Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pendant la campagne la plus nulle et la plus misérable qu'on ait jamais vue, le monde continue de tourner...

 

Mur-bleu gds.jpgDes nouvelles du front

Emmanuel Hollande est tellement ridicule que cela commence à se voir, et à se savoir : il a reçu un 5 sur 20 de la part du Jury du 7/9 de France info (c'est dire !). Motif : lors de son meeting raté de Marseille (après celui raté de la Réunion et celui, raté aussi, de Pau) il a voulu « faire peuple », « faire jeune », et a lancé un ridicule « on craint degun » (« personne », en provençal). Eh, oui ! c'était tellement grotesque que même France info s'en est rendu compte !

Dans le même meeting, il a dit qu'il avait « honte » du pourcentage de voix que réalisait Marine Le Pen à Marseille et en Provence. Mais c'est lui qui devrait avoir honte de tenir un propos pareil ! Si des citoyens français jugent bon de voter Le Pen, ou Fillon, ou Mélenchon, ou qui que ce soit, qui est-il, lui, pour décréter que c'est une honte ? Quel langage et quelle pensée de division, pour quelqu'un qui prétend vouloir représenter, et conduire, le peuple français !

Le précédent Comte de Paris parlait, lui, en Roi, en roi rassembleur, lorsqu'il disait, à une époque où le Parti Communiste représentait environ le quart des électeurs, qu'on ne saurait exclure de l'effort national les vingt-cinq pour cent de Français qui votaient communiste...

Enfin, voilà notre Emmanuel adoubé par François Hollande, qui lui donne un baiser de la mort dont ledit Emmanuel ne veut surtout pas. Il n'empêche : ce qui est dit est dit, et les choses déjà claires le sont encore plus maintenant qu'elles sont comprises par tous pour ce qu'elles sont, c'est-à-dire officielles :  Macron, c'est Hollande, et Hollande, c'est Macron... 

Et pendant ce temps, ailleurs, au Japon, au Maroc, heureux pays...

Le Japon n'a reçu que 28 réfugiés en 2016 ! Ne vous moquez pas, ils ont tout de même fait un effort : c'est malgré tout un de plus qu'en 2015 (27) ! Et nous, pendant ce temps-là, nous leur construisons un « camp humanitaire » à Grande-Synthe, qui a coûté quatre millions d'euros au contribuable, c'est-à-dire à nous tous, et que nos chers Afghans - se battant avec les Irakiens - ont tout simplement cramé. Merci les gars ! C'est beau, la reconnaissance. C'est beau, aussi, le « vivre ensemble ». Surtout quand c'est nous qu'on paye... Maintenant, navrés, les pseudo « humanitaires » se demandent gravement, et la mine contrite, où ils vont aller. Qu'ils aillent donc se réfugier... chez eux, et qu'ils nous fichent la paix ! Vient un moment où les choses doivent être dites, alors disons-le franchement : les pseudo-migrants nous fatiguent, pour rester polis ! Nous les aimons beaucoup, les Afghans, les Somaliens, les Irakiens, les Erythréens et toute la terre entière. Nous les aimons comme Jeanne d'Arc aimait les Anglais : « Chez eux ! ». 

Le Maroc, lui, depuis la mi-janvier, a interdit la fabrication et la vente de burqas. Un peu partout dans le royaume, et surtout dans le nord, où les salafistes sont un peu plus nombreux qu'ailleurs, les femmes portent volontiers le hijab (qui couvre les cheveux, mais laisse voir l'intégralité du visage), qui est depuis longtemps une tenue traditionnelle. Mais les salafistes promeuvent le port du niqab, à partir duquel on peut glisser insidieusement vers la burqa, et ainsi de suite.

Heureusement pour lui, le Maroc a la chance d'être gouverné par un roi sage, Mohamed VI, qui n'est pas décidé à laisser trop la bride sur le cou aux dits salafistes. C'est-à-dire aux provocateurs. Etant descendant du Prophète, et Amir al mouminine (Commandeur des Croyants), le roi peut se permettre de surveiller de près les provocateurs islamistes.

On devrait l'inviter pour une année sabbatique à la Goutte d'Or et dans certains autres lieux de notre ex « douce France », pour qu'il y remette un peu d'ordre ! 

Écrire un commentaire

Optionnel