Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le grand méchant Kim

 

par Louis-Joseph Delanglade 

 

logo lundis.jpgDans Le lièvre de Patagonie, titre de ses Mémoires, le très engagé Claude Lanzmann raconte avoir fait partie en 1958 d’une délégation patronnée par le journal communiste L’Humanité, délégation qui s’est rendue à Pyongyang. Il écrit : « Je crois avoir pressenti alors que Kim Il-Sung [le grand-père de l’actuel Kim Jong-un], avec qui nous dînâmes à deux reprises […] pensait déjà à l’arsenal nucléaire ». Les Coréens (du Nord) auraient donc très tôt eu une conception soviétique des rapports internationaux, ce qui leur confère une certaine suite dans les idées. 

Cela cadre mal avec l’actuel emballement médiatique à propos de la Corée du Nord, tel qu’il se manifeste par le ton des commentaires et les titres des articles ou chroniques. Soucieuse comme il se doit de diaboliser l’ennemi, la presse « occidentale » répète à l’envi, et depuis des années, que M. Kim Jong-un est, comme ses prédécesseurs (son père Kim Jong-il et, donc, son grand-père Kim Il-sung) un cas typique de tyran psychopathe et ubuesque. Piètre approche d’un point de vue politique. Constater que la Corée du Nord est une dictature qui s’inscrit dans le droit fil de tous les régimes socialo-communistes répertoriés à ce jour suffit. 

D’ailleurs, cette présentation du personnage est en contradiction avec la nouvelle idée-force qui se répand dans le petit monde de la géo-politique, à savoir que M. Kim utiliserait la menace nucléaire à des fins dissuasives - fidèle en cela à la genèse politique de son régime. Ne voulant pas à titre personnel subir le sort de Saddam Hussein ou du colonel Kadhafi (on ne peut que le comprendre), ne voulant pas non plus que se répète en Corée le scénario allemand des années 1990 avec le Nord dans le rôle de la R.D.A. communiste et le Sud dans celui de la R.F.A. capitaliste (on ne peut que le trouver cohérent), il montrerait sa force pour ne pas avoir à s’en servir. Ce serait alors un politique plutôt avisé. 

Plutôt que de psychanalyser M. Kim, mieux vaudrait considérer la Corée du Nord pour ce qu’elle est : un régime à la soviétique dont les dirigeants veulent sortir le pays de sa situation de pays-croupion. Entre le possible, le plausible et le probable, chacun peut bien y aller de sa petite analyse, la seule certitude reste que personne ne peut savoir ce qui va se passer, surtout avec un vis-à-vis comme M. Trump : nul ne peut dire si ce subtil bras-de-fer n’est qu’un épisode de plus dans la « drôle de guerre » qui a suivi la guerre de Corée proprement dite ou s’il s’agit des prémices d’une apocalypse nucléaire.

Dans ce dernier cas, le pire sans doute, on ne peut que se féliciter que l’Europe tout entière soit assez éloignée du théâtre des opérations et souhaiter que la France ne se laisse pas entraîner par on ne sait quel jeu des alliances dans un conflit « régional ».   

Commentaires

  • Si on considère ce que représente la CoréeduNord, économiquement, démographiquement, on peut se poser des questions sur la nature de lapolitique américaine. il y a manifestement une volonté impériale. Avec les dernières proositions de sanctions qui visentsurtout à affamer le pays je pense qu'il y a également une volonté de faire pression sur la Russsie et la Chine pour les mettre à sa botte. Notre rôle? avec les laquais qui nous gouvernent si mal on peut tout craindre. Est ce que la Russie et la Chine vont se laisser faire? Non et la tension va encore monter d'un cran avec un génocide coréen à la clef .mais on sait que Washnton est géré par unEtat profond qui mène une politique constatne depuis des décennies/ ce sont eux les "Rogue state".

Écrire un commentaire

Optionnel