UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Conversations avec Monsieur Poutine »

Oliver Stone et Vladimir Poutine

 

En deux mots.jpgC'est un documentaire d'une qualité remarquable - et rare - qui a été diffusé lundi soir par FR3 : « Conversations avec Monsieur Poutine ».

Cette soirée - documentaire et débat - donne une idée de ce que pourrait être une télévision de bon niveau, où l’on prendrait le temps aussi bien que les moyens de l'étude et de la réflexion. Cela suscite bien plus d'intérêt que ces avalanches d'informations sommaires et monochromes répétées en boucle, dont les télévisions font l’essentiel médiocre de leurs programmes ou que ces débats superficiels au cours desquels aucun des participants qualifiés, pressés et interrompus sans répit par l'animateur, n'a le temps de développer un raisonnement, une explication, qui se tiennent.

Le cinéaste américain – Oliver Stone - qui a réalisé « Conversations avec Monsieur Poutine » a manifestement peu de considération pour l'intelligence politique de son pays et, à l'inverse, une évidente empathie envers Poutine.

Il naît de leurs dialogues sur toutes sortes de sujets, à la fois biographiques et politiques, un saisissant portrait du président russe. Sa jeunesse, ses études y sont évoquées. Mais aussi sa carrière de jeune officier du KGB, puis son ascension presque née de hasards vers les sommets de l’Etat. Autant d’occasions de retours passionnants sur des moments vécus d’Histoire de la Russie et du monde : l’effondrement du bloc soviétique, la réunification allemande, les incertitudes systémiques de la période Gorbatchev, le chaos eltsinien, la mise à l’encan de la Russie, sa dislocation, son humiliation, les figures des présidents américains successifs : Reagan, Bush père et fils, Clinton, Obama, Trump … Miné par l'alcoolisme et néanmoins responsable, Eltsine, sans préparation, fera de Poutine son premier ministre puis, en quelque sorte, le portera à la présidence de la Russie. Suivent les différentes phases de l'action de Poutine, président, au cours de ses mandats : restauration du niveau de vie ; mise au pas des oligarques ; rétablissement de la puissance militaire russe ; puis, à la surprise générale, retour de la Russie sur la scène internationale, politique et militaire, rendant au peuple russe la fierté nationale.

En bref, Poutine dans ces dialogues a le visage d’un dirigeant politique pondéré, fin stratège, pénétré d’Histoire et de culture, remarquablement informé, et non dénué de sagesse humaine. C'est ainsi qu'il traite des grands dossiers en cours. Ukraine et Syrie, Libye ou Afghanistan, l'Islam russe, la foi orthodoxe, l'affaire Snowden, etc. 

Le débat qui a suivi, où participaient, entre autres, Hubert Védrine, Renaud Girard, Bernard Guetta et Oliver Stone, s’est terminé par une question de fond de l’animateur : « Poutine est-il dangereux ? ». Malgré son hostilité de principe – au sens idéologique fort – Bernard Guetta a concédé qu’il ne l’était pas pour les pays d’Europe de l’Ouest. Clôturant le débat, Hubert Védrine a prononcé : « En tout cas, il l’est moins que Trump ».

Nous terminerons par là.   • 

Commentaires

  • Bel article qui tranche, mais sans surprise, avec les cris d’orfraie poussés par nombre de journalistes dont cette chère Anne Sinclair, pour ne pas la citer, qui rejoint malheureusement le troupeau. Dommage pour elle dont on aurait pu souhaiter davantage de nuance dans le jugement.
    Pour le reste:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2017/06/26/vladimir-poutine-filme-par-oliver-stone-scandalise-ce-journaliste.html

  • Exemple, parmi d’autres, d’article paru en relation avec le documentaire d’Oliver Stone:

    http://www.tdg.ch/monde/presse-ereinte-conversations-mr-poutine-oliver-stone/story/31783475

  • De culture nous nous sentons proches de la Russie et des Russes peut être tout simplement car nous vivons sur le même continent ; et aussi car l'Histoire qui nous lie est ancienne .
    l'Amérique berce nos âmes d'enfant avec Walt Disney et Jack London mais Tchekhov et Tolstoï Tchaïkovski et Prokofiev parlent à notre adolescence
    Par mes voyages d'affaires j'ai pu me rendre compte de la différence énorme de connaissances et le sens artistique entre la population "américaine " et la population russe
    Les Russes sont constamment dévalorisés et ils ne le méritent peut être moins aujourd'hui .
    les USA le "pays de l a liberté" doivent se défendre contre la plupart des pays du monde a cause de leur impérialisme économique et leur système économique inhumain .
    les Russes payent leur passé stalinien
    En tout cas la station spatiale "internationale" Mir est russe ;
    les Français jouent a la pétanque , les américains au poker et les russes aux échecs

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel