Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Révolution, immigration, Simon : Mélenchon, non !

 

Mur-bleu gds.jpg

Mais qu'est-ce qui lui a pris, à Méluche, de se fourrer lui-même dans cette abracadabrantesque « affaire » de l'Alba ? Version Molière : Mais qu'allait-il faire dans cette galère ?

Tout allait plutôt bien pour lui, qui siphonnait allègrement les voix de ce pauvre « petit Ben » (surnom donné à Benoît Hamon par Martine Aubry). A tel point qu'il se mettait à rêver tout haut de second tour, et - pourquoi pas ? - de victoire finale. 

Affolement un peu partout, et du coup, in extremis presque, pourrait-on dire - en tout cas, en fin de campagne, car ils auraient pu, et dû, le faire avant - les journalistes, analystes et commentateurs politiques de tout poil et de tout bord se mettent à éplucher à la loupe le programme du révolutionnaire au rameau d'olivier.

Et ils trouvent.

Ils établissent d'abord - mieux vaut tard que jamais - que la somme des dépenses annoncées par Méluche s'élèverait, en gros, à 270 milliards (un peu plus, même) : une paille ! C'est déjà gênant, mais, avec les chiffres, on peut toujours enfumer, et tâcher de s'en sortir... Ou encore l'annonce de 90% de prélèvements sur les plus hauts revenus, et la suppression de l'Enseignement privé : deux autres pailles, deux petits riens !

Mais - qui cherche trouve - ils sont tombés sur l'engagement 62 du programme de Méluche, et là, ils ont découvert une pépite. Même Clémentine Autain, pourtant soutien actif de Mélenchon, a reconnu chez Calvi (dans C dans l'air) qu'elle n'était pas au courant, qu'elle n'avait pas lu tout le programme : franchement, ce n'est pas très sérieux...

Alors, de quoi s'agit-il ?

De l'adhésion de la France - si Mélenchon était élu - à l'ALBA, l'Alliance Bolivarienne pour notre Amérique, organisation créée le 14 décembre 2004 à Cuba par Hugo Chavez et Fidel Castro, à qui se sont joints par la suite Nicolas neuf autres petites îles et pays du continent.  

Là, on tombe dans le ridicule, mais aussi dans le dangereux.

Ridicule ? Parce qu'on se croirait dans un mauvais Tintin, un Tintin de série B, avec un général Zapata, un Alcazar, un Tapioca, mais, là, en vrai ! Ce n'est pas faire injure aux peuples latino-américains que de considérer une alliance où l'on équilibre les Droits de l'Homme par les Droits de la Terre-mère des précolombiens (la Pachamama) comme quelque chose peut-être assez sympathique, mais tout de même assez folklorique, aussi... La faucille et le marteau accommodés à la sauce incaïque, ou réputée telle, bon, on ne pourra reprocher à personne d'esquisser, à tout le moins, un léger sourire... Ça, c'est pour le côté simplement ridicule.  

Mais il y a pire que le ridicule. Chassez le naturel, il revient au galop, dixit Destouches. Méluche est marxiste, et révolutionnaire. Il ne s'en est jamais caché. Et que voudrait-il faire, élu ? Allier la France à de sinistres individus, tenants d'une non moins sinistre idéologie dont on sait tout le mal qu'elle a fait sur la terre entière : le marxisme-léninisme, qui reste une monstruosité, même accommodé à la sauce tintinesque : rappelons-nous que Chavez était fervent catholique, ou que Castro a fait mettre les drapeaux en berne dans toute l'île à la mort de Franco...

Mais pourquoi Méluche voudrait-il donc s'allier à des dangers publics pareils ? On vous le donne en mille : pour assurer le développement des Antilles françaises ! Du moins, c'est ce qu'il dit, contrarié qu'on l'interpelle sur le sujet, et retrouvant sa hargne et sa grogne « d’avant », de 2012, quand il mordait à tout va.

Non, là, ce n'est ni sérieux ou crédible, ni acceptable en quoi que ce soit ; c'est même franchement condamnable, et cela disqualifie l'auteur de la proposition.

Partout où le marxisme-léninisme a été appliqué il n'a produit que désastres, horreurs, monstruosités :

la pire des oppressions humaines : Goulag, Lao Gai et autres, gérés par les Staline, Mao, Ho Chi Minh, Pol Pot et Cie ;

catastrophes écologiques : pour n'en citer que deux, Tchernobyl, et le «Tchernobyl au ralenti » que constitue la Mer de Barents où a coulé le sous-marin « Koursk «, la plus importante poubelle nucléaire au monde : 21 000 m3 de déchets radioactifs solides, plus de 7 000 m3 de déchets liquides contaminés, plus de 20 000 objets irradiés, quelque 250 réacteurs nucléaires et surtout 88 sous-marins déclassés dont 52 encore chargés en combustible ; le tout réparti le long de la presqu'île de Kola, plus précisément dans la région de Mourmansk) ; 

catastrophes économiques : qu'on se souvienne dans quel état se trouvait l'Albanie - mais aussi l'ensemble des républiques sinistrement affublées du nom de « populaires » -  lors de l'effondrement de l'Empire du mal : il a fallu plus de vingt ans aux Allemands pour remettre, en gros, l'Est au niveau de l’Ouest ; encore subsiste-t-il, tant de temps après, de réelles différences entre les deux anciennes parties du pays réunifié.

On pourrait écrire un livre sur les désastres et catastrophes produites par le marxisme-léninisme, et c'est dans cette voie-là que Méluche voudrait nous engager, « pour développe les Antilles françaises » ?

Là, Méluche perd, d'un coup, tout le bénéfice d'une campagne habilement menée, par ailleurs.

Non, décidément, nous avions pointé son révolutionnarisme et son immigrationnisme comme « imbuvables ». Voilà qu'à sa révolution et à son immigration il rajoute son Simon (Bolivar). Voilà pourquoi, en accord avec notre titre, respectons la rime de tous ces « on » : Mélenchon, non !  

Commentaires

  • Chassez le naturel, il revient au galop. Que peut-on attendre d'autre d'un marxiste ?

  • si je comprends bien, mettre les drapeaux en berne a la mort de Franco est une faute ? l'AF de lfar a-t'elle abandonné le dictateur espagnol au politiquement correct ?

  • Non, relisez bien, l'article ne dit pas cela. Le catholicisme de Chavez et les drapeaux en berne de Castro pour la mort de Franco, sont simplement notés comme exceptions à leur marxisme-léninisme.
    Le rôle positif de Franco pour l'Espagne, la France et l'Europe a été maintes fois réaffirmé ici.
    Il n'y a pas, d'ailleurs, l'AF de LFAR mais plutôt l'AF tout court.

  • Très bon et utile article de Grain de Sel. Personnellement, je n'ai jamais éprouvé la moindre sympathie pour Mélanchon que je me garderai bien de surnommer Méluche car cela fait trop copain à l'égard d'un pesonnage dont les discours et les diverses prises de position politique me font plutôt horreur. Certes, le personnage paraît chaleureux, il sait parler et dans un bon français, ce qui est de plus en plus rare chez les politiques. Mais être chaleureux ne suffit pas. Ainsi, Staline pouvait se montrer chaleureux avec sa gouaille, son humour et son sourire ironique sous sa grosse moustache, et de Gaulle n'y a pas été insensible sans être dupe du personnage. Castro avait aussi des dehors chaleureux avec les gens tout en fumant ses gros cigares. Et, pour faire rétrospectivement peur aux âmes sensibles, Hitler pouvait occasionnellement se montrer chaleureux, en tapotant gentiment les épaules d'enfants soldats qu'il envoyait au sacrifice ultime ou, dans son nid d'aigle des montagnes de Bavière en caressant son chien ou jouant avec lui ou en tenant affectueusement sur ses genoux les charmants enfants de Martha Goebbels avec le sourire tendre d'un grand-père ou d'un oncle (puisqu'il refusait d'avoir des enfants de son cru) dans un moment de détente. Au surplus, Hitler aimait les animaux, refusait de manger de la viande et avait de fortes convictions écologiques. De là, à en faire une icône, ce n'est surement pas mon propos. Et loin de moi encore la moindre pensée négative envers Grain de Sel dont je respecte les points de vue qui permettent les libres propos comme je viens de le faire sans doute par esprit de polémique.

  • Avec MELANCHON ce sera la Corée du Nord sans le TAE KWON DO

  • Même les sovietophiles et les marxistes tombent des nues en lisant son programme torchon.Ce dernier est un fourre-tout d'idéologies mal digérées et donc comprises.Une sorte de déchetterie évitée par les mouettes et les goélands tant leur toxicité dégage des vapeurs nauséabondes. Ou ses partisans sont des ignares ou ils sont prêts à vendre leur âme au diable histoire de changer les décors et leur existence insipide. Cette campagne présidentielle me rappelle cette pensée de Claudel : " Chaque élection ouvre une vue d'ensemble sur la bêtise et la méchanceté des Français".

  • Pas mal la citation ! J'en prends pour mon grade ! L"élection est un spectacle stupide

  • Mais oui Mélanchon ! Mélanchon au moins la gouaille serait au rendez vous !Camelot vote Mélanchon ! Arrêtez avec vos idées noires ! Une bonne dose de gauchisme DE marxisme ferait grand bien à cette fausse droite UMP .

  • Ça n'est tout simplement pas sérieux , malgré la gouaille, le talent, la bonne langue qu'il parle, et même un certain patriotisme quarante-huitard mélangé d'internationalisme prolétarien.
    Mais qu'un camelot (du roi) vote pour un fanatique de la Révolution, ça ne tient pas la route.
    Les dirigeants du CRAF qui ont appelé à voter - entre autres - pour Mélenchon, , ont tout simplement commis une erreur. Ça peut arriver mais ce n'est pas glorieux.

  • Bon ! Vous avez raison ! Je provoque un peu l'UMP que je déteste ! Bien à vous !

  • Oui, je vous comprends. La "provocation" ça fait un peu partie de la tradition "camelot". Bien à vous !

  • Il me semble aller de soi qu'entre Macron l'apatride et Mélanchon, aucune voix du camp patriote ne devrait manquer au second.
    En tout cas, il aurait la mienne.

  • On verra pour le second tour. Pour le premier, si toute consigne de vote me semble ridicule, un seul mot d'ordre s'impose : TSM, tout sauf Macron, barrage à Macron. Aucun risque par ailleurs car les siphonés et les grotesqures, y compris le paauvre Hamon sont hors course. J'ai dit mon modeste avis sur Mélenchon - que je ne vois pas vraiment au second tour.

Écrire un commentaire

Optionnel