Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De Barcelone à Rotterdam ...

Turku, sur la Baltique, dans la lointaine Finlande

 

En deux mots.jpgAinsi de Barcelone à Rotterdam, en passant par Paris, de l'Espagne aux Pays-Bas, axe historique s'il en est, de Londres à Berlin, de Nice à Birmingham ou à Turku, sur la Baltique, dans la lointaine Finlande, se dessine aujourd'hui toute une cartographie de la nouvelle offensive de l'Islam contre l'Europe, sans plus laisser beaucoup d'espaces, de peuples, d'Etats,  à l'écart de la menace, à l'abri des objectifs et des coups islamistes. C'est aujourd'hui le continent européen qui est globalement visé. 

L'Europe doit s'y résigner, l'admettre, en prendre conscience : une guerre lui a été déclarée, lui est menée, sans-doute d'un type nouveau à l'ère contemporaine, mais une guerre tout de même, dont le front n'est pas une ligne discernable, dont les combattants ne portent pas l'uniforme d'une armée régulière, sont dissimulés, mobiles, imprévisibles, et peuvent frapper n'importe où, n'importe qui. 

Cette guerre, on le sait, peut durer longtemps, elle oppose des adversaires inégaux, les islamistes étant plus déterminés à nous agresser, nous vaincre et nous soumettre, que nous à les mettre hors d'état de nuire, plus sûrs de leur cause que nous de la nôtre. 

Dans ce combat, malgré la disproportion des forces en présence - qui est bien-sûr en notre faveur : les terroristes ressortent rarement vivants de leurs entreprises, les forces de l'ordre les tuent presque à tout coup - notre faiblesse pour l'essentiel est de deux ordres : 

1. L'extrême fragilité de notre « civilisation » de type postmoderne, déracinée, décervelée, déculturée, atomisée et au sens profond démoralisée, sans fierté, sans convictions, petites ou grandes. Et la liste n'est pas close. 

2. L'extrême débilité de nos institutions politiques et des hommes qui les incarnent. (Ce qui inclut les femmes). 

A de rares exceptions près, toutes à l'Est, cette constatation vaut pour l'ensemble de l'Europe, à commencer par le semble-couple franco-allemand. La chancelière Merkel - à qui l'on a attribué, y compris parmi nous, bien plus de qualités politiques qu'elle n'en a vraiment - l'a amplement démontré lorsqu'elle a appelé plus d'un million de migrants à entrer en Europe. A la vérité, la médiocrité des dirigeants européens fait presque pitié.

Ainsi, nous ne comprendrons rien à la lutte antiterroriste, nous ne la mènerons pas efficacement, tant que nous ne nous rendrons pas compte que le mal est plus en nous qu'en nos assaillants ; tant que nous continuerons à vociférer stupidement en priorité contre l'islam sans nous apercevoir que le mal principal est d'abord en nous-mêmes. 

Cette nécessaire autocritique, nous devons l'accomplir non pas comme une repentance vulgaire, au sens de la doxa, mais au contraire pour retrouver, revivifier, notre fond vrai. Celui qui nous vient de la lointaine Histoire française et européenne, car au delà de la hideuse caricature bruxelloise, l'Europe, aujourd'hui, se retrouve d'une certaine manière unie contre un danger commun, comme il lui est déjà arrivé de l'être, en d'autres temps, sinon pareils, du moins semblables.   

Ce n'est pas une équation simple, mais elle est vraie : sans un retournement politique et social profond, qui remette en cause jusqu'à nos démocraties sous leur forme européenne actuelle et nos sociétés version postmoderne, nos chances de sortir, rapidement ou pas, vainqueurs des islamistes sont bien faibles et sans portée.  

 Retrouvez l'ensemble de ces chroniques en cliquant sur le lien suivant :

En deux mots, réflexion sur l'actualité

Commentaires

  • OUI mais aussi la Royauté de France et de partout où les républicains ont assassiné les Rois

  • Parfaite analyse, souhaitons que beaucoup la lise. Oui nous nous perdons dans l'immense histoire de l'humanité, mais pire nous sommes persuadés que nous sommes les meilleurs de la planète. Mais deux prédécesseurs sont dans la réponse facile et depuis longtemps dépassée. L'occupation a donné naissance à la résistance armée, la paix revenue les mécréants de toutes sortes sont revenus aux gouvernes du pays. Pour Jésus, il n'intéresse pas tous les Français, et son premier ministre catholique ne fait pas l'unanimité. Alors avant d'attendre le messie ou le sauveur, roi, empereur ou tout autre, il serait de bon goût que tous les Français, hommes , femmes et enfants comprennent que s'ils ne s'opposent pas au système en place nous somme tous voués à l'esclavage , des idées et des hommes. Et cela dans un temps plus court que la réflexion collective. Commençons par le plan économique, baisser le niveau par toutes les restrictions qui s'annoncent est une hérésie politique, id° Hollande, quant il faudrait produire haut de gamme et donc moderniser notre artisanat. Sur le plan vestimentaire revenir au savoir faire de nos grands couturiers du siècle passé et refuser de voir s'imposer des vêtements qui se veulent provocateurs dans notre sphère de vie. C'est simple il nous faut retrouver une âme collective, si tant est,qu'elle est déjà existé.

Écrire un commentaire

Optionnel