Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Aquarius : Éric Zemmour dénonce le « concours d'hypocrisie et de cynisme »

 

TRAVAUX DIVERS - Largeur +.jpgBILLET - La polémique autour du bateau de migrants Aquarius, repoussé loin de ses ports par l'Italie, provoque une crise diplomatique entre Paris et Rome, et divise la majorité. [RTL 14.06]. Bien entendu elle divise aussi l'ensemble des Etats européens dont l'unité est de plus en plus irréelle.    LFAR 

 

 

Résumé RTL par Éric Zemmour et Loïc Farge 

C'est celui qui dit qui y est : on se souvient de cette comptine enfantine. L'Union européenne est une grande cour de récréation où chacun accuse l'autre de cynisme, où chacun accuse l'autre d'hypocrisie, où chacun joue à hypocrite et demi. Un grand concours où notre président ne fait pas tapisserie.

Quand il dénonce la part du cynisme et « l'irresponsabilité du gouvernement italien », Emmanuel Macron oublie qu'à l’été 2017, alors que 100.000 migrants déferlaient sur les côtes italiennes en quelques mois, il donna l'ordre à son ministre de l'Intérieur de ne pas ouvrir la frontière, et de ramener tous les clandestins en Italie.
 

C'est tout le décalage entre Macron candidat, qui exaltait la France ouverte, et Macron président, qui a compris que l'énorme majorité du pays ne rêvait que de fermeture. C'est ce que font mine de ne pas comprendre certains députés REM qui s'offrent leur quart d'heure de gloire médiatique sur un discours humaniste d'ouverture. Mais le concours d'hypocrisie et de cynisme ne s'arrête pas à la France.  

Éric Zemmour

Commentaires

  • Macron, ce n'est que du markéting : "sourire commercial et mains de fer". Cet homme ne représente pas le peuple français, mais une oligarchie financière. Le mode opératoire, bien connu de ceux ayant travaillé avec les énarques dirigeant la France depuis longtemps est le suivant : faire semblant d'inclure toutes les catégories sociales dans la concertation pour imposer ensuite leur propre projet arrêté au demeurant bien avant le dialogue factice.Une chose est sûre,, ce n'est pas lui qui va mettre notre pays dans la bonne direction notamment celle impérieuse de la réduction tous azimuts de la dépense publique et de l'himalayenne dette extérieure.

Écrire un commentaire

Optionnel