de garde du politiquement correct sont là pour dénoncer ceux qui ont le malheur d'encore voir le réel. À vous donner envie de vous expatrier.

  • De nombreuses fautes dans mon petit commentaire aux propos Mr le Cosquer de Kerviller, j'en suis honteux.

  • Je réponds à Joseph Volto, oui il faut.

    Il faut revenir aux sources. Il faut reprendre l'histoire des hommes, et particulièrement celle de Jésus. Cet homme que Hérodote et Pila ont ensemble jugé en toute illégalité juridique, puis fait torturé sans délais puis mis en croix. Procès et exécution sans délai, qui est un acte criminel, identiquement reproduit par celui de Louis XVI.?

    Oui il faut apprendre aux Français les paroles de cet homme crucifié, parce que c'est le deuxième moi de Pascal qui se met en oeuvre, l'intelligence. Ce qui manque actuellement en France contemporaine. .L'intelligence c'est la vérité raisonnée, d'après Fénélon. Les paroles de Jésus c'est l'opposition à la colonisation, le refus des marchands du temple, c'est l a défense du faible contre le fort, le respect de la femme etc. La suite c'est du domaine de la religion et donc de la croyance.

    Oui pour notre bien il faut connaître notre histoire, ses vérités humaines, Il faut dire que Pila le Romain est mort à Lyon d'ou le Mont Pila, et que le roi de Judée, est mort lui aussi en France au sud de Toulouse, à Saint Bertrand de Comminge. A Rome Tibère assassiné, c'est Caligula qui a expédié en Gaule ces deux protagonistes et fait assassiner son chef de la police un certain Macron.

    Oui il faut apprendre aux Français que notre pays est lié à jamais avec cette crucifixion. La France et donc les Français Chrétiens le savaient, parce que les rois portaient cette histoire. C'est l'histoire rien que l'histoire qui nous lie avec le pays de Judée et des Hébreux, autrement dit avec le Dieu inventé par les Juifs et donc avec tous les Juifs..

  • " LA FRANCE SE MEURT, LA FRANCE EST MORTE."

  • Je crois hélas que vous avez raison ...

  • Article de Dreuz Info
    10 décembre 2016
    « C’EST LE VENTRE DE NOS FEMMES QUI NOUS DONNERA LA VICTOIRE «

    L’Histoire c’est la démographie.
    En avril 1974, le président de la république algérienne, Houari Boumediene, prévenait l’Europe du projet de transplantation de peuple qui se préparait :
    « Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas en tant qu’amis. Ils iront là-bas pour le conquérir, et ils le conquerront en le peuplant avec leurs fils.
    C’est le ventre de nos femmes qui nous donnera la victoire »
    Actuellement, et depuis quelques années, nous assistons à la revanche de la guerre d’Algérie.
    L’Europe est en train de devenir la colonie de ses anciennes colonies !
    La colonisation a changé de sens, l’expression coloniale : aller du nord au sud, s’est retournée, et à présent, elle va du sud au nord.
    Nous sommes les témoins impuissants d’une invasion lente, pacifique et qui ne rencontre aucune résistance.
    Je dirai même que les attentats terroristes qui se produisent contrecarrent momentanément cet objectif élaboré de longue date !
    153,6 MILLIONS D’IMMIGRANTS ENTRE 2015 ET 2040, AU RYTHME D’UNE MOYENNE DE 6,1 MILLIONS PAR ANNÉE
    Dans la vision progressiste voulue par l’Union Européenne, l’immigration n’est pas seulement tolérée et acceptée, elle est voulue et programmée : l’ONU a donné instruction à l’UE d’appliquer le principe de la « Replacement migration » (La migration de remplacement).
    L‘Europe, selon l’ONU, a besoin de cette migration pour éviter le vieillissement inévitable de sa population, qui résulte des taux bas de fécondité et de mortalité. Pour cette organisation mondialiste, le déclin est inévitable en l’absence d’une migration de remplacement.
    Ce scénario migratoire vise au maintien du ratio : « 3 actifs pour 1 retraité » et cela commande de faire rentrer au sein de l’Union Européenne 153,6 millions d’immigrants entre 2015 et 2040, au rythme d’une moyenne de 6,1 millions par année.
    Pour la France, ce scénario de l’ONU préconise une rentrée de 16 millions de migrants entre 2020 et 2040, soit 800.000 par an.
    Cette directive de l’ONU est reprise en France par une note officielle de l’INED (Institut National des Etudes démographiques), en date du 6 avril 2016. Elle préconise le recours à une immigration massive et indique que « La crise démographique va prendre de l’ampleur et les migrations de remplacement feront partie des réponses de l’Europe à sa situation démographique ».
    Cette importation massive de population équivaut à un véritable remplacement du Continent. Cela est devenu une priorité des dirigeants de l’Union Européenne pour éviter un déclin démographique et limiter la régression économique et sociale, en l’absence de toute politique familiale.
    Il n’y a donc plus de secret : l’ambition reconnue est de changer progressivement le peuplement de l’Europe !

Écrire un commentaire

Optionnel