Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cinéma • Le tombeur de ces dames, une comédie de Jerry Lewis avec Jerry Lewis

 

Par Guilhem de Tarlé 

Le tombeur de ces dames, une comédie de Jerry Lewis avec Jerry Lewis 

J’ai eu honte d’être allé voir ce film, honte d’y avoir entraîné mon épouse et honte en me disant qu’il me faudrait confesser ma faute, la « reconnaître devant mes frères » comme on dit maintenant,  dans un petit commentaire !

Ma seule « bouée » était de me dire que je voyais cette comédie dans « le plus vieux cinéma du monde », l’Eden-Théâtre de La Ciotat, dans lequel  les frères Lumière réalisèrent en 1895 une expérience du cinématographe. J’ai pu donc, comme à l’origine, me décharger de mon péché. C’est L’Eden qui se déconsidérait en mettant cette « pochade » à l’affiche, et non pas moi qui la regardais !

Nous étions 7 dans la salle en début de séance et 5 seulement à lire « The End »… et je remercie Anne, ma femme, d’être restée stoïque à côté de moi !

Je me réjouissais pourtant de ce spectacle, en en ayant un autre en mémoire (lequel ?) qui m’avait beaucoup amusé quand j’étais enfant avec le duo Jerry Lewis et Dean Martin !

Je mentirais si je disais que, cette fois-ci, je n’ai pas parfois éclaté de rire, d’autant plus que j’avais en perspective et je redoutais la réaction post-visionnage d’Anne, mais c’est quand même trop grand-guignolesque, trop clownesque, trop de grimaces pour être vraiment drôle. C’est réellement du cinéma nul pour les nuls… ça a d’ailleurs cet intérêt historique d’une réalisation américaine de 1961 !

Ce n’est ni vulgaire ni scabreux… Peut-être cela amuserait mes petits-enfants autour de dix ans, et en tout cas c’est moins malsain que bien d’autres choses qu’ils pourraient être conduits à voir !  

Commentaires

  • Allez voir "Dieu n'est pas mort" au Lucernaire ; On s'y croirait dans cette université américaine et puis le débat est brûlant, grave, et actuel,-a-ton le droit d'avoir la foi sans être piétiné par le politiquement correct - , même si on sourit par moment. Et puis le film se prolonge, discutez en un peu.

  • Jerry Lewis est une des pires nullités du cinéma mondial de tous les temps et ses duos avec Dean Martin font encore descendre d'un cran le spectacle.
    Quelle drôle d'idée d'aller voir ça... Il y a tellement de grands films dans le cinéma, art majeur du 20ème siècle...

  • "Soyez pardonné mon entant " !! Ilsont leur Jerry Lewis on a notre Fernandel un degré au-dessus je vous l'accorde mais tout le monde n'a pas les dons d'un de Funès.. Quoiqu'il en soit il faut savoir " lâcher son fou" comme disent les canadiens et les intelligences brillantes qui ont leur quart d'heure de récréation le savent bien.
    Se méfier des gens sérieux , la gravité n'est pas signe d'intelligence et prendre tout au sérieux est un manque d'imagination. En revanche l'esprit et l'humour à l'anglaise est une denrée rare qui n'appartient qu'´ à un petit nombre d'élus .

  • Vous ne devez pas connaître grand chose au cinéma pour placer Fernandel au rang de Jerry Lewis et au dessous de Louis de Funès, incapable de tourner autre chose que son personnage d'histrion hystérique, supportable lorsqu'il apparaît dix minutes à l'écran, risible lorsqu'il prétend porter un film entier sur les épaules.
    Fernandel ? Mais voyez le dans "Naïs", dans "Meurtres ? " dans "Le Schpountz", dans le premier des "Don Camillo", dans "L'auberge rouge", dans "La vache et le prisonnier"...... Lorsqu'il a été tenu par un réel metteur en scène, il a pu être grandiose

  • Je ne me sens nullement compétent en matière de.cinéma mais Jerry Lewis m'insupporte.
    Je trouve Pierre Biilly trop sévère pour de Funès qui pouvait jouer Molière au théâtre.
    En revanche d'accord a cent pour cent sur Fernandel. Pierre Builly cite des rôles où il fut un véritable acteur. Rien à voir avec un pitre étatsunien.
    Il me semble qu'il avait aussi créé Topaze au théâtre.
    Y a-t-il d'autres grands acteurs que de théâtre ? Question.

  • Vos goûts votre choix votre avis ne concerne que vous et si " on ne le partage pas souffrez mon bon monsieur qu'on ´en ait un autre " sans pour vous répondre plagier les classiques je crois que chaque opinion a sa place ici et n'entraîne aucun jugement de valeur sur les connaissances supposées ou non qu'on peut avoir .
    Dans le comique le tragique le mélo ou la chanson en effet je n'aime pas Fernandel et sa tirade du " comdamné qui doit avoir la tête tranchée ", malgré ses Variations de ton ne me sêduit pas.

  • Eh bien, tout cela indique suffisamment que vous ne connaissez rien au cinéma.
    Mais ce n'est pas grave, vous savez, la plupart des gens sont dans votre cas...

  • Mais heureusement vous existez pour dispenser la substantifique moëlle ide vos connaissances cinématographiques intellectuelles et défense de ne pas partager vos goûts .
    Les êtiquettes pleuvent ici " américains de grands enfants" et j'en passe ..nos parents avaient le rire facile !! C'est vrai que maintenant tout tourne en dessous de la ceinture et ce siècle de petits censeurs prétentieux brille par sa finesse. et son esprit.
    Chacun son humour ,( dois-je rappeler que la définition première en est de se moquer de soi-même ? ). la tarte à la crème ne fait plus rire nous sommes devenus un peuple adulte brillant intellectuellement considérablement ennuyeux et grand consommateur de Prozac ,

  • Peut être un effet de l' usure du temps : de Funès faisait rire il y a 50 ans mais les films , pour la plupart , ont mal vieilli ( le jeu de l acteur agace désormais , il faut en convenir mais pourquoi attendait on avec impatience ses films à l'époque ? peut être étions nous aussi , plus simples - comme la société du reste - )
    Chez Fernandel que je connais moins ( pas digéré ou pas compris l'assiette au beurre dans mon enfance ) du bon et du mauvais ( quand l'acteur en faisait trop comme de Funès )
    Pour les actrices comiques il y avait la Maillan ,venant du théâtre et je suis de l'avis de Favre sur les grands acteurs qui en sont issus ; un film " Papy fait de la résistance " avec cette actrice arrivant encore à faire rire avec cette affaire de résistance - occupation- collaboration , cela tiens du prodige .
    Pour Jerry Lewis , cela doit être adapté aux américains qui sont de grands enfants .

  • Patronyme mal orthographié avec mes excuses : FABRE et non FAVRE .

  • Cuisine au beurre et non Assiette au beurre - correctif -

Écrire un commentaire

Optionnel