Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Grand corps malade

 

par Louis-Joseph Delanglade

 

103879671.jpg

Notre bon vieux mammouth est bien malade. Il faut dire que le problème ne date pas d’aujourd’hui. En 1932, mauvais signal, « éducation » remplace « instruction » ; « enseignement » eût sans doute été un meilleur choix. Dès 1945, la gauche politique et syndicale renforce sa mainmise sur l’éducation « nationale », confortée en cela par son combat, aujourd’hui dérisoire, contre l’enseignement « libre », et impose ses conceptions, avec la complicité des ministres successifs de la Vème République, même et surtout « de droite ». 1968 prétend bouleverser (une fois de plus) l’échelle des valeurs : désormais, l’élève a d’abord des droits. Conséquence immédiate : 81% de reçus (62% en 1967…) à un baccalauréat « bidon » (une journée, fin juin, pour un oral éclair et/ou un examen bâclé du livret scolaire). Le ton est donné pour le demi-siècle suivant. 

En ce début d’année 2018, justement, ils sont deux qui, dans des cheminements différents mais convergents, invitent à la réflexion sur le sujet. La première est enseignante d’histoire et géographie dans le secondaire, le second est ministre de l’Education nationale. Le livre de Mme Lefebvre (Barbara Lefebvre, Génération « J’ai le droit », Albin Michel) constitue d’abord une belle surprise. Certes, il ne s’agit pas du premier ouvrage critique sur le vécu des classes, mais, au delà de sa propre expérience, l’auteur met le doigt sur le fléau qui ronge le monde scolaire, celui d’un individualisme débridé et agressif qui génère un non consentement à l’autorité, donc à l’éducation et à l’enseignement. Mme Lefebvre établit un lien direct entre ce constat et l’idéologie pédagogiste qui, sous prétexte de favoriser l’épanouissement et l’auto-construction de l’enfant, vise l’élimination pure et simple des méthodes classiques lesquelles (ô scandale !) privilégient l’enseignement direct des savoirs et connaissances. En l’écoutant, en la lisant, on se dit que la première conséquence bien visible du pédagogisme est déjà la généralisation de l’inculture, une inculture qui présente sans doute ce double avantage pour certains de fabriquer des déracinés culturels et des consommateurs aveuglés. 

Le ministre de l’Education nationale, M. Blanquer, bénéficie aux yeux des Français d’une belle côte de popularité. Moins sans doute pour l’aspect purement technique des modifications et réformes envisagées que par des propos emplis de bon sens. On se souvient de la grimace de son prédécesseur, Mme Belkacem,  à l’annonce de sa nomination : grimace qui valait adoubement au vu de ce qu’aura été le ministère de cette ardente militante pédagogiste, semi-inculte et grande productrice de fautes de français. Il est encore trop tôt pour porter un jugement de valeur sur la réforme du baccalauréat voulue par M. Blanquer : un avenir plus ou moins proche dira si l’examen en sera recrédibilisé et s’il induira une meilleure jonction avec le supérieur ainsi qu’une réforme positive du lycée. En revanche, on peut d’ores et déjà créditer M. Blanquer d’un grand bon sens. On se demande même pourquoi il aura fallu attendre si longtemps pour que soit proposée l’interdiction du téléphone portable dans les écoles et les collèges. Et puis il y a ces deux rapports : le premier dit « Charvet-Bauduin » qui veut remettre les « Humanités au coeur de l’école » ; le second dit « Villani » qui veut rétablir le niveau en mathématiques. C’est dans ce dernier qu’on lit : « L'objectif de la mission est de rompre l'engrenage dans lequel l'enseignement est plongé depuis quarante ans ». Bravo ! Et on entend parler de retour à la méthode syllabique, à la dictée hebdomadaire, aux quatre opérations, à l’apprentissage « par coeur », à l’étude des langues et cultures de l’Antiquité, etc. Un vrai plaisir. 

Mais est-il encore possible de réformer ce grand corps malade qu’est l’Education nationale ? Certains en doutent et se demandent si le mammouth n’est pas entré en agonie (« Il est minuit, docteur Blanquer » lance M. Zemmour). De toute façon, il faudrait commencer par se demander si ce fameux enseignement « démocratique » que tout le monde semble quand même désirer est bien compatible avec un enseignement de qualité, c’est-à-dire un enseignement qui refusera par principe le nivellement systématique, voire systémique, par le bas.   

Commentaires

  • Parfait, l'article. Bon aussi pour les jeunes qui n'ont pas trop envie de finir minables.

  • Je n'ai pas lu le livre de Barbara Lefebvre. Mais LJD a bien fait de la citer : je l'ai vue à la télé où elle a été vraiment bien et, en plus, très énergique.

Écrire un commentaire

Optionnel