Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Alain de Benoist : De l’ultra-droite en France à l'affaire Benalla ...

 

Par Alain de Benoist

TRAVAUX DIVERS - Largeur +.jpgLes entretiens qu'Alain de Benoist donne régulièrement à Boulevard Voltaire consistent toujours en d'intéressantes et utiles analyses. Celui-ci [7.088] traite à la fois de l'ultra-droite française et de l'affaire Benalla. Nous ne dirons rien du premier sujet. Presque de tous temps, l'ultra-droite en France a été une machine à perdre. A perdre tous les combats, parfois justes, qu'elle entreprend. Sur l'affaire Benalla, nous retiendrons l'essentiel que nous croyons avoir dit aussi* : L’affaire Benalla ? « C’est ce qui permet de se désintéresser de tout ce qui se passe d’important dans le monde ». Ce n'est « quand même pas l’affaire du siècle ». Sauf à aimer les ragots, l'agitation parlementaire, l'hystérie médiatique et les manoeuvres politiciennes des partis, le tout coalisé et réuni. Quant à la question de savoir le pourquoi et le comment de « la carrière météorique de Benalla », il nous semble qu'Alain de Benoist y répond lui-même suffisamment dans les toutes dernières lignes de cet entretien.   LFAR   

 

3650118671.7.png

« L’ultra-droite en France ? Ne refait pas la Fraction armée rouge qui veut ! »

L’affaire Benalla l’a un peu fait oublier, mais on a récemment démantelé un « réseau d’ultra-droite » en France. Son meneur est un retraité de plus de 60 ans. Xavier Raufer, spécialiste reconnu des questions de sécurité, assure que ce n’est pas à cet âge qu’on débute une carrière de terroriste. Tout cela est-il bien sérieux ?

Même sans les remous soulevés par les agissements d’Alexandre Benalla, cette histoire aurait rapidement été oubliée, tant elle manquait de sérieux. Elle n’a été médiatisée que dans l’espoir d’établir une fausse symétrie entre le terrorisme islamiste et les projets fumeux de quelques conspirateurs d’opérette : d’un côté 250 morts en trois ans, de l’autre des propos de comptoir. Personne ne pouvait s’y laisser prendre. Comme le terrorisme, la clandestinité ne s’improvise pas. C’est un choix de vie difficile, où il n’y a pas de place pour les pieds nickelés, les branquignols et les charlots. Elle exige une discipline féroce, des nerfs à toute épreuve, de la rigueur dans tous les domaines, un sens aigu de l’appréciation des situations. Ne refait pas la Fraction armée rouge (RAF) qui veut – surtout à une époque où les moyens de surveillance et d’investigation policières sont plus perfectionnés que jamais.

Cela dit, il y aura toujours aussi des esprits fantasques, mais surtout un peu limités, pour rêver d’Anders Behring Breivik et de sa logique imparable : je trouve qu’il y a trop d’immigrés en Norvège, donc je tue 70 Norvégiens « de souche ». Mais Breivik a agi seul, ce qui est rarement le cas de ceux qui rêvent de guerre civile sans réaliser qu’ils l’ont déjà perdue. Ce genre de mythomanes paranos, les asiles en sont pleins. Je suis même étonné qu’il y en ait si peu qui passent à l’acte.

À droite, la tentation de l’« action directe » n’a rien de nouveau. Mais, de la Cagoule au réseau en question, tout en passant par l’OAS, on ne saurait prétendre que tout cela ait véritablement fait un jour trembler qui que ce soit…

D’une façon générale, la droite est assez légaliste (« la police avec nous ! »), ce qui explique qu’elle hésite toujours à remettre en question l’ordre en place – même si celui-ci, comme le disait Mounier, n’est jamais qu’un désordre établi. On pense à ce que Lénine disait de certains révolutionnaires allemands : quand ils sont chargés de commettre un attentat dans une gare, ils commencent par acheter un ticket de quai. Lorsque la droite s’engage dans l’illégalité, c’est en général sous le coup de l’enthousiasme ou de l’indignation, avec parfois le goût du panache et un certain dandysme, le goût du défi et des beaux « coups », mais surtout avec une imprudence, une naïveté et un amateurisme confondants, bref, sans grand sérieux. Sous l’Occupation, combien de réseaux de résistance ont-ils été démantelés suite à des indiscrétions, des bavardages, des rivalités, des trahisons liées à des histoires de sexe ?

