Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Que dit Zemmour du Brexit ? « Une nouvelle Révolution poussée par les vents d’Ouest. Mais une contre-révolution »

 

par Éric Zemmour, Loïc Farge, 

Zemmour prononce ici les mots essentiels : « Une révolution ... mais une contre-révolution. » Une analyse qui, ainsi entendue, devrait intéresser directement les royalistes, notamment l'Action française, et, plus largement, ceux qui oeuvrent à la pérennité de la nation française et prônent une contre-révolution sociale et politique. LFAR 

 

Le vote anglais en faveur de la sortie de l'Union européenne continue de faire grand bruit et de susciter de nombreuses réactions.

"Il faut sans doute remonter aux guerres de Napoléon ou à la bataille de Mers-El Kebir en 1940, pour retrouver en France un tel déferlement de haine anglophobe", explique Éric Zemmour après le vote des Anglais en faveur du Brexit. Il note que "les élites françaises, politiques, médiatiques, économiques, artistiques, intellectuelles, sont tombées sur le prolo anglais avec une hargne inédite". Mais pour le journaliste, ce Brexit "doit être ajouté au triomphe de Donald Trump aux primaires américaines, lorsqu'il a imposé à l’établissement du parti Républicain et aux médias un discours hostile au libre-échange, à Wall Street et à l’immigration".

Selon lui, nous vivons "une nouvelle Révolution poussée par les vents d’Ouest. Mais une contre-révolution". À ses yeux, "cette insurrection venue des peuples menace les élites occidentales, leurs privilèges, leurs certitudes, leurs idéaux aussi. Leur hargne face au Brexit indique qu’elles sont décidés à vendre chèrement leur peau". 

 


 Éric Zemmour, Loïc Farge

 

Lire aussi dans Lafautearousseau ...

Roger Scruton : « Le Brexit est un choix éminemment culturel »

Encore un coup des xénophobes !

Brexit : la seule panique est dans les médias

Brexit : Il se pourrait que l'Europe de Bruxelles soit déjà morte sans le savoir ...

Yes we can ! Peuple 1- Élites 0

Qu'ils restent ou qu'ils partent, les Britaniques ont de toute façon un pied dedans, un pied dehors ...

 

Commentaires

  • Après le Brexit, l'invalidation de l'élection présidentielle en Autriche. Le réveil des peuples?

  • Avant le Brexiit, soit en février 2016, Cameron avait imposé à l'UE les dérogations qui garantissaient l'essentiel de la souveraineté de la Grande-Bretagne. Cette politique a été approuvée par 48% des citoyens britanniques. Malgré ce, 52% d'autres ont préféré le Brexit, solution encore plus radicale.

Les commentaires sont fermés.