Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Civilisation • Laurent Dandrieu : « l'Église doit défendre l'identité »

 

ENTRETIEN. Quel est le rôle du pape dans le suicide de la civilisation européenne ? Rédacteur en chef des pages culture de Valeurs actuelles et spécialiste des questions religieuses, Laurent Dandrieu signe un livre choc sur la politique de l'Église face à l'immigration.

 

dandrieu-2.jpgPROPOS RECUEILLIS PAR RAPHAËL DE GISLAIN

Vous montrez que les migrations sont devenues pour l'Église le moyen de faire advenir « l'unité de la famille humaine ». La crise des migrants ne fait-elle que révéler ne posture idéologique de l'Église plus ancienne ?

Le discours de l'Église sur les migrations est né très récemment et s'est inventé sans véritable ancrage dans la Tradition. Il se développe notamment dans les années 196o, où l'Église est marquée par un état d'esprit favorable à la mondialisation, qu'elle voit comme une réalisation avant l'heure de la « cité sans frontières de Dieu ». Dès lors, la migration est perçue comme un moyen de manifester « l'unité de la famille humaine » défendue par Jean XXIII dans Pacem in terris (1963).

Aussi ne faut-il pas s'étonner si le droit de migrer, qui était encore soumis sous Pie XII à une exigence de nécessité vitale, devient sous Jean XXIII un « droit inhérent à la personne humaine » défini comme « la faculté de se rendre en tel pays où on espère trouver des conditions de vie plus convenables », et dès lors le droit des États à réguler les migrations devient secondaire par rapport à une migration qui, pour Jean-Paul II, symbolise le plan de rédemption de Dieu pour l'homme, et « contribue à cultiver le "rêve" d'un avenir de paix pour l'humanité tout entière. »

Contrairement à l'image qu'il donne de lui, le pape François est-il un pape politique ?

L'immigration est au coeur de son pontificat... Elle l'est par la force des choses, puisque ce pontificat coïncide avec la crise des migrants et l'explosion du terrorisme islamique en Europe. Mais alors qu'on aurait pu attendre que cela le pousse à davantage de prudence, on a assisté à une sorte de fuite en avant, avec un discours dévalorisant les frontières, dénonçant les politiques restrictives, et prêchant un accueil inconditionnel. C'est un discours qui ne cesse de se présenter comme exclusivement dicté par l'Évangile, mais qui est en réalité éminemment politique, comme lorsque le pape ramène . de Lesbos des migrants soigneusement choisis parmi les familles musulmanes. Quand le pape dit que, même s'il y a un risque d'infiltration terroriste, il faut accueillir car c'est un commandement de la Bible, ce primat de l'accueil sur la sécurité est en soi une position politique. En réalité, sur ces questions, tous les papes ont fait de la politique, prônant le regroupement familial ou condamnant les politiques d'assimilation. Et concrètement, les évêques occidentaux n'ont jamais cessé de condamner les politiques restrictives comme contraires aux droits humains. Le secrétaire général de la conférence épiscopale italienne, Mgr Galantino, nommé à ce poste par François, a même déclaré que l'accueil des migrants était une compensation que nous leur devions pour avoir pillé leurs pays durant la colonisation...

On est frappé par la concomitance des paroles du pape François à Lampedusa ou à Lesbos et la décision d'Angela Merkel de laisser entrer un million de migrants... L'humanitarisme à l'excès met-il l'Église sur la voie d'une forme de libéralisme ?

Je ne sais pas si c'est l'humanitarisme ou le libéralisme qui a primé dans la position de Mme Merkel. Ce qui est certain c'est que, depuis des décennies, les milieux libéraux et patronaux poussent à la roue de l'immigration de masse, en raison de la formidable pression à la baisse qu'elle exerce sur les salaires. L'archevêque hongrois Gyula Mârfi y a même vu une forme moderne d'esclavagisme. Il est donc d'autant plus désolant de voir l'Église prêter la main à ce phénomène.

L'islamophilie à laquelle s'abandonne l'Église, particulièrement sous le pontificat actuel, se fait-elle au mépris de la nature véritable de l'islam ?

Ce qui est certain c'est que le dialogue interreligieux engagé avec l'islam depuis les années 196o a poussé à mettre de côté certains sujets qui fâchent, notamment la question de la violence, mais aussi celle de l'incompatibilité de l'islam avec nombre de valeurs occidentales. Seul Benoît XVI a tenté d'aborder la question de la violence, retournant la violence islamique contre lui, mais aussi poussant nombre d'intellectuels musulmans à entreprendre une salutaire réflexion. François, lui, a décidé de revenir à l'angélisme, soutenant que le terrorisme islamique n'a rien à voir avec l'islam, « parce que le véritable islam et une adéquate interprétation du Coran s'opposent à toute violence » (Evangelii Gaudium, 2013). Ce faisant, il ne rend service ni aux musulmans, qu'il conforte dans leur déni, ni aux Européens, dont ce discours émollient affaiblit l'esprit de résistance.

Alors qu'on assiste au retour des peuples en Europe, l'Église n'est-elle pas en décalage en refusant aux nations le droit légitime de se protéger ?

En matière politique, l'Église a souvent un train de retard... Traditionnellement, elle avait pourtant toujours su miraculeusement tenir les deux bouts de la chaîne, comme dit Bossuet, entre l'universalisme qui fait partie de son ADN et la bénédiction des identités particulières qui sont le cadre concret de son évangélisation et le canal par lequel l'homme prend conscience de cette universalité. C'est pourquoi Pie XII écrivait, dans Summi Pontificatus (1939), qu' « il n'est pas à craindre que la conscience de la fraternité universelle, inculquée par la doctrine chrétienne, et le sentiment qu'elle inspire, soient en opposition avec l'amour que chacun porte aux traditions et aux gloires de sa propre patrie, et empêchent d'en promouvoir la prospérité et les intérêts légitimes ; car cette même doctrine enseigne que dans l'exercice de la charité il existe un ordre établi par Dieu, selon lequel il faut porter un amour plus intense et faire du bien de préférence à ceux à qui l'on est uni par des liens spéciaux ». Il est urgent que l'Église retrouve cet équilibre et permette aux peuples d'Europe de protéger leur identité nationale des menaces que fait peser sur eux l'immigration de masse, faute de quoi l'universalisme qu'elle prône ne sera qu'un vain mot et le cache-nez de l'anarchie et du chaos.

9782750913618.jpg

À LIRE : ÉGLISE ET IMMIGRATION, de Laurent Dandrieu, presses de la Renaissance, 18 euros.

Politique magazine, février 2017  -  Consulter ... S'abonner ...

Commentaires

  • Amis catholiques dits romains, j'en suis personnellement arrivé, depuis quelques années (et c'était avant le pontificat actuel), à la conclusion que l'Église de Rome arrivait en phase terminale, un processus commencé bien avant Vatican II, longtemps auparavant. Je vous souhaite de faire le même chemin et, en tout cas, d'ouvrir les yeux sur François, l'actuel locataire non de l'Élysée, mais du Vatican. Lui, c'est un ennemi déclaré. Mais pour cela, il vous faudra sortir du piège dans lequel on nous a enfermés, la plupart depuis l'enfance: croire à l'utilité d'un pape, prétendu chef de l'Église de Jésus et Son vicaire sur terre, qui plus est infaillible en matière de foi et de mœurs...

  • "l'Eglise doit défendre l'identité" Est-ce à Laurent Dandrieu de donner son ordre de mission à l'Eglise? J'avais cru, naïvement, que c'était Jésus, le Ressuscité, qui le lui avait donné: "Allez donc: de toutes les nations, faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit" (Mt 25, 19) Je dois donc faire mon mea culpa, me méfier désormais de l'enseignement du Pape et de nos évêques, et même rejeter cet enseignement...A mon (grand) âge, c'est dur!
    Qu'un site royaliste,- catholique aussi je crois(?)- donne la parole à M. Dandrieu, pourquoi pas? mais à la condition de donner aussi la parole à des associations de bénévoles qui reçoivent ces étrangers ayant perdu souvent un ou plusieurs des leurs, ainsi que leurs biens, arrivant dans notre pays, chassés du leur par les horreurs fanatiques du groupe "état islamique", et qui les accompagnent sur une longue période... Parmi ces malheureux, il y a beaucoup de familles chrétiennes puisque ce sont les premières victimes....mais pas les seules, certes. Devrait-on rejeter les autres?
    LFAR met à les disposition de ses lecteurs des trésors souvent cachés par le pouvoir républicain de notre culture et de notre histoire; on doit en remercier les responsables. Mais l'idéal royal se situe bien au-dessus des convictions idéologiques partisanes que chacun a le droit d'avoir. Cet idéal doit rassembler et non diviser: montrez -nous à quel point le Roi "manque" à notre démocratie!

  • Je regrette, mais ces gens qui viennent accueillir les migrants sont des traîtres à leur pays. Encourager cette invasion en distribuant des repas, en fournissant des sanitaires, en lavant son linge, comme le font de nombreuses associations catholiques, c'est à mettre sur le même plan que le trotskiste Herrou ou l'association "no borders", qui aident au besoin par la violence les envahisseurs à violer nos frontières. Que ce soit par inconscience ou par désir calculé de détruire ce qui reste de la France, le résultat est le même. Nous avons affaire à
    des ennemis, et le pape est au premier rang d'entre eux. Non, Jacques, non Noël, il n'appartient pas aux politiques "d'harmoniser et d'adapter" ces vagues migratoires car c'est impossible: derrière chacune d'entre elles, il y en a d'autres. C'est par centaines de millions qu'elles se profilent. De plus, l'image des "réfugiés" des pays en guerre sert à faire passer les "réfugiés économiques", qui sont largement majoritaires. Et je terminerai par l'image de l'arbre et de ses fruits tirée de l'Evangile. Si une religion conduit les nations qui la suivent à la mort collective, elle ne peut pas être vraie.

  • entièrement d'accord avec Hugues et en tout point.

    comment actualiser et adapter le précepte du Christ "l'étranger c'est moi!"
    à l'époque moderne qui est il?
    même le musulman, il est fils aimé de Dieu



    par ailleurs et pour moi,

    notre pape est totalement dans son rôle de successeur de St Pierre. mais ,il nous dérange tous..
    ora et labora
    il appartient aux politiques d'harmoniser et d'adapter toutes ces vagues de migration.;
    à nous de donner de notre Dieu qui est le Dieu d'amour de tous les êtres humains une image lumineuse
    tache délicate même si nous avions un roi § et pourtant c'est notre devoir!

  • Oui, le musulman est aimé de Dieu. Mais cela ne veut pas dire qu'il sera heureux chez nous et que nous serons heureux de cohabiter avec lui. Jeanne ne disait pas autre chose des envahisseurs anglois, qui pourtant n'étaient pas encore anglicans ou protestants à son époque...

  • Et l'Eglise a prêché la Croisade, l'a conduite; ; elle a été l'âme de la Reconquistta qui a chassé les Arabes d'Espagne; elle a uni la chrétienté européenne pour repousser les Ottomans. Plus tard, c'est aussi sous l'empire d'un double sentiment chrétien et national qu'on les força à évacuer les Balkans, à quitter l'Europe.
    Faut-il croire que l'Eglise d'alors ignorait la morale évangélique ? A qui le ferez-vous avaler ?

Écrire un commentaire

Optionnel