Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Après l'attentat de Paris, la déclaration d'Emmanuel Macron ce sont paroles que vent emporte

 

En deux mots.jpg

En déclarant que « la France ne cédera pas un pouce aux ennemis de la Liberté », Emmanuel Macron ne dit, ne désigne, ne montre du doigt, à peu près rien.  

Ce langage vaguement et faussement idéaliste, est tout simplement erroné, impropre, singulièrement faible et en tout cas très inférieur à la radicalité de la guerre qui nous est menée. 

L'ennemi qui nous agresse le fait au nom de l'Islam. Il ne s’attaque pas à la Liberté, avec majuscule, abstraite et idéale dont il se moque comme d'une guigne, au besoin en exerçant la sienne qui est de tuer et de mourir, mais à notre société, à notre Civilisation, ou du moins à ce qu'il en reste, qui est fondé sur tout autre chose que le droit-de-l'hommisme hors sol du président Macron.  

Ce que nous avons à défendre contre l'agression de l'Islam guerrier, c'est en vérité ce qui demeure encore debout ou pourrait renaître de ses cendres de notre héritage, de nos racines, de nos origines, de notre être profond débarrassé des miasmes de la modernité.  C'est aux ennemis de ces biens précieux que nous ne devons pas céder un pouce. Et ce n'est pas du tout ce que nous faisons. 

Dans l'ordre pratique, c'est en effet bien plus qu'un pouce que nous avons déjà cédé et continuons bel et bien de céder à nos ennemis, en dépit des belles paroles lancées depuis les palais de la République.  

Que l'on regarde tout bêtement le cursus du tueur tchétchène soi-disant français qui a frappé samedi soir à Paris, près de l'Opéra, et que l'on nous dise si nous n'avons pas déjà cédé bien plus qu'un pouce aux ennemis de la France. Et que l'on nous dise aussi si l'on va continuer à leur en céder encore beaucoup de la sorte ou si l'on va se décider enfin à prendre envers eux les mesures d'exception qui s'imposent. 

En attendant qu'elles soient prises, les déclarations martiales d''Emmanuel Macron, pour reprendre un poète de nos commencements, ce sont paroles que vent emporte.   

Retrouvez l'ensemble de ces chroniques en cliquant sur le lien suivant ... 

En deux mots, réflexion sur l'actualité

Commentaires

  • Quousque tandem...
    Qu'est ce que ce gouvernement de satrapes-Collomb incompétents qui prend les Français pour des jobards, ayant à sa tête un bon orateur faisant des pitreries à tous vents , incapable entre autres choses, d'assurer la sécurité en interne et voulant faire croire qu'il a un rôle international en gesticulant devant un Trump amicalement conseillé par Israël?

  • Après l'agression perpétrée par un jeune déséquilibré aux motivations inconnues et obscures, le gouvernement tient à rassurer les français, les stocks de bougies et de nounours en peluche ont été reconstitués et peuvent subvenir à tous les besoins de la population. Si ce genre de d'incident, certes regrettable, mais sans doute inévitable dans une société ouverte et tolérante,venait à se reproduire, le ministère de l'économie veillerait à bloquer les prix des bougies et nounours, ces indispensables outils de la lutte contre le terrorisme. Mais cet incident ne doit en aucun cas être le prétexte d'une quelconque stigmatisation, ou appel à la xénophobie, lesquels seraient poursuivis en justice avec toute la rigueur nécessaire. Les français peuvent dormir tranquilles, le gouvernement veille sur leur sécurité.

  • C'est curieux que tous nos élus de la république, depuis la révolution n'aient perçu des ennemie de leur France que chez leurs propres concitoyens, les Vendéens et les communaux, mais jamais les vrais ennemie du pays, qu'ils soient de l'ancienne Europe ou de nos jours d'Orient. Même pendant l'occupation, nos chers élus républicains ne voyaient que les ennemies intérieurs, ces gens du peuple , ces gens des maquis. Jamais au grand jamais ils ne se sont opposés aux soldats du grand Riech. Mais au contraire, ils ont aimé dire au public que les soldats de 1940 avaient fuit devant la grande et puissante armée Nazi, oubliant de dire qu'ils étaient content de les voir pour bousculer les dirigeants trop populaire de 1936. De nos jours pourquoi ne veulent ils pas voir que l'ennemie est le commerce mondial de la production libérale imposé, qui ne répond pas au besoin des gens, et la colonisation de l'Islam et de l'islam par changement de population. Au pays des aveugles le borgne est roi. Nous avons encore un bouffon mais ou est donc le roi.

  • Bien dit un bouffon mais il n'est pas le seul les dirigeants d'Europe sont des bouffons des irresponsables et je suis gentil et poli qui vouent notre civilisation à la ruine totale ....Un scandale

  • Bien sûr que la réaction des princes qui nous gouvernent est scandaleusement à coté de la plaque et qu'ils se défaussent de leurs responsabilités régaliennes de manière à nous dégouter une peu plus, de quoi exactement....
    Mais sans attendre d'un régime défaillant une réaction vraie, est-ce qu'on ne pourrait pas enfin apprendre aux gens, c'est à dire vous et moi à se défendre .Après tout dans un café il y a bien des bancs o, des chaises, des bancs que sais-je pour assommer et réduire à l'impuissance ces fous furieux, à qui on devrait faire la politesse de résister en se groupant , en évitant les coups mortels, mais non tous les coups. Cela s'appelle le courage.

    Il y a six mois rue Philippe de Girard à Paris ramenant ma petite fille agée de six mois j'ia croisé à un mètre un fou furieux subsaharien éructant , un peu halluciné " Français , je vais vous crever"
    Avec ma petite fille en poussette je n'ai pu que passer mon chemin. J’ai quand même interpellé les passants en face, qui l'entendaient, leur demandant raison de leur non intervention, non réaction devant cette atroce provocation? . Certes cet hommes haineux, marqué au visage, ne brandissait pas un couteau Il n'en reste pas moins que si j'avais été seul je l'aurais interpellé vertement tenté de le conduire au plus proche poste d e police avec l'aide ?? d'autres passants, étrangement passifs et silencieux, ne voulant entendre. Voulons nous enfin entendre?

  • Le moment venu, lorsque le pire sera là, que les rats maçonniques auront quitter le navire, comme en 1940, et que l'on sera revenu "aux heures les plus sombres de notre histoire", parce que c'est ce qu'ils souhaitent, la justice sera celle des rues. Si le sang coule, et il coulera, les responsables se reconnaîtront mais nous les reconnaîtrons aussi. Ils fuiront la France pour sauver leur peau. Ne les laissons pas fuir !

Écrire un commentaire

Optionnel