Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mai 68 : La jeunesse en révolte [1]

Crédits : Jacques Marie / AFP

 

Par Rémi Hugues 

Dans le cadre de la sortie de son ouvrage Mai 68 contre lui-même, Rémi Hugues a rédigé pour Lafautearousseau une série dʼarticles qui seront publiés tout au long du mois de mai.

 

Photo.png

Parmi la masse des Français qui se souleva en Mai 68 se détache un sous-groupe en particulier : les jeunes. Ils sont nés dans l’immédiate après-guerre, au moment du baby-boom. En 1968, 34 % des Français ont moins de vingt ans. Indéniablement, la classe d’âge des baby-boomers est la « génération 68 ». Son poids démographique important a contribué de manière décisive au déclenchement de cette mobilisation populaire dont le point culminant fut atteint lors de la troisième semaine de mai, quand sept millions de salariés se mirent en grève.

Jean-François Sirinelli note que « les baby-boomers ont fourni la plus grande partie de ces piétons de mai venus parfois sans grande imprégnation idéologique préalable autre que cet antiaméricanisme diffus mais donnant à ce mouvement sa densité et donc sa visibilité historique en le faisant sortir de son essence jusque-là groupusculaire. »[1] Ce qu’il faut souligner, c’est que cette « génération 68 » a une culture propre, une culture-jeune, ambivalente dans le sens où elle est à la fois teintée d’antiaméricanisme et pleinement américanisée. 

La libération d’une culture-jeune 

On peut observer « la naissance et le développement d’une culture adolescente au sein de la culture de masse, à partir de 1950. »[2] Les adolescents français des années 1950 ont ainsi été conditionnés « par les films américains et les héros se révoltant contre le monde adulte, incarnés notamment par Marlon Brando (L’équipée sauvage de 1954) et James Dean (À l’Est d’Eden et La fureur de vivre, de 1955. […] La culture adolescente est ambivalente, car elle participe à la culture de masse mais veut aussi s’en différencier. Elle consomme une grande quantité de violence imaginaire, dans un effet de catharsis. »[3]

En Mai 68 la violence reçue de manière diffuse depuis les écrans de cinéma rejaillit en sens inverse. Les influx graduellement intériorisés sont soudain expulsés à l’occasion d’un grand carnaval où l’on mime la violence plus qu’on ne la commet. Mai 68 est une insurrection parodique, un simulacre de révolution, une fête cathartique contre l’âge adulte, contre le vieil ordre moral, contre aussi l’entrée imminente dans le monde du travail, lieu de réification de l’homme où tel une marchandise il offre son temps, vend ses compétences.           

Cette jeunesse en révolte est naïve car elle est animée d’un élan contestataire venu tout droit des États-Unis. Or son ressentiment, elle le porte en partie contre ce pays. Il y a à la fois attraction et répulsion. L’instrument principal du soft power américain est précisément le cinéma. Hollywood est le ressort de sa performativité auprès des jeunes français. Il leur est de plus proposé tout un dispositif d’objets venu des États-Unis, cœur nucléaire de l’innovation en matière de production de moyens opérants de séduction. Le fétichisme de la marchandise agit sans relâche auprès de la jeunesse. Elle ne reste pas insensible aux juke-box, flippers, posters, bowlings, etc., qui remplacent « le polichinelle plat mû par un seul fil, les forgerons qui battent l’enclume, le cavalier et son cheval, dont la queue est un sifflet » du « Joujou du pauvre » de Charles Baudelaire (Le Spleen de Paris, 1869) – frappés d’un coup d’obsolescence –, et qui agrémentent, par leur degré élevé de sophistication, leur vie quotidienne caractérisée par un temps de loisirs conséquent. Entre 1948 et 1955, le chiffre d’affaires de l’industrie du jouet est multiplié par 3,5. 

Le « génération 68 », âgée de seize à vingt-quatre ans, représente « plus de huit millions d’individus, précisément 16,1 % de la population. »[4]. C’est un marché qui représente un grand intérêt pour les entreprises. Les jeunes sont une cible de choix : les « illustrés » qu’éditent Artima et Impéria sont tirés à 150 000 exemplaires. Ils ont généralement des noms américains : Banko, Johnny Texas, Choc, Garry, Bottler Britton, Jim Canada, Cassidy ou Kiwi. Ils mêlent à l’univers du western les souvenirs de la Seconde Guerre mondiale.

En outre, la « génération 68 » est une « Dr Spocksʼs generation ». En 1946 le médecin américain Benjamin Spock publiait un livre sur l’éducation des enfants. Son « mot d’ordre était aussi simple que lapidaire : ʽʽenjoy your babyʼʼ, en d’autres termes les parents devaient profiter de leur bébé sans être dessaisis de leur rôle, par les médecins, et les bébés devaient être élevés dans un climat de liberté, sans réelles contraintes. Les principes de base étaient la tendresse et l’attention, les mères se retrouvaient plus encore qu’auparavant au cœur du dispositif, actrices principales de l’éducation du bébé puis de l’enfant, et chargées implicitement de faire rimer éducation et libération. »[5]

L’ouvrage est traduit de l’anglais en 1952 sous le titre Comment soigner et éduquer son enfant par les éditions Marabout. Il connaît un succès tel qu’elles le rééditent en 1953, 1957 et 1959. C’est un véritable phénomène de société dans une époque où « les nouveau-nés ont bien été des enfants-rois, car ils incarnaient le futur, au sortir d’années éprouvantes. »[6]

Années, même, pourrait-on ajouter, d’épouvante. Les souffrances et les privations de la guerre ont fait naître un esprit permissif, une inclination pour le « laissez-passer, laissez-faire » cher à Vincent de Gournay, mais élargi à la vie de tous les jours, aux mœurs et non seulement à l’économie politique.   (Dossier à suivre)   

[1]  Jean-François Sirinelli, Mai 68. L'événement Janus, Paris, Fayard, 2008, p. 57.

[2]  Michelle Zancarini-Fournel, Le Moment 68. Une histoire contestée, Paris, Seuil, 2008, p. 44.

[3]  Idem.

[4]  Jean-François Sirinelli, op. cit., p. 94.

[5]  Ibid., p. 112.

[6]  Ibid., p. 113. 

Retrouvez les articles de cette série en cliquant sur le lien suivant ... 

Dossier spécial Mai 68

Commentaires

  • C'est vrai qu'il est intéressant ce dossier sur mai 68 et qu'il apprend et rappelle pas mal de choses, même à ceux qui l'on vécu. Je le lis chaque jour. Bravo.

  • Merci pour tout ce travail, M. Hugues.

    La dernière partie de cet article, celle sur le Dr. Spock, illustre bien la manière dont le capital récupère tout. La critique intégrale et univoque du travail de Spock serait en effet excessive et infondée : il reprend des manière d'être, avec les très jeunes enfants (et son livre s'adresse bien à la prime enfance, pas aux grands enfants), que toutes les sociétés traditionnelles pratiquent ; des manières d'être qui contredisent les éducations positivistes scientistes, inhumaines, coupées du bon sens et de l'instinct maternel, que le capitalisme avait lui-même mis en place. (En ce sens la fin de l'article me semble trop caricaturale.)
    Mais il n'y a pas de doute que le capitalisme "soixante-huitard" a su le récupérer, le déformer jusqu'à le trahir, pour mener vers la construction de cet enfant-roi dont vous parlez.

    Se battre contre l'esprit du capitalisme est un exercice de haute voltige, car il récupère tout, y compris sa propre critique ou négation.

  • On ne fait pas une grande politique en méprisant les Français; Il y avait trop de mépris ou de distance chez de De Gaulle: l'université abandonné au marxisme, la jeunesse bercée par la première vague de la société de consommation, l'Eglise de France en crise sur son identité. Il manquait alors une dimension spirituelle, une intériorité, que les épreuves de la guerre avaient affutées en France. et qui existait encore au sortir de la guerre. Qui lisait le Père de Lubac, à part Gérard Leclerc? Qui portait cette exigence d'une vie intérieure entre la logorrhée marxiste étouffante, qui imposait sa vision de l'histoire, une classe politique trop impliquée dans les affaires, des clercs qui vendaient les objets de culte traditionnel et de Gaulle trop occupé à sa politique extérieure, se faisant acclamer en Amérique du sud, sans mettre de l'ordre chez lui et ses commis et préparer sa succession, à l'aune de l' histoire et non d'une dérobade. .A cela s'ajoute le traumatisme de l'Algérie dont le sort fut brutalement réglé. Le clash était dans l'air Les meilleurs s'en sont sortis après une retraite., les autres ont encaissé les dividendes sans coup férir, ce fameux esprit de jouissance . "Irruption de l'esprit" a dit Maurice Clavel... Peut être qu'il en fallait, , mais Il a fallu un peu attendre. Pour lui aussi avec son acte de contrition dans son livre "Dieu est Dieu nom de Dieu " et après " ce que je crois". de certaines complaisances et .... les autres. et nous aujourd'hui?

Écrire un commentaire

Optionnel