52748575.jpgVous citez l’exemple de la Cagoule. Il est révélateur. Le 11 septembre 1937, les « cagoulards » font sauter, rue de Presbourg, à Paris, le siège de la Confédération générale du patronat français, l’ancêtre du MEDEF. Deux gardiens de la paix sont tués. Les comploteurs n’ont pas du tout agi par anticapitalisme, mais parce qu’ils pensaient que l’armée, scandalisée par cette attaque contre le patronat, l’attribuerait aux communistes et se soulèverait pour renverser le Front populaire ! On voit le niveau politique de ces gens-là. Quant à l’OAS, comme disait quelqu’un qui savait de quoi il parlait, elle était certes armée, mais très mal organisée et encore moins secrète. Là encore, les Filochard du quai des Orfèvres n’ont pas eu grand mal à ramasser tout le monde, ou peu s’en faut. Allez donc demander à des gens sérieux comme les anciens chefs de l’Armée révolutionnaire irlandaise (IRA) ce qu’ils pensaient de leurs émules du continent…

L’affaire Benalla ? C’est ce qui permet de se désintéresser de tout ce qui se passe d’important dans le monde. 

C’est le feuilleton de l’été (plus de 25 articles ou billets sur Boulevard Voltaire !), ce qui permet de se désintéresser de tout ce qui se passe d’important dans le monde. Au-delà des démonstrations de vigueur musculaire de l’intéressé, place de la Contrescarpe et sans doute ailleurs, qui ne sont quand même pas l’affaire du siècle, la vraie question qui se pose est de savoir comment Alexandre Benalla a pu, dans l’ombre d’Emmanuel Macron, bénéficier d’une carrière météorique qui lui a donné autant de privilèges exorbitants du droit commun.

Comment un Rambo de supermarché, apparemment incapable de contrôler ses poussées de testostérone, et aujourd’hui suspecté d’avoir voulu mettre en place un réseau de sécurité indépendant des pouvoirs publics officiels (en clair, une police parallèle), a-t-il pu se rendre indispensable au point de pouvoir injurier et humilier gendarmes et policiers pendant des mois sans s’attirer de sanctions autres que symboliques ? Comment a-t-il pu se sentir couvert aussi longtemps au plus haut niveau de l’État ? Macron est-il totalement incapable d’évaluer ceux qui l’entourent, ce qui serait déjà inquiétant, ou y a-t-il une autre raison ? Question subsidiaire, à laquelle on attend toujours une réponse : qui a fait fuiter cette affaire par le truchement de la presse ? Pour punir qui et pourquoi ? Bien d’autres hommes politiques ont accordé leur confiance dans le passé à des individus douteux, voire à des voyous dont ils appréciaient l’« efficacité » ou les capacités à jouer les « intermédiaires » dans des affaires délicates. Ils s’en sont toujours mordu les doigts. 

* François d'Orcival : Un 1er mai peut en cacher un autre. Le 1er mai, le vrai, qu'en est-il ?

Intellectuel, philosophe et politologue

 
 
Entretien réalisé par Nicolas Gauthier 

Commentaires

  • L'affaire Benalla c'est tout CV de même révélateur du système Macron. En attendant l'affaire Kohler ?

  • Il n'y a que les naïfs pour avoir cru à la république exemplaire que Macron avait promise et ses prédécesseurs avant lui, des crédules pour avoir gobé que nous allions passer du monde d'avant - critiquable - au monde d'après - parfait. Et pour s'étonner qu'il n'en ait rien été.
    Il y a des "affaires" sous tous les régimes, spécialement les régimes électifs. Mais leur dévoilement et leur succession incessante méthodiquement organisés par les médias pour leur profit, risque d'empêcher le minimum de gouvernement dont notre pays a besoin pour ne pas tout simplement mourir. à bref délai.

  • Et dire que certains commençaient à regarder Macron avec des yeux énamourés sous le prétexte qu'il adoptait une posture '' monarchique '' ! Tout cela était de la communication, à quoi se réduit la politique dans nos démocraties déliquescentes. Si attitude monarchique il y avait eu, Macron n'aurait sans doute pas eu recours au service d'un voyou issu de la banlieue racailleuse.

  • C'est ça, M'sieur ! Les rois de France n'ont jamais eu besoin de spadassins ni d'exécuteurs des basses oeuvres (Et les papes d'avant le Concile ont toujours été exemplaires !!!).

    Toujours cet angélisme typique de nos milieux qui voient le passé comme une période radieuse...

Écrire un commentaire

Optionnel