Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La croix interdite

 

par Gérard Leclerc

 

2435494823.jpg

Ainsi le Conseil d’État a ordonné la modification de la statue de Jean-Paul II, qui est installée sur une place de la commune de Ploërmel dans le Morbihan. Il faudra donc retirer la croix qui surplombait cette statue représentant le Pape. La dite statue étant sauve. Cette décision intervient après tout un parcours judiciaire. C’est d’abord le tribunal administratif de Rennes qui avait enjoint le maire de Ploërmel de retirer le monument de son emplacement. Entendez le monument dans son ensemble, pas seulement la croix. Après appel auprès de la cour administrative de Nantes, l’arrêt de Rennes avait été annulé. C’est donc le Conseil d’État qui avait été saisi pour arbitrer en dernière instance, et on pourrait dire qu’il a coupé la poire en deux, ne satisfaisant personne : ni les plaignants, à savoir la fédération de la Libre Pensée et deux habitants de la commune, ni le maire solidaire de sa municipalité et d’une grande partie de la population qui n’a nul désir de voir mutiler un monument qui s’est inscrit dans le paysage local.

Et voilà que cette affaire prend une dimension internationale : la Pologne, patrie natale de saint Jean-Paul II s’est émue en apprenant la nouvelle. Mme Szydlo, Premier ministre, a déclaré que « le gouvernement polonais tentera de sauver de la censure le monument de notre compatriote, et nous proposerons de le transférer en Pologne, en cas d’accord des autorités françaises et de la communauté locale ». Et d’ajouter : « Notre grande compatriote, un grand européen est un symbole de l’Europe chrétienne unie. Le diktat du politiquement correct – de la laïcisation de l’État – laisse la place à des valeurs qui nous sont étrangères culturellement et qui servent à terroriser la vie quotidienne des européens. »

Le moins qu’on puisse dire est qu’à Varsovie on n’a pas du tout la même conception de la vie publique que chez nous et que le concept de laïcité, tel qu’il est reçu en France, est incompris là-bas. Mais était-il utile de provoquer une telle querelle ? L’interdiction de la croix à Ploërmel prélude-t-elle à la suppression de toutes les croix qui se dressent un peu partout dans notre pays ? Trop de rigueur procédurale ne sert sûrement pas la paix civile que la laïcité est censée protéger.  

Gérard Leclerc

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 30 octobre 2017

Commentaires

  • St Matthieu : sortez de la maison ou de cette ville et secouez la poussière de vos pieds

    Rendre ce monument à la Pologne serait un signal fort en échange d'un déchet de statue de Marx s'ils en ont conservé en entrepôt .

  • Je suis tout simplement scandalisée par ce retrait de la Croix. La croix est en France, peut-être plus qu'ailleurs un symbole, si fort que nous sommes nombreux à porter une chaine avec sa croix, rendant ainsi hommage et respect à Notre Seigneur Jésus Christ mort en croix pour racheter les péchés du monde.
    On se reconnait dans la rue à cette petite croix, portée plus ou moins de façon provocatrice pour dire à la république laïque :"tu ne nous feras pas esclave de ta neutralité face à Dieu"..La liberté, c'est pouvoir afficher ses convictions. "Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la Terre aux hommes qui l'aiment..."

  • À quand une pétition pour que soit créé une association franco-polonaise, qui sur base de dons, puisse acheter cette ensemble architectural et clore ainsi cette "affaire" malsaine ... Mais il faut aussi creuser sur le vrai pourquoi de cette démarche anti-catho. et surtout réfléchir qui a réellement intérêt à cette problématique.

Écrire un commentaire

Optionnel