UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ténébreuse affaire Barbarin

 

par Pierre Chalvidan

 

Pierre CHALVIDAN.jpgQuelle époque opaque ! Précédant – ou suivant… – un sondage affirmant que 63% des Français y sont favorables, la secrétaire d’État à l’Aide aux Victimes exige la démission du Cardinal Barbarin ! Déjà l’intitulé de son « ministère » et l’idéologie victimaire qui le sous-tend mériterait beaucoup, ne serait-ce que pour faire valoir combien, en réalité, elle fonctionne à contre-emploi. L’enfer est pavé…

Mais là n’est pas dans l’immédiat l’important. L’important, c’est qu’au-delà de la tragique complexité des faits, ce qui est dramatique dans cette affaire (outre l’incapacité contemporaine à assumer cette complexité) c’est qu’elle révèle combien est perdu de vue l’essentiel du message anthropologique chrétien : la distinction de la personne et de ses actes et la foi en la toujours possible rédemption de l’homme.

C’est là-dessus que l’Église est nécessairement en porte-à-faux face à des adversaires qui se battent, eux aussi, à contre-emploi : ils prétendent défendre la dignité de l’homme mais ils le font sur un registre argumentaire qui ignore à la fois la charité et la justice parce qu’il repose sur une régression anthropologique aussi pernicieuse que celle des pédophiles.

Sans oublier, bien sûr, l’habituelle exploitation médiatique. Ce n’est plus « du pain et des jeux » mais : faute de pain, des jeux. Mais des jeux dangereux et malsains. On a appris, en incidente, de la bouche même de la ministre de l’Éducation Nationale qu’au cours de l’année dernière – on dit bien : sur une année… – une trentaine de radiations d’enseignants pour pédophilie était intervenue. Quel écho médiatique ?

Dans une homélie prononcée le 10 août 1978, quatre jours après le décès de Paul VI, le Cardinal Joseph Ratzinger disait : « Mais un pape qui aujourd’hui ne subirait pas la critique manquerait à son devoir devant l’époque. Paul VI a résisté à la télécratie et à la démoscopie (en sociologie : science dont l’objet est de sonder l’opinion), les deux pouvoirs dictatoriaux d’aujourd’hui. Il a pu le faire parce qu’il ne prenait pas comme paramètre le succès et l’approbation mais la conscience qui se mesure sur la vérité, sur la foi. »   

Commentaires

  • la ministre a indiqué le nombre de suspensions, certes, elle n'a pas fait état de mise en cause ni de directeurs d'écoles , ni d'inspecteurs, ni de recteurs d'académies, alors que l'équivalent d'un cardinal est à tout le moins le recteur et s'agissant du Primat des Gaules, le ministre.

  • Excellente remarque.
    L'Eglise n'a rien gagné à ses efforts de ralliement, conformité et même soumission à la République. Elle reste sa cible privilégiée. Elle aurait mieux fait de continuer â la combattre. Il n'est pas sûr qu'elle serait plus mal traitée.

  • l'Eglise est autant diviisée politiquement que la France , monseigneur Gaillard par exemple n'aurait jamais subi le même sort et pourtant partout les problèmes sont les mêmes., partout comme dans l'enseignement les sport les familles et les gouvernements. " ballets roses ou ballets bleus" mais certains sont pardonnés. oubliés ou innocentés.
    Le primat des Gaules paie son franc-parler dans le mariage pour tous la seule ""réforme" aboutie du gouvernement. .
    " Prêtres jureurs" ou non , je me demande s'ils ont compris que c'est le même combat.

Les commentaires sont fermés